Schweizerische Herzstiftung / Fondation Suisse de Cardiologie / Fondazione Svizzera di Cardiologia

Journée mondiale du coeur le 29 septembre 2017: connaître ses valeurs, c'est se donner les moyens d'éviter l'infarctus du myocarde

Berne (ots) - Les Suisses-ses connaissent-ils les chiffres pertinents pour leur santé? Au plus tard à 50 ans, chacun-e devrait connaître sa tension artérielle ainsi que son taux de cholestérol et de glycémie. En effet, des mesures de prévention permettent de se protéger efficacement de l'infarctus du myocarde.

Neuf infarctus du myocarde et attaques cérébrales sur dix sont causés par des facteurs que l'on peut influencer. C'est pourquoi, à l'occasion de la Journée mondiale du coeur le 29 septembre, la Fondation Suisse de Cardiologie rappelle l'importance de la prévention. «Nombre de maladies et de décès pourraient être évités si chacun utilisait au mieux son potentiel de santé», dit le docteur Robert Keller, directeur de la Fondation Suisse de Cardiologie. Cela veut dire ne pas fumer, avoir une activité physique suffisante et une alimentation équilibrée, mais aussi connaître ses valeurs pertinentes pour la santé. Au plus tard à 50 ans, chacun-e devrait connaître sa tension artérielle ainsi que son taux de cholestérol et de glycémie. Cela permet de prendre à temps des mesures pour ralentir ou stopper le processus menant à la maladie.

Reconnaître et traiter les risques

La plupart des maladies cardio-vasculaires et des attaques cérébrales sont dues à des lésions insidieuses des vaisseaux sanguins qui progressent pendant des dizaines d'années: l'athérosclérose. Ces dépôts qui se forment sur la paroi des artères risquent de se briser et d'entraîner de redoutables obstructions des vaisseaux sanguins. La zone concernée de l'organe n'est plus oxygénée et meurt. «De vastes études de population ont montré que l'hypertension artérielle, l'hypercholestérolémie et le diabète sont des facteurs de risque majeurs», souligne le professeur Roger Darioli, spécialiste de la prévention cardio-vasculaire. Ce risque augmente particulièrement à partir de 50 ans, voire un peu plus tôt chez les hommes. En connaissant ses risques et en agissant contre eux, on peut se protéger. Faire par exemple baisser l'hypertension artérielle de 10 mmHg permet de réduire de 25% le risque d'infarctus du myocarde.

Remettre ses habitudes en question

L'hypertension artérielle illustre bien que nombre de personnes ne connaissent pas leurs facteurs de risque: on estime qu'un adulte sur quatre en Suisse a une tension artérielle trop élevée, mais un tiers de ces personnes ne se savent pas concernées. Or, une légère hypertension peut se normaliser en modifiant par exemple son alimentation et en ayant plus d'activité physique. Connaître ses facteurs de risque personnels permet donc non seulement un éventuel traitement médical, mais représente aussi une motivation à modifier son mode vie. «Les maladies cardio-vasculaires sont pour la plupart dues aux conquêtes de notre civilisation», rappelle Robert Keller. Nous sommes trop sédentaires, avons une alimentation trop riche et déséquilibrée, et souvent trop de stress. «C'est pourquoi il est bon de remettre de temps en temps ses habitudes quotidiennes en question. C'est chacun de nous qui peut et doit apporter la contribution essentielle à sa santé cardiaque», dit Robert Keller à l'occasion de la Journée mondiale du coeur.

À l'occasion de son 50e anniversaire, par l'action «Sachez vos valeurs», la Fondation Suisse de Cardiologie apporte une contribution particulière à la santé de la population suisse. Les personnes de 50 ans et plus peuvent commander un bon pour un CardioTest® gratuit en pharmacie. 5000 bons sont disponibles à l'adresse www.swissheart.ch/bon Le CardioTest® permet de déterminer ses facteurs de risque cardio-vasculaire personnels.

Le communiqué aux médias est disponible www.swissheart.ch/medias

Contact:

Dr Robert C. Keller
Directeur, Fondation Suisse de Cardiologie
Téléphone 031 388 80 97, keller@swissheart.ch

Contact médical:
Roger Darioli, MD, Prof hon UNIL
Portable 079 391 74 26, Tél. fixe 021 617 52 10
roger.darioli@hospvd.ch



Plus de communiques: Schweizerische Herzstiftung / Fondation Suisse de Cardiologie / Fondazione Svizzera di Cardiologia

Ces informations peuvent également vous intéresser: