Ernst & Young Schweiz

Analyse de la capitalisation boursière des entreprises les mieux cotées au monde - Les entreprises suisses prennent de la valeur sur les marchés boursiers internationaux

Zurich (ots) - Quatre entreprises suisses parmi les 100 premières capitalisations mondiales / Nestlé arrive en 10e position / le secteur financier est la branche la plus solide / la Russie et la Chine en forte progression Au cours de l'année 2010, la Suisse a pris de la valeur sur les marchés boursiers internationaux: au 31 décembre 2010, une entreprise suisse, Nestlé, figurait au top 10, se plaçant au 10e rang (en 2009: 17e rang). D'autres groupes suisses comptent parmi les 100 plus grosses capitalisations mondiales. Il s'agit de Novartis (26e rang; en 2009: 32e rang), Roche (38e rang, en 2009: 28e rang) et Xstrata (92e rang; en 2009: 122e rang). Avec 4 entreprises dans le top 100, la Suisse se place actuellement en sixième place dans le classement international, aux côtés de l'Allemagne et du Brésil. Les deux premières places sont occupées par les Etats-Unis (37 entreprises) et la Chine (11 entreprises). La Grande-Bretagne, en progression, se place en troisième position avec 9 entreprises (contre 8 en 2009). La France arrive quatrième avec 6 entreprises, suivie du Japon (5 entreprises). Ces données sont le résultat d'une analyse effectuée par la société d'audit et de conseil Ernst & Young. En termes de capitalisation boursière totale par pays, la Suisse occupe toujours la cinquième place et a légèrement augmenté sa valeur: les entreprises suisses figurant au top 100 totalisent actuellement une valeur de 554 milliards de dollars US, soit une hausse de 5% par rapport à l'année précédente (526 milliards de dollars US). Exxon est l'entreprise la plus chère du monde En fin d'année, une entreprise américaine arrivait en tête du classement des entreprises. Le géant de l'énergie Exxon a supplanté son concurrent chinois Petrochina. La capitalisation boursière d'Exxon avoisine les 369 milliards de dollars US alors que celle de Petrochina dépasse les 303 milliards de dollars US. L'entreprise helvétique la plus chère du classement est Nestlé, avec une valeur boursière de plus de 202 milliards de dollars US. Novartis, le numéro deux suisse, affiche une capitalisation boursière de près de 155 milliards de dollars US tandis que celle de Roche dépasse les 127 milliards de dollars US et celle d'Xstrata avoisine les 70 milliards de dollars US. Pour Louis Siegrist, membre de la Direction générale d'Ernst & Young Suisse et responsable Transaction Advisory Services, cette relativement bonne performance de la Suisse tient à plusieurs facteurs: «Les entreprises disposent de stratégies ciblées qu'elles mettent en oeuvre de manière systématique et opèrent dans des secteurs stables comme celui des biens de consommation ou l'industrie pharmaceutique. De plus, les entreprises du solide secteur financier helvétique se sont également stabilisées.» Progression des entreprises énergétiques L'année passée, le secteur de l'énergie a gagné en importance: le nombre d'entreprises de ce secteur qui ont pu se classer dans le top 100 est passé de 18 à 20 en 2010. «Le rétablissement de l'économie mondiale entraîne une hausse des prix de l'énergie. Les sociétés pétrolières et gazières gagnent ainsi considérablement en attractivité», explique Louis Sigrist. Les sociétés d'approvisionnement ont quant à elles traversé une période difficile: elles ne sont plus que deux à figurer au top 100 alors qu'elles étaient trois en 2009 et même huit en 2008. La branche la plus importante demeure le secteur financier. La crise financière avait entraîné son effondrement transitoire sur les marchés boursiers mondiaux, mais il s'en est remis depuis. Alors que fin 2008 - peu après l'éclatement de la crise - seules 16 entreprises du secteur financier avaient réussi à se classer dans le top 100, leur nombre était remonté à 24 fin 2009 et s'élève même aujourd'hui à 23. Le nombre de banques dans le top 100, en légère diminution, est passé de 21 à 20. Les pays BRIC jouent un rôle croissant Ce sont essentiellement les pays BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) qui jouent un rôle de plus en plus important sur les marchés boursiers internationaux: fin 2010, 19 entreprises de ces pays ont réussi à se classer dans le top 100, contre 18 en 2009 et seulement 11 en 2008. «Aucun doute: la prochaine décennie sera celle des pays émergents. Alors que les pays industrialisés souffriront encore longtemps des conséquences de la crise financière, les marchés émergents vont connaître une ascension fulgurante», pronostique Louis Siegrist. A propos d'Ernst & Young Ernst & Young est l'un des leaders mondiaux dans les domaines de l'audit, de la fiscalité, des transactions et du conseil. Nos 141'000 collaborateurs, répartis dans le monde entier, partagent les mêmes valeurs et un engagement inébranlable en faveur de la qualité. C'est en aidant nos collaborateurs, nos clients et les communautés auxquelles nous appartenons à donner le meilleur d'eux-mêmes que nous faisons la différence. Ernst & Young désigne l'organisation mondiale des sociétés membres d'Ernst & Young Global Limited (EYG), chacune d'entre elles étant une entité juridique séparée. EYG, société britannique à responsabilité limitée par garantie, ne fournit pas de prestations aux clients. En Suisse, Ernst & Young SA est l'une des premières sociétés d'audit et de conseil. Avec ses 2'000 collaborateurs répartis sur 10 sites, elle propose également des services dans les domaines de la fiscalité et du droit ainsi qu'en matière de transactions et de comptabilité. Pour de plus amples informations, rendez-vous sur notre site Internet: www.ey.com/ch ots Originaltext: Ernst & Young Schweiz Internet: www.presseportal.ch/fr Contact: Simone Isermann Ernst & Young Porte-parole Tél.: +41/58/286'35'97 E-Mail: simone.isermann@ch.ey.com

Ces informations peuvent également vous intéresser: