ODEC

Plus de Lobbying auprès de la formation professionnelle supérieure

Winterthur (ots) - Le 12 mai dernier se tenait, à Zurich, la 22ème assemblée des délégués de l'ODEC "Association suisse des diplômées et des diplômés des écoles supérieures". Cette assemblée était la deuxième à se dérouler sous ce nouveau nom. Heinrich Summermatter, expert en formation, a tout d'abord présenté le système éducatif suisse. Le budget alloué à l'éducation se chiffre à 25 milliards de francs. 6,6 milliards de ce montant sont attribués à la formation tertiaire contre seulement 200 millions pour la formation professionnelle supérieure. L'essentiel de la somme coquette restante étant destiné aux hautes écoles. Heinrich Summermatter a qualifié les diplômés des écoles supérieures (ES) et les écoles elles-mêmes, comme étant les "oubliés " du système. Ils ne sont, de manière générale, que trop peu pris en compte dans la politique fédérale de la formation. M. Summermatter demande à l'association faîtière de continuer à oeuvrer au niveau politique même s'il reconnaît qu'il est bien difficile de se faire entendre. La formation de réseaux et les groupements avec d'autres associations professionnelles constituent ce faisant à ses yeux la condition indispensable pour pouvoir peser plus lourdement dans la balance. Car il est primordial d'être présent dès le départ, il faut pour ainsi dire anticiper les décisions si l'on veut pouvoir agir au niveau fédéral en temps opportun. Roger Dällenbach est le nouveau président central. Il s'est fixé pour objectifs de mieux faire connaître les diplômées et des diplômés des écoles supérieures et d'améliorer leur positionnement dans l'économie et la politique. Outre l'organisation faîtière ODEC, les régions qui exercent elles aussi un lobbying auprès des centres de formation, sont également appelées à contribution. Politique et économie doivent davantage défendre les intérêts des diplômés des écoles supérieures qui ont choisi de se tourner vers la pratique car leur formation est un atout indiscutable pour la Suisse. Il faut absolument soutenir la formation professionnelle supérieure. Un autre défi sera de poursuivre l'orientation de 360 degrés entamée par l'association. Cela signifie que chaque diplômé(e) d'une école supérieure doit pouvoir être membre de l'ODEC. Les 270 premiers degrés (technique, économie, hôtellerie/gastronomie, tourisme etc.) ont déjà été accomplis, les 90 degrés restants sont réservés aux nouveaux domaines (social, santé et art). Nous avons ainsi, en quelque sorte, créé un dé dont chaque face représente une filière professionnelle, avec au centre de ce dé, les points communs de ces filières: les étudiants diplômés des ES en tant qu'intermédiaires entre la théorie et la pratique. ots Originaltext: ODEC Internet: www.presseportal.ch/fr Contact: Jsabelle Tschanen Tél.: +41/52/214'22'41

Ces informations peuvent également vous intéresser: