fmCh

fmCh: Économiser sur le dos des médecins spécialistes

    Zurich (ots) - Le recensement complet sur les revenus des médecins indépendants de Suisse en 2004 et 2005 fait la lumière sur la situation réelle: alors que le revenu moyen des généralistes a augmenté de 1%, celui des spécialistes a accusé une baisse de 4,7%. Pour certaines disciplines, la perte dépasse même les 10%.

    Les acteurs politiques, mais aussi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), attribuent encore et toujours la hausse des coûts de la santé aux médecins. De nombreux politiciens suisses spécialistes de la santé ont ainsi pour objectif affiché de stigmatiser les médecins suisses en raison de leurs revenus. Une grande partie des interventions parlementaires, des motions et des adaptations du système de la santé vise également à limiter, voire réduire les sources de revenus des médecins.

    Or l'étude publiée dan le Journal suisse des médecins vient faire la lumière sur la réalité. Alors que le renchérissement s'est élevé au total à 1,17% en 2004/2005 (INPC), le revenu moyen des médecins a connu une évolution négative de -3,08% durant le même laps de temps, ce qui équivaut à une réduction réelle de 4,2%. Une telle baisse réelle du revenu moyen des médecins sur deux périodes successives ne s'était plus produite depuis les périodes 1975/76 et 1977/78. Tels sont, en résumé, les principaux résultats de l'étude mandatée par la FMH.

    Un examen plus détaillé révèle au lecteur attentif que le revenu moyen des généralistes a progressé de 1%, tandis que celui des spécialistes reculait de 4,7%. À cela s'ajoute le renchérissement déjà évoqué, soit +1,17%. Certaines disciplines accusent même des pertes de revenus de l'ordre de 10% et plus encore (chirurgie -9,9%, Orthopédie -8,4%, urologie -12,8%). La fmCh, en sa qualité de représentante des médecins suisses avec activité chirurgicale et invasive, émet les vigoureuses déclarations suivantes:

    - Les médecins ne sauraient être tenus plus longtemps responsables de l'explosion des coûts de la santé. Les coûts ont continué de progresser dans le secteur de la santé en dépit de mesures rigoureuses de réduction des revenus des médecins.

    - Seuls les spécialistes ont dû subir des pertes de revenus. Pendant la période en question, les revenus des généralistes ont connu une légère augmentation.

    - Les revenus s'harmonisent toujours davantage entre généralistes et spécialistes. Ceci à plus forte raison si l'on considère que les généralistes travaillent sensiblement plus souvent à temps partiel que les spécialistes.

    La fmCh et ses membres prient les politiciens de ne pas modifier les rapports soigneusement ajustés entre les prestations de médecine générale et les prestations des spécialistes dans Tarmed. Une modification des prestations fournies par quelques centaines de médecins n'apporterait pas d'amélioration sensible aux 6602 généralistes. Une nouvelle dégradation de la situation des médecins avec activité chirurgicale et invasive ne saurait être justifiable. Nous devons aux patients de continuer d'assurer la qualité et la sécurité des prestations - un recul dans ce domaine aurait des conséquences dévastatrices sur le secteur suisse de la santé.

    La fmCh est l'Association suisse des médecins à activité chirurgicale et invasive. La fmCh réunit aujourd'hui 16 associations professionnelles et plus de 5000 médecins à activité chirurgicale et invasive.

ots Originaltext: fmCh
Internet: www.presseportal.ch/fr

Contact:
Service de presse de la fmCh:
Geri Staudenmann
Tél.: +41/31/312'42'62
Fax:  +41/31/312'42'63



Plus de communiques: fmCh

Ces informations peuvent également vous intéresser: