Public Health Schweiz

Des personnalités politiques et des professionnels de tous bords saluent le message du Conseil fédéral relatif à la Loi sur la prévention

Berne (ots) - Le Conseil fédéral a adopté aujourd'hui le message et la proposition relatifs à la Loi sur la prévention et la promotion de la santé qui ont été adressés au Parlement. Des personnalités politiques et des professionnels de tous bords saluent cette nouvelle étape significative pour la politique de la santé: dans un futur proche, l'accent pourra non seulement être mis sur le traitement des maladies, mais de plus en plus sur la prévention et sur la promotion de la santé. Les 45 organisations membres de l'Alliance pour la santé en Suisse vont se pencher dès maintenant sur les détails du message du Conseil fédéral et prendre position. Silvia Schenker (Conseillère Nationale BS PS et Présidente de la Conférence nationale suisse des ligues de la santé COLISA) «Il y a une centaine d'années, la majorité des gens mourraient de maladies transmissibles comme la tuberculose ou le choléra: c'est encore pour répondre à ces problèmes de santé du passé que sont faites les lois fédérales actuelles. Or, aujourd'hui, ce sont avant tout des maladies chroniques ou des problèmes de santé psychique qui affectent la population suisse. La nouvelle Loi sur la prévention et la promotion de la santé est une étape décisive: elle pose enfin les bases légales qui permettront - aujourd'hui comme demain - de réagir de manière efficiente et efficace face aux problèmes de santé.» Félix Gutzwiller (Conseiller aux Etats ZH PLR et Médecin spécialiste en prévention) «Il est prouvé qu'un mode de vie sain influence positivement la santé. Il importe donc que la prévention et la promotion de la santé soient renforcées en Suisse et la Loi sur la prévention peut y contribuer. Cependant, la forme envisagée pour l'Institut de prévention et de promotion de la santé doit encore être optimisée.» Ignazio Cassis (Conseiller National TI PLR et Vice-président de la FMH) «Le système de santé suisse est trop focalisé sur la maladie. C'est un problème auquel nous resterons confrontés aussi longtemps que nous ne disposerons pas, parallèlement à la législation relative à l'assurance maladie, de bases légales pour la prévention. Grâce aux Buts nationaux de santé - un nouvel instrument qui sera élaboré conjointement par la Confédération, les Cantons et les organisations non gouvernementales - des priorités pourront enfin être fixées pour la politique de la santé. Saisissons cette chance que nous offre la décision du Conseil fédéral!» Marie-Thérèse Weber-Gobet (Conseillère Nationale FR PCS et Présidente de l'Association fribourgeoise du diabète) «En tant que présidente d'une association cantonale du diabète, je suis très bien placée pour savoir quels sont les effets des maladies chroniques. Si les efforts de prévention du diabète ne s'intensifient pas, nous risquons de subir une véritable épidémie. Il est souhaitable que la coordination au niveau national s'améliore; cela exercera des effets bienvenus au niveau cantonal également.» Charles Favre (Conseiller National VD PLR et Président de H+ Les Hôpitaux suisses) «Dans les hôpitaux, vivons au quotidien les conséquences d'une prévention insuffisante. Or, le monde hospitalier est aux prises avec des coûts élevés et un manque de personnel: c'est pourquoi nous soutenons le renforcement de la prévention tel que cette nouvelle Loi le propose.» Thomas Cerny (Président de la Ligue Suisse contre le Cancer) «Comparée à d'autres pays européens, la Suisse est encore à la traîne dans le domaine du dépistage et des registres des tumeurs. Or, en ce qui concerne le cancer, ces deux aspects sont très importants pour assurer une lutte efficace contre la maladie. La Loi sur la prévention fournira enfin les bases légales nécessaires à une coordination au niveau national.» Otto Piller (Président de la Ligue pulmonaire suisse) «En Suisse, les Ligues de la santé jouent depuis des années un rôle important dans le domaine de la prévention. La nouvelle Loi souligne ce rôle et soutient les organisations non gouvernementales dans son travail bénévole ou financé par des dons. La Ligue pulmonaire est en faveur de cette Loi.» ots Originaltext: Santé publique Suisse Internet: www.presseportal.ch/fr Contact: Ursula Zybach, Présidente de Santé publique Suisse Mobile: +41/76/377'13'24 Erich Tschirky, Directeur de la COLISA Mobile: +41/79/741'70'41

Ces informations peuvent également vous intéresser: