Jacobs Foundation

La première grande décision
Comment les jeunes Suisses choisissent une formation (professionnelle)

Zurich (ots) - Les jeunes Suisses arrivant sur le marché du travail affichent un niveau de satisfaction très élevé et l'argent n'est pas le critère principal lors du choix d'une profession. Ces deux constats sont le résultat de la deuxième étude représentative de la jeunesse en Suisse conduite par la Fondation Jacobs. Cette étude, consacrée au choix d'une formation, se concentre sur les jeunes qui sont confrontés à la décision d'opter pour une formation professionnelle.

L'essentiel des conclusions de Juvenir 2.0: une proportion considérable de jeunes, à savoir 91 pour cent, ont la chance de pouvoir se consacrer à leurs envies et à leurs intérêts personnels dans la pratique de leur profession. Ainsi, la plupart des jeunes se disent très satisfaits de la filière de formation qu'ils ont choisie: neuf jeunes sur dix affirment qu'ils ont du plaisir au travail, que les matières apprises lors de la formation sont intéressantes et qu'ils ont de bonnes relations avec leurs formateurs. Une proportion de 93 pour cent d'entre eux apprécient la formation professionnelle, car elle représente un tremplin pour des qualifications futures plus pointues tout en leur ouvrant de nombreuses opportunités de développement professionnel. S'il est vrai que les possibilités de revenu pendant et après la formation ne sont pas négligeables aux yeux des jeunes, elles ne se situent pourtant pas au premier plan des préoccupations au moment de choisir une profession. De bonnes perspectives financières sont importantes pour 56 pour cent des jeunes, mais la poursuite des intérêts personnels et la sécurité de l'emploi sont les préoccupations de loin les plus importantes, respectivement pour 91 pour cent et pour 70 pour cent des jeunes. Les observations de Juvenir 2.0 s'inscrivent clairement en faux contre l'image de jeunes Suisses principalement intéressés par des considérations matérialistes.

À l'âge de 15 ans déjà, les jeunes de Suisse sont confrontés à cette grande décision: apprentissage ou poursuite d'une formation dans un établissement de niveau supérieur? Et si c'est l'apprentissage qui l'emporte, lequel choisir parmi la vaste palette de possibilités existantes? Juvenir a voulu savoir comment les jeunes opèrent ce choix, autrement dit pour quelles raisons ils optent pour une formation professionnelle précise et, a posteriori, quel est leur niveau de satisfaction concernant la décision qu'ils ont prise. «Avec ce le système dual de la formation professionnelle, les jeunes bénéficient d'excellentes conditions-cadres», affirme Sandro Giuliani, directeur de la Fondation Jacobs. «En outre, par rapport à d'autres pays européens, l'offre en matière de places d'apprentissage en Suisse est diversifiée et de bonne qualité.»

Autres résultats de Juvenir 2.0

- Avoir l'embarras du choix - quel embarras? Pour 60 cent des jeunes, la décision d'opter pour un apprentissage est aisée, car ils privilégient l'intérêt pour le domaine en question et pour le métier qu'ils souhaitent exercer plus tard. Une autre partie d'entre eux, qui représente 19 pour cent, prennent clairement une telle décision par pragmatisme, notamment en raison de la sécurité de l'emploi ou de la proximité du lieu de formation avec leur domicile. Quant aux 21 pour cent restants, ils sont aux prises avec des incertitudes et des difficultés intérieures lors du choix de la formation. Indécis, ils craignent de prendre une mauvaise décision.

- Les filles sont différentes - les garçons aussi. Les jeunes filles et les jeunes gens ont une approche différente quant au choix et quant à la manière d'envisager l'avenir: les filles sont, pour 28 pour cent d'entre elles, souvent plus indécises lors du choix de la formation professionnelle que les garçons, dont la proportion atteint 15 pour cent. Elles évaluent également leurs chances de carrière avec moins d'optimisme. Seules 68 pour cent des filles interrogées envisagent cet aspect positivement, contre 84 pour cent chez les garçons.

Contexte des études Juvenir

Juvenir est une série d'études représentatives conduites par la Fondation Jacobs sur des sujets d'actualité intéressant la jeunesse en Suisse. Un point la distingue en particulier: elle est la seule série d'études suisses qui ne parle pas des jeunes, mais qui parle avec eux. À cet effet, Juvenir utilise les médias sociaux dont les jeunes se servent quotidiennement. Comme lors de la première étude Juvenir, les jeunes peuvent discuter des résultats sur Facebook (www.facebook.com/juvenir.ch). Toute personne intéressée peut y commenter les résultats et donner son avis, même s'il se démarque de la majorité.

La deuxième étude Juvenir, intitulée «La première grande décision - comment les jeunes Suisses choisissent une formation professionnelle», est disponible en téléchargement en version condensée auprès de la Fondation Jacobs, sur le site Internet www.juvenir.ch.

À propos de la Fondation Jacobs

La Fondation Jacobs est une fondation active dans le monde entier au service du développement de l'enfance et de l'adolescence. Créée par l'entrepreneur J. Jacobs à Zurich en 1989, la Fondation Jacobs soutient des projets de recherche, des programmes d'action et des institutions scientifiques grâce à un budget annuel de près de 35 millions de francs. Elle s'attache avant tout à l'excellence scientifique et aux applications concrètes qui l'accompagnent. Son investissement auprès de l'Université Jacobs de Brême, à hauteur de 200 millions d'euros (2006), a valeur d'exemple pour les initiatives privées de promotion scientifique en Europe.

Contact:

Tobias Kaspar
E-Mail: tobias.kaspar@jacobsfoundation.org
Tél.: +41/44/388'61'45
Mobile: +41/79/128'44'45

Jacobs Foundation
Seefeldquai 17
CH-8034 Zurich
Web: www.jacobsfoundation.org



Plus de communiques: Jacobs Foundation

Ces informations peuvent également vous intéresser: