SAKK - Swiss Group for Clinical Cancer Research

Le SAKK étudie les effets du sport sur la chimiothérapie
Le Groupe Suisse de Recherche Clinique sur le Cancer (SAKK) lance l'étude ACTIVE au cours de cette année de jubilé

Bern (ots) - Les chercheurs du Groupe Suisse de Recherche Clinique sur le Cancer (SAKK) souhaitent déterminer si les patients atteints d'un cancer de l'intestin tirent davantage profit de leur traitement s'ils pratiquent une activité physique. Le réseau national de recherche sur le cancer étudie ainsi pour la première fois un traitement anticancéreux qui inclut du sport. Ce faisant, le SAKK poursuit aussi ses efforts pour améliorer la qualité de vie des patients.

Le Groupe Suisse de Recherche Clinique sur le Cancer (SAKK) oeuvre depuis 50 ans pour que les patients atteints d'un cancer puissent bénéficier du meilleur traitement possible. Au cours de cette année de jubilé, le SAKK débute la première étude sur les effets du sport pendant la chimiothérapie. De vastes études ont montré que les personnes qui ont une très grande activité physique sont moins touchées par le cancer de l'intestin. De plus, les récidives sont moins fréquentes chez les personnes physiquement actives. Toutefois, on ignore à ce jour si la pratique d'un sport pendant un traitement contre le cancer de l'intestin permet d'obtenir de meilleurs résultats thérapeutiques.

Lors d'un cancer avancé, on emploie avant tout des médicaments qui détruisent les cellules cancéreuses. Néanmoins, les facteurs tumoraux se révèlent ne pas être les seuls facteurs importants pour maîtriser le cancer. L'environnement dans lequel les cellules cancéreuses se développent est également décisif. L'activité physique influe sur ces facteurs individuels. Au cours de l'étude ACTIVE, les chercheurs du SAKK vont donc analyser si les patients atteints d'un cancer avancé de l'intestin, récemment diagnostiqué, tirent davantage profit du traitement s'ils suivent un programme d'exercice physique structuré de 12 semaines pendant la chimiothérapie. «Nous voulons déterminer si cette approche permet de maîtriser la tumeur pendant plus longtemps et si les patients ressentent moins de troubles dans l'ensemble», explique Viviane Hess, directrice de l'étude, qui est soutenue dans ses recherches sur la question par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS) au travers d'un subside de professeur boursier FNS.

Afin de pouvoir mesurer avec fiabilité une éventuelle amélioration, la moitié des participants à l'étude seront inclus dans un groupe témoin, où ils seront traités par une chimiothérapie standard. En plus de la chimiothérapie standard, l'autre moitié des patients, affectés dans le deuxième groupe de manière aléatoire, s'entraîneront deux fois par semaine sur un vélo ergomètre avec un physiothérapeute et seront motivés à bouger plus au quotidien à l'aide d'un podomètre. L'entraînement sera conçu individuellement et comprendra des contrôles du pouls, afin de convenir aussi aux patients qui ne faisaient pas de sport auparavant. Le fait que les patients puissent personnellement contribuer activement à leur traitement est un nouveau facteur important.

Cette vaste étude sera menée dans de nombreux hôpitaux en Suisse, en Autriche et en Allemagne sous la direction du SAKK, qui travaillera pour l'occasion en collaboration avec l'Österreichische Arbeitsgemeinschaft Medikamentöse Tumortherapie (AGMT, groupe de travail autrichien sur les traitements médicamenteux antitumoraux).

Fondé en 1965 sous la forme du Groupe suisse de chimiothérapie, le SAKK est aujourd'hui le réseau national de recherche contre le cancer, auquel adhèrent tous les hôpitaux universitaires suisses, ainsi que de nombreux hôpitaux cantonaux et régionaux dans toute la Suisse. Alors qu'au début, les recherches du SAKK portaient principalement sur les chimiothérapies, le réseau intègre désormais toutes les options thérapeutiques existantes comme la chirurgie, la radiothérapie et les traitements médicamenteux afin de trouver le meilleur traitement possible pour les patients atteints d'un cancer. Le SAKK étudie également la façon dont on peut améliorer la qualité de vie des patients. «Si l'étude ACTIVE parvient à montrer que le sport pratiqué pendant la chimiothérapie a avant tout des répercussions positives sur le bien-être des patients, ce résultat à lui seul constituera déjà un bénéfice direct pour les participants - en plus de l'optimisation thérapeutique espérée pour les futurs patients», indique Beat Thürlimann, président du SAKK.

Titre original de l'étude: SAKK 41/14 ACTIVE-2 Physical activity program in patients with metastatic colorectal cancer who receive palliative first-line chemotherapy. A multicenter open label randomized controlled phase III trial

Actifs contre le cancer - 50 ans du SAKK 
20 mai 2015, de 15 h 00 à 22 h 00, Place fédérale de Berne 

Le 20 mai 2015, le Groupe Suisse de Recherche Clinique sur le Cancer (SAKK) fête ses 50 ans sur la Place fédérale de Berne sous la devise «Actifs contre le cancer». À partir de 15 h 00, le SAKK accueille les passants sous sa tente d'information pour répondre à toutes les questions sur la recherche clinique sur le cancer. Cinq équipes doivent par ailleurs prouver leur talent et leur bonne forme physique au cours d'une compétition sportive. Les enfants se voient conter des histoires par la fée Prisca Saxer, peuvent s'amuser avec le dessinateur Ted Scapa et assister à un concert donné spécialement pour eux par le groupe Leierchischte XXL. Au cours de la soirée, Luca Hänni, BAUM et GUSTAV s'engagent aussi activement en faveur de la recherche contre le cancer en proposant des concerts. La manifestation est publique et gratuite.

Le Groupe Suisse de Recherche Clinique sur le Cancer (SAKK) est une organisation à but non lucratif qui réalise des études cliniques dans le domaine de l'oncologie depuis 1965. Le SAKK a pour objectifs principaux de rechercher de nouveaux traitements contre le cancer, de continuer à développer les traitements existants et d'améliorer les chances de guérison des patients atteints d'un cancer. Cela passe par des coopérations en Suisse mais aussi avec des centres et des groupes d'étude à l'étranger. Le SAKK est soutenu par le Secrétariat d'État à la formation, à la recherche et à l'innovation (SEFRI) dans le cadre d'une convention de prestations et par différents partenaires tels que la Ligue suisse contre le cancer et la fondation Recherche suisse contre le cancer. Le programme du jubilé est porté par les sponsors suivants: Amgen, Bayer, Celgene, Astellas, AstraZeneca, Novartis et Roche. Les entreprises s'engagent à soutenir ce programme indépendamment de la prescription et de la délivrance de leurs médicaments. Pour de plus amples informations: www.sakk.ch

Contact:

- Pr Viviane Hess, directrice de l'étude ACTIVE, directrice de la
recherche clinique en oncologie, hôpital universitaire de Bâle, 061
265 50 59, viviane.hess@usb.ch
- Pr Beat Thürlimann, président du SAKK, médecin-chef du Centre du
sein de St-Gall, hôpital cantonal de St-Gall, tél. 071 494 18 88,
beat.thuerlimann@sakk.ch
- Dr Peter Brauchli, directeur du SAKK, centre de coordination du
SAKK, Berne, tél. 031 389 92 96, peter.brauchli@sakk.ch



Plus de communiques: SAKK - Swiss Group for Clinical Cancer Research

Ces informations peuvent également vous intéresser: