KFH - Conférence des Recteurs des Hautes

Première "Journée de la recherche" de la Conférence spécialisée "santé" - Les hautes écoles spécialisées prônent la coopération plutôt que la concurrence en matière de recherche sur la santé

Berne (ots) - Les hautes écoles spécialisées souhaitent collaborer plus étroitement en matière de recherche dans le domaine de la santé. Tel est le résultat qui se dégage de la première "Journée de la recherche" de la Conférence spécialisée "santé" qui s'est tenue en juin à Berne, une instance de la Conférence des Recteurs des Hautes Ecoles Spécialisées Suisses (CSHES). La recherche orientée vers la pratique, initiée par les hautes écoles spécialisées du domaine de la santé, est encore en voie de construction. Cependant, 150 projets d'un volume total de quelque dix millions de francs sont actuellement réalisés. Parmi les partenaires importants de ces projets, on compte des entreprises ainsi que des institutions privées et publiques. A l'occasion de la "Journée de la recherche" de la Conférence spécialisée "santé" (CSS), M. Peter C. Meyer, Président de la Conférence spécialisée "santé", et directeur du département santé de la ZHAW Université des sciences appliquées de Zurich, a souligné que "la recherche et le développement à l'échelon des hautes écoles spécialisées forment une base qui permettra aux métiers de la santé d'atteindre le professionnalisme requis par l'évolution de la santé publique". En 2002 déjà, la Suisse romande (HES-SO) offrait ses formations dans le domaine de la santé au niveau HES. Depuis 2006, les hautes écoles spécialisées offrent des formations aux professions de santé dans toute la Suisse. Il s'agit notamment de formations concernant les soins infirmiers, la physiothérapie, l'ergothérapie, la nutrition et la diététique, ainsi que la profession de sage-femme et pour la Suisse romande la formation technique en radiologie médicale. Les filières de bachelor existantes et celles de master, programmées, seront complétées par des activités de recherche et développement, comme prévu par le mandat de prestations élargies des hautes écoles spécialisées. Celles-ci assurent que les professionnels de santé fourniront des soins de qualité malgré la restriction croissante des dépenses de santé. Selon la loi sur l'assurance-maladie, les prestations médicales doivent répondre à des critères d'efficacité, d'adéquation et d'économicité. L'utilisation de nouvelles connaissances issues de la recherche en provenance des hautes écoles spécialisées (HES) étaie cette demande, tout en soutenant les activités de promotion de la santé et de prévention. Les différentes mesures prises dans le domaine de la santé publique peuvent être supervisées et adaptées en permanence grâce aux résultats de la recherche obtenus au sens d'une pratique factuelle (evidence based health care). Un lien étroit entre pratique et recherche La haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO) avec ses sites situés dans les cantons de Fribourg, Genève, Jura, Neuchâtel, Vaud et Valais, se dédie à la recherche et au développement dans le domaine de la santé depuis 2002. Pour ce faire, elle a créé quatre réseaux de compétences, le CEDIC, le RECSS, le Ré-Sa-R et le REA. Le réseau Ré-Sa-R par exemple, valide entre autres le Wolf Motor Function Test. Ce test permet d'évaluer les progrès de mobilité effectués par des personnes à demi-paralysées suite à une attaque ou à une lésion cérébrale. Les partenaires dans la pratique sont les hôpitaux cantonaux de Genève et de Fribourg, ainsi qu'un centre de rééducation près de Paris. Pour les activités de recherche des hautes écoles spécialisées, les partenaires issus de la pratique sont d'une importance capitale. Ainsi, pour son projet SpitexPlus, la ZHAW coopère avec le ressort "vieillesse et soins" de la ville de Winterthur et avec Spitex. Cette collaboration permet de recueillir des données afin de connaître les besoins des personnes âgées de plus de 80 ans vivant à domicile. Ces éléments serviront à développer une offre pour fournir des conseils de soins. Dans le projet "Work und Care" de la HES Kalaidos, qui étudie des approches en vue de concilier activité professionnelle et soins à domicile, la Banque Coop et l'Association Alzheimer Suisse sont impliquées en tant que partenaires. Un projet de la HES-SO à Genève s'est donné pour objectif d'apporter des améliorations dans les soins prodigués aux patients en coopération avec l'unité de soins intensifs de l'Hôpital Universitaire de Genève. Un autre projet de recherche fortement impliqué dans la pratique est effectué à la HES de St-Gall. Une étude clinique de grande envergure ayant trait à la prévention des maladies cardiovasculaires analyse l'efficacité d'un programme de santé novateur basé sur Internet. Les services de cardiologie de l'hôpital cantonal de St-Gall et de prévention cardiovasculaire et de réadaptation de l'hôpital de l'Ile à Berne sont les partenaires de cette étude interdisciplinaire. Au-delà des frontières linguistiques La mise en réseau et l'intensification de la collaboration par disciplines, et interdisciplinaire, entre chercheurs des différentes HES constituent les objectifs déclarés de cette journée consacrée à la recherche. Pour certains projets, la coopération est déjà une réalité. Le projet "standards de qualité pour une restauration collective en faveur de la santé" en est un exemple. Ce projet prévoit l'élaboration de bases pour définir, introduire et contrôler des directives de qualité contraignantes en matière de restauration collective suisse, en étroite collaboration avec les partenaires de terrain. La haute école spécialisée bernoise BFH, la haute école spécialisée de Suisse occidentale HES-SO et la Société suisse de nutrition participent au projet. Ce dernier est financé par la BFH et l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). "Avec une collaboration au-delà des frontières linguistiques, nous obtiendrons des résultats valables à l'échelle nationale, mais aussi un échantillonnage suffisant. Tous les participants devront accepter de faire de gros efforts" estime la directrice du projet, Sigrid Beer-Borst. Pour leurs activités de recherche et développement, les hautes écoles spécialisées sont encore plus dépendantes de fonds venant de tiers que les universités. Elles sont donc dans l'obligation de mener une recherche de haute qualité; une recherche conforme aux exigences, mais aussi orientée sur l'application pratique. Les institutions privées et publiques sont les sources de financement les plus importantes pour les projets de recherche des hautes écoles spécialisées dans le domaine de la santé. Parmi ces sources, on compte également les instruments de promotion de la Confédération, en particulier DORE, du Fonds national suisse (FNS) et le CTI, l'agence pour la promotion de l'innovation, intégrée à l'Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie. Entre 2004 et 2007, 24 projets du domaine de la santé représentant un total de 2,8 millions de francs ont été soutenus dans le cadre de DORE. A partir de 2012, la promotion de la recherche orientée vers la pratique sera intégrée dans la promotion générale des projets du FNS. Photos à disposition sur demande ots Originaltext: KFH - Conférence des Recteurs des Hautes Ecoles Spécialisées Suisses Internet: www.presseportal.ch/fr Contact: M. Peter C. Meyer Président de la conférence spécialisée "santé" et directeur du département santé de la ZHAW Université des sciences appliquées de Zurich Tél.: +41/58/934'63'04 E-Mail: mepc@zhaw.ch Mme Ania Biasio Chargée de la communication du département santé/ZHAW/CSS Tél.: +41/58/934'63'84 Mobile: +41/79/484'32'92 E-Mail: bias@zhaw.ch

Ces informations peuvent également vous intéresser: