Hakle

Sondage Hakle: De quoi en rester sur les fesses

    Niderbipp (ots) - Nous nous asseyons dessus tous les jours et pourtant, nous ne nous en occupons guère: Vous l'aurez compris, il s'agit de notre postérieur. Et pourtant, notre partenaire idéal devrait avoir un fessier aguichant. Tels sont les résultats intéressants se dégageant de l'étude commandée par Hakle.

    Un Suisse sur quatre n'est pas satisfait de son derrière et pourtant, moins de la moitié des personnes interrogées font des exercices ciblés pour l'entretenir, les hommes étant un peu plus concernés (62%) que les femmes (49%) et la tendance étant plus forte en Suisse occidentale (62%) qu'alémanique (53%). Ces chiffres résultent d'un sondage d'opinion effectué cet été sur l'initiative de Hakle, 1000 Suisses originaires de Romandie et de Suisse alémanique ayant répondu à une interview en ligne.

    Selon Hakle, les Suisses devraient mieux s'occuper de leurs fesses, car une personne sur deux passe plus de 6 heures par jour en position assise. Et pourtant, les soins quotidiens sont réduits à la portion congrue, trois cinquièmes des sondés ne consacrant que 30 minutes à l'hygiène corporelle. La majorité d'entre eux utilise du papier hygiénique et des lingettes.

    Minceur requise pour qu'un postérieur passe à la postérité

    Un quart des hommes pense que leurs fesses nues sont irrésistibles, ce taux chutant à 6% chez les femmes qui se préfèrent dans un pantalon serré ou juchées sur des chaussures à talons hauts. Le jugement personnel porté sur son fessier est bien souvent totalement à l'opposé des desiderata du partenaire, bon nombre de personnes souhaitant que le derrière de leur partenaire ne soit pas trop volumineux. D'ailleurs, 7% des hommes remarquent en premier le derrière de leur interlocuteur ou interlocutrice, ce taux n'étant que de 3% pour les femmes.

    Les Suisses se prélassent de préférence dans leur canapé

    Dans l'ordre décroissant, être assis sur des chaises et des bancs durs et utiliser de façon prolongée le vélo sont les situations dans lesquelles les Suisses souffrent le plus. Bref, le canapé est leur siège favori, répondent notamment les femmes et les plus jeunes. Les hommes préfèrent en effet à 15%... leur chaise de bureau.

    0 sous-vêtement pour 1%

    Mais que porte-t-on donc "dessous"? Deux tiers des sondés portent des slips, soit 70% des femmes et 52% des hommes, les autres représentants du sexe fort étant des inconditionnels du caleçon. Un quart des femmes (notamment les plus jeunes et en Suisse occidentale) seulement portent des tangas. On apprend au passage qu'un Suisse sur 100 ne porte jamais de sous-vêtements.

    Les Suisses alémaniques ne jurent que par le "popotin"

    Autre question à prendre avec des pincettes mais désormais élucidée : comment appelons-nous notre postérieur? En Suisse alémanique, c'est "popotin" qui l'emporte, suivi par "cul" (un tiers des réponses), largement utilisé par les plus jeunes et la majorité des Romands, et "derrière", favorisé par un quart des Suisses de l'Ouest et les personnes plus âgées. Le mot "postérieur" a quant à lui la faveur des femmes et des plus de 55 ans.

ots Originaltext: Hakle
Internet: www.presseportal.ch/fr

Contact:
Dr. Peter P. Knobel AG
Claudia Schuler, contact médias
Tél.:    +41/41/768'99'41
E-Mail: c.schuler@knobel.ch



Plus de communiques: Hakle

Ces informations peuvent également vous intéresser: