Wirtschaftskomitee "Für die Bilateralen - Personenfreizügigkeit JA"

Comité économique « pour les accords bilatéraux »
Un vaste comité économique réitère son soutien aux accords bilatéraux avant que l'UDC arrête sa position

    Zürich (ots) - Les entreprises suisses ont besoin des accords bilatéraux conclus avec l'UE. Ces accords ont fait leurs preuves. Il est essentiel de pouvoir compter sur des conditions-cadre stables et un accès sans entraves au premier marché d'exportation, en particulier dans une période conjoncturelle difficile. Résilier les accords bilatéraux mettrait en péril des emplois et la prospérité. Pour les entreprises suisses, il serait incompréhensible et irresponsable que l'UDC rejette la libre circulation des personnes. Des entrepreneurs de toutes les branches de l'économie favorables à la voie bilatérale en appellent au bon sens des délégués de l'UDC. Le comité économique « pour les accords bilatéraux » compte déjà 250 entrepreneurs environ. D'autres adhèrent au comité tous les jours sur www.accords-bilateraux.ch.

    Hans Hess, vice-président de Swissmem, fait référence, dès le début de la conférence de presse, à la réunion imminente de l'UDC pour arrêter sa position sur la libre circulation des personnes : « Un non serait incompréhensible et irresponsable ». Ce qui est sûr, c'est qu'en cas de rejet de la libre circulation des personnes, les sept accords bilatéraux disparaîtraient. Or, d'après le représentant de l'industrie des machines, des équipements électriques et des métaux, « nous avons besoin d'un accès sans entraves au marché intérieur de l'UE, en particulier dans les phases conjoncturelles difficiles ».

    La santé du secteur de la construction, focalisé sur le marché suisse, dépend du succès des entreprises exportatrices. En effet, « c'est seulement quand l'économie exporte, que les indicateurs généraux sont au beau fixe et que le climat de consommation est bon, que l'on construit ». Plus de 60 % des personnes travaillant sur les chantiers suisses possèdent un passeport étranger. D'après Werner Messner, président de la Société Suisse des Entrepreneurs, la présence de travailleurs étrangers n'a pas généré de pression salariale. Les salaires versés aux travailleurs suisses et étrangers dans ce secteur sont nettement supérieurs aux salaires minimaux.

    Guglielmo L. Brentel, président d'hotelleriesuisse, souligne l'importance de la libre circulation des personnes pour l'hôtellerie et le tourisme. Les nationalités représentées sont aussi nombreuses du côté des clients que des employés. M. Brentel est convaincu que la libre circulation des personnes constitue aussi une chance pour les jeunes. « Les jeunes Suisses peuvent saisir des opportunités en or dans les nouveaux pays membres de l'UE. Ils ont la possibilité de faire leurs preuves dans le développement de projets de tourisme ou l'expansion de chaînes d'hôtels internationales. » La Suisse aussi profite de ces expériences.

    Charles Phillot, entrepreneur, souligne les expériences positives faites avec les bilatérales : 200 000 emplois ont été créés, une bonne partie d'entre eux en Suisse romande. Le directeur de Frewitt SA précise : « Si l'accord sur la libre circulation des personnes n'est pas reconduit, c'est l'ensemble des sept accords bilatéraux qui cesse d'être appliqué ». Si le peuple dit non, c'est la Suisse qui résilie les accords, pas l'UE. Nous serions les premiers perdants.

    André Berdoz, directeur de Berdoz SA, parle avant tout des petites et moyennes entreprises (PME) : « Au moins, 15 % des PME helvétiques sont tournées vers l'exportation. Elles accèdent pratiquement sans entraves à ce marché de 490 millions de consommateurs-acheteurs ». Cependant, les accords bilatéraux profitent indirectement à toutes les autres entreprises. Aussi, la Chambre suisse des arts et métiers s'est-elle prononcée, sans opposition, en faveur de la reconduction et de l'extension de l'accord sur la libre circulation des personnes.

Contact: - Hans Hess, vice-président de Swissmem, tél. 079 687 04 00 - Werner Messmer, président central de la Société Suisse des   Entrepreneurs, tél. 079 445 77 89 - Guglielmo L. Brentel, président d'hotelleriesuisse,   tél. 079 437 60 58   ou hotelleriesuisse, Nora Fehr, tél. 031 370 42 80 - Charles Phillot, directeur de Frewitt fabrique de machines SA,   tél. 026 460 74 00 ou 079 355 37 84 - André Berdoz, directeur de Berdoz SA, tél. 079 210 93 31



Ces informations peuvent également vous intéresser: