fmCh

fmCh: Clause du besoin limitée aux spécialistes - proposition inutilisable

    Bienne (ots) - Le Parlement cherche une solution pour sortir du moratoire sur l'ouverture de nouveaux cabinets médicaux - en vain. La dernière proposition de la Commission de la sécurité sociale et de la santé du Conseil national (CSSS-N) à ce propos n'est qu'un pis-aller. Le blocage de l'accès à la pratique privée ne devient pas plus judicieux du fait de son application aux seuls spécialistes. Les médecins de premiers recours n'ont rien à gagner à être simplement exclus de la clause du besoin. D'emblée, le moratoire sur l'installation de nouveaux cabinets médicaux s'est révélé être une erreur de conception; elle n'a pas causé trop de dégâts, car les cantons l'ont transformé en un outil de planification. Le moratoire sur l'ouverture de nouveaux cabinets médicaux doit rapidement être remplacé par un modèle garantissant pour toute la population l'accès à une médecine de bonne qualité.

    La fmCh refuse catégoriquement une clause du besoin limitée uniquement aux spécialistes. Cette mesure serait discriminatoire et frapperait injustement une partie du corps médical. Les jeunes spécialistes sont extrêmement bien formés aux niveaux technique et scientifique. Pourquoi empêcher précisément cette catégorie de médecins d'exercer leur talent au service de la santé de la population? Il n'y a aucune raison économique ou médicale de bloquer leur installation en pratique privée. Il n'y a pas que les généralistes qui commencent à avoir des problèmes de relève, les spécialistes sont aussi touchés par ce phénomène. Une clause du besoin fondée sur la sélection pure et simple ne ferait qu'aggraver la situation.

    La fmCh défend une solution de remplacement différente de la clause du besoin. Il s'agit de mettre en place une planification en fonction des besoins déterminés par les cantons. L'admission à pratiquer doit être réglée par le biais d'un système de soumission qui encourage une concurrence entre les praticiens les plus qualifiés. Les rapports entre patients, médecins et assureurs-maladie, n'ont rien à voir avec les questions de moratoire sur l'ouverture des cabinets et doivent être réglés de manière autonome au plan privé. Le législateur doit ainsi se limiter à encourager plusieurs modèles assurant l'accès aux soins et favoriser la concurrence entre ces divers modèles.

      La fmCh est l'Association suisse des médecins à activité
chirurgicale et invasive. La fmCh réunit aujourd'hui 16 associations
professionnelles et plus de 5000 médecins à activité chirurgicale et
invasive.

Vos questions relatives au présent communiqué seront les bienvenus auprès du service de presse de la fmCh.

ots Originaltext: fmCh
Internet: www.presseportal.ch/fr

Contact:
Geri Staudenmann
Tél.: +41/31/312'42'62
Fax:  +41/31/312'42'63



Plus de communiques: fmCh

Ces informations peuvent également vous intéresser: