Schweizerische Herzstiftung / Fondation Suisse de Cardiologie / Fondazione Svizzera di Cardiologia

Reconnaître l'attaque cérébrale, réagir vite et bien

Berne (ots) - L'attaque cérébrale frappe en Suisse toutes les 30 minutes, soit 16'000 victimes par an. Environ un quart d'entre elles en meurt, un tiers reste durablement handicapé. Bien des souffrances et des séquelles pourraient être évitées si les témoins d'une attaque cérébrale reconnaissaient les symptômes et réagissaient correctement. C'est pourquoi la Fondation Suisse de Cardiologie lance une campagne nationale pour que le grand public reconnaisse les symptômes de l'attaque cérébrale et réagisse vite et bien.

Il y a encore 25 ans, en cas d'une attaque cérébrale (accident vasculaire cérébral, AVC), l'ambulance n'avait pas de raison à actionner son gyrophare. En effet, il n'existait aucun traitement efficace, l'attaque cérébrale était une fatalité qu'il fallait accepter, de même que son issue que l'on ne pouvait pratiquement pas influencer. Fort heureusement, ceci a changé dramatiquement. Aujourd'hui, la médecine dispose de possibilités de traitement qui améliorent les chances de survie des personnes touchées et réduisent les handicaps. La condition est que les témoins d'une attaque cérébrale en reconnaissent les symptômes, composent immédiatement le numéro d'appel d'urgence 144 et que le patient soit transféré dans un hôpital spécialisé, équipé d'une unité cérébro-vasculaire (Stroke Center ou Stroke Unit).

Manque de connaissances

Une enquête représentative réalisée par l'Institut Link (Berne) sur mandat de la Fondation Suisse de Cardiologie en mars 2016 a révélé des lacunes notables dans les connaissances de la population sur l'attaque cérébrale. Sur 1213 personnes de 15 à 79 ans interrogées en Suisse alémanique, romande et italienne, 40% n'étaient pas capables de citer un seul des trois principaux symptômes d'attaque cérébrale, 35% ne connaissaient pas le numéro d'appel d'urgence 144 et neuf sur dix n'avaient aucune idée de ce que sont un «Stroke Center» et une «Stroke Unit». Ce manque de connaissances pourrait être fatal pour les personnes touchées car le traitement n'améliore le sort des patients en général que s'il est mis en route en l'espace de quelques heures après le début des symptômes. Mais la moitié environ des victimes arrive à l'hôpital trop tard et ne bénéficie donc pas d'un traitement permettant d'éviter un handicap durable.

Chaque minute compte

L'AVC est causée par un trouble circulatoire dans le cerveau. Le plus souvent, le responsable est un caillot de sang (thrombus) qui obstrue un vaisseau cérébral. La zone du cerveau concernée ne reçoit plus assez d'oxygène et de nutriments, des activités importantes de l'organisme (mouvement, vue, parole) cessent alors de fonctionner. Ceci se manifeste par une paralysie subite du visage, du bras ou de la jambe (le plus souvent d'un seul côté du corps), un trouble de la vue soudain (généralement la perte d'une partie du champ visuel d'un côté ou, plus rarement, une vision double) ou encore par des troubles de la parole (difficultés à parler, à comprendre ce qui est dit ou les deux). Si l'un de ces symptômes apparaît, il faut immédiatement composer le numéro d'appel d'urgence 144. Plus la circulation sanguine est rétablie rapidement, moins de cellules nerveuses seront détruites. Inversement, toute perte de temps entraîne des lésions irrémédiables de fonctions cérébrales. Le meilleur pronostic est celui des patients soignés dans les 3 heures après le début des symptômes.

Utiliser les avantages

À part le facteur temps, il est primordial que les patients touchés reçoivent le bon traitement au bon endroit. Le caillot de sang doit être dissout par des médicaments (thrombolyse) ou, selon le cas, extrait du vaisseau à l'aide d'un cathéter spécial introduit via l'aine. Des études montrent qu'indépendamment de l'âge, du sexe, de la gravité et du type de l'attaque cérébrale, les victimes survivent plus souvent et gardent moins de handicaps si elles sont examinées et soignées dans un hôpital équipé d'un Stroke Center ou d'une Stroke Unit. Les Stroke Centers et Stroke Units disposent d'équipes spécialisées et d'une infrastructure technique disponible 24 heures sur 24. La Suisse compte actuellement neuf hôpitaux équipés d'un Stroke Center certifié et treize équipés d'une Stroke Unit certifiée (la liste des Stroke Centers et Stroke Units est disponible à l'adresse www.attaquecerebrale.ch).

Il est grand temps d'agir

Pour diminuer les séquelles souvent graves de l'AVC, trois conditions doivent être remplies dans la phase aiguë: premièrement, une reconnaissance rapide de l'AVC en améliorant les connaissances de la population sur les symptômes de l'attaque cérébrale. Deuxièmement, réduire le temps entre l'apparition des symptômes d'attaque cérébrale et le traitement. Troisièmement, faire transférer les victimes dans des hôpitaux spécialisés de manière à ce qu'elles reçoivent un traitement et un suivi optimaux. La Fondation Suisse de Cardiologie poursuit ces objectifs par sa campagne «Reconnaître l'attaque cérébrale, réagir vite et bien», réalisée en coopération avec la Société Cérébrovasculaire Suisse, les Stroke Centers et Stroke Units ainsi que l'Interassociation de sauvetage. De juin à septembre, les trois principaux symptômes paralysie subite, troubles de la vue et troubles de la parole, ainsi que le numéro d'urgence 144 seront communiqués par des spots télévisés et des bannières web. De la fin de l'été 2016 à fin 2017, des conférences publiques seront réalisées en coopération avec les Stroke Centers et Stroke Units suisses. La campagne sur l'attaque cérébrale est placée sous le patronage de la Fédération des médecins suisses (FMH) et de la Conférence suisse des directrices et directeurs cantonaux de la santé (CDS) qui soulignent ainsi l'importance qu'elles attachent à l'information de la population en matière d'attaque cérébrale.

L'attaque cérébrale peut frapper n'importe qui, n'importe quand Chaque minute compte. Par conséquent, mémorisez les principaux symptômes et réagissez rapidement!

   - Soudain affaiblissement, paralysie ou troubles sensitifs, le 
     plus souvent d'un seul côté du corps (visage, bras ou jambe)
   - Troubles de la vue soudains (perte d'une partie du champ visuel 
     d'un côté ou vision double)
   - Troubles de la parole (difficultés à parler ou à comprendre ce 
     qui est dit) 

En présence de l'un de ces symptômes, composez immédiatement le numéro d'appel d'urgence 144. Demandez un transfert dans un hôpital équipé d'un centre cérébro-vasculaire (Stroke Center ou Stroke Unit), spécialisé dans le traitement des victimes d'attaques cérébrales. La liste des hôpitaux et cliniques équipés d'un Stroke Center ou d'une Stroke Unit ainsi que d'autres informations sur l'attaque cérébrale sont disponibles à l'adresse www.attaquecerebrale.ch

Le communiqué de presse, les graphiques et des informations de fond sur le thème «attaque cérébrale» sont disponibles à l'adresse www.swissheart.ch/medias

Vous pouvez voir le spot sur l'attaque cérébrale à l'adresse www.youtube.com/Herzstiftung

Contact:

Stefanie Oehler
Responsable du secteur Information, Prévention
Fondation Suisse de Cardiologie
Téléphone +41 31 388 80 95
oehler@swissheart.ch



Plus de communiques: Schweizerische Herzstiftung / Fondation Suisse de Cardiologie / Fondazione Svizzera di Cardiologia

Ces informations peuvent également vous intéresser: