Jacobs Foundation

L'argent, un sujet sans importance?
Les jeunes Suisses et leurs moyens financiers

L'argent, un sujet sans importance? / Les jeunes Suisses et leurs moyens financiers
En Suisse, les jeunes sont très peu confrontés aux soucis d'argent. Photo: Kevin Hey © Fondation Jacobs [Des photos relatives à l'étude Juvenir peuvent être obtenues auprès de la Fondation Jacobs.] Texte complémentaire par OTS et sur www.presseportal.ch/fr/pm/100015583 / L'utilisation de cette image est pour des buts redactionnels ...

Zurich (ots) - Ils ont de l'argent en suffisance: plus des trois quarts (79 pour cent) des adolescents suisses affirment avoir suffisamment d'argent, 46 pour cent d'entre eux admettent même en avoir plus qu'en suffisance. Ces deux constats résultent de la troisième étude «Juvenir» représentative de la jeunesse en Suisse conduite par la Fondation Jacobs. Cette étude révèle l'image d'une jeunesse qui se montre extrêmement prudente et économe dans sa gestion de l'argent. Ces jeunes estiment que certaines offres ainsi que des produits précis sont (trop) chers. Et pourtant: pour la vaste majorité de ces jeunes, renoncer à une dépense n'est pas, ou quasiment pas, un problème.

La plupart des jeunes (76 pour cent) n'ont quasiment jamais dû renoncer à un achat. Mais renoncer à une dépense est une décision qui dépend des exigences que l'on se fixe. Pour la vaste majorité des jeunes, les valeurs immatérielles sont bien plus importantes que les objets: 72 pour cent investissent leur argent de préférence dans de bons moments passés avec les amis plutôt que pour des objets onéreux.

Le pouvoir des consommateurs

Les trois quarts (78 pour cent) des jeunes sont convaincus qu'avec un mode de consommation axé sur un développement durable, on peut améliorer les conditions de production. Mais l'aspiration à promouvoir l'équité dans le commerce s'arrête souvent aux limites du porte-monnaie: Aujourd'hui, seul 1 jeune sur 6 en Suisse (17 pour cent) achète régulièrement des produits du commerce équitable. Comparés aux jeunes des autres régions linguistiques, les Tessinois sont les plus nombreux à maintenir la cohérence entre leur conscience écologique et leurs actes (24 pour cent); en Suisse romande, 18 pour cent des jeunes sont attachés à un mode de consommation équitable, ce chiffre étant de 16 pour cent en Suisse alémanique.

«Comment concilier une conscience écologique aigüe avec un mode de consommation modeste lorsque les ressources financières sont pleinement suffisantes? Ce dilemme n'est pas vécu que par les jeunes, puisque de nombreux adultes critiquent certaines entreprises en pointant du doigt l'exploitation des travailleurs ou le mode de production dommageable pour l'environnement, tout en exigeant par ailleurs des prix bas, des délais de livraison rapides et des articles dernier cri. Sur ce point, les jeunes sont un reflet de la société», affirme Sandro Giuliani, directeur de la Fondation Jacobs.

Trop chers: loyer, mobilité, sorties

Le loyer d'un logement individuel est perçu par une vaste majorité des jeunes (86 pour cent) comme étant trop onéreux. Dans cette appréciation, ce poste est suivi de près par les dépenses au titre de la mobilité (82 pour cent), en particulier les coûts des transports en commun. Pour une nette majorité des jeunes, le plaisir des sorties est quelque peu gâché par le prix excessif des billets d'entrée pour les clubs ou les concerts (76 pour cent) et celui des boissons et des repas (77 pour cent).

Sens de l'économie et des responsabilités

L'endettement croissant des jeunes Suisses, qui fait toujours couler beaucoup d'encre, n'est pas confirmé par l'étude Juvenir: en effet, presque tous les adolescents économisent occasionnellement (95 pour cent), voire régulièrement (83 pour cent). Dans l'ensemble, l'image de la jeunesse résultant de l'étude Juvenir est celle d'individus gérant leur argent de manière réfléchie et responsable, quel que soit le mode de gestion pratiqué d'ailleurs: répartition de l'argent au cours du mois (84 pour cent), calcul préalable à tout achat d'un objet onéreux (84 pour cent) ou achats ciblés en fonction du prix (73 pour cent). Seuls 6 pour cent des jeunes doivent parfois emprunter de l'argent vers la fin du mois pour pouvoir joindre les deux bouts.

Contexte des études Juvenir

Juvenir est une série d'études représentatives conduites par la Fondation Jacobs sur des sujets d'actualité intéressant la jeunesse en Suisse. Un point la distingue en particulier: elle est la seule série d'études suisses qui ne parle pas des jeunes, mais qui dialogue avec eux par le biais des médias sociaux. Comme lors des deux premières études Juvenir, les jeunes peuvent discuter des résultats sur Facebook (www.facebook.com/juvenir.ch).

La troisième étude Juvenir «L'argent, un sujet sans importance? Les jeunes Suisses et leurs moyens financiers» a recueilli l'avis d'adolescents et de jeunes adultes âgés de 15 à 21 ans dans les trois grandes régions linguistiques de Suisse. L'étude complète et la version abrégée sont disponibles en allemand et en français sous forme électronique sur le site Internet www.juvenir.ch.

La Fondation Jacobs

La Fondation Jacobs est une fondation active dans le monde entier au service du développement de l'enfance et de l'adolescence. Créée par l'entrepreneur J. Jacobs à Zurich en 1989, la Fondation Jacobs soutient des projets de recherche, des programmes d'action et des institutions scientifiques grâce à un budget annuel de près de 40 millions de francs. Elle s'attache avant tout à l'excellence scientifique et aux applications concrètes qui l'accompagnent. Au cours des 25 années de son existence, la Fondation Jacobs a octroyé quelque 500 millions de francs en faveur du développement de l'enfance et de la jeunesse.

Contact pour la presse:

Tobias Kaspar
tobias.kaspar@jacobsfoundation.org
T +41 (0)44 388 61 45
M +41 (0)79 128 44 45

Fondation Jacobs, Seefeldquai 17, CH-8034 Zurich,
www.jacobsfoundation.org



Plus de communiques: Jacobs Foundation

Ces informations peuvent également vous intéresser: