Chambre de Commerce de Hambourg (Handels

L'Union européenne a remplacé les États-Unis en tant que 1er partenaire commercial de la Chine, selon le président du CFIE

    Hambourg, Allemagne (ots) - La Communauté économique européenne préoccupée par les droits de propriété intellectuelle

    L'an passé, l'Union européenne a détrôné les États-Unis de leur place de premier partenaire commercial de la Chine, selon Xu Kuangding, Président du CFIE (Fédération chinoise de l'économie industrielle) et un des principaux orateurs lors de l'ouverture du congrès économique "Sommet de Hambourg: la Chine à la rencontre de l'Europe". Avec 217,3 milliards de dollars US, le commerce sino-européen a dépassé le chiffre du commerce sino- américain de quelque 5,7 milliards de dollars US. Les entreprises européennes telles que Airbus, Siemens, Nokia et Volkswagen ont, par ailleurs, permis à l'UE de devenir le 4ème plus gros investisseur en Chine et le plus important fournisseur de technologie de la République populaire.

    Le débat d'ouverture du Sommet a abordé un sujet majeur, à savoir la préoccupation de l'UE quant à la protection des droits de propriété intellectuelle en Chine. M. Xu a demandé aux leaders économiques européens de faire encore preuve d'un peu de patience à ce sujet. Jusqu'à très récemment, la Chine vivait dans une économie largement agraire dans laquelle la coutume voulait que chacun apprenne de ses voisins. Le concept de propriété intellectuelle a donc été assez nouveau pour le secteur industriel chinois en plein essor. Face au manque substantiel d'informations qui existe toujours dans ce domaine, le CFIE a demandé l'aide de l'Organisation Mondiale de la Propriété intellectuelle (OMPI) afin de mettre en oeuvre des mesures appropriées sur le plan de la formation. M. Xu a également souligné que les législateurs chinois s'étaient pleinement engagés à poursuivre les violations de droits d'auteur et que les plaignants préparant bien leurs dossiers pouvaient espérer connaître la décision concernant leur réclamation d'ici deux mois.

    M. Xu a poursuivi en citant trois obstacles à la progression des investissements chinois en Europe: les divers systèmes juridiques excessivement complexes cohabitant au sein de l'UE, les charges fiscales élevées pesant sur les entreprises émergentes, et les syndicats européens influents. Les syndicats chinois travaillent main dans la main avec les leaders économiques du pays, qui ne sont pas habitués à traiter avec des représentants de salariés dans des situations conflictuelles, ce qui constitue pour eux une difficulté.

    Enrique Barón Crespo, Président de la Commission du commerce international du Parlement européen, a défendu les syndicats indépendants européens, en indiquant que ces derniers étaient un élément indispensable du système de valeurs de l'Europe et des partenaires majeurs de l'industrie . Leur travail en vue de garantir les droits fondamentaux des salariés est soutenu et le paiement d'une rémunération juste est en fait à l'origine de la création d'une base pour la consommation de masse, et ainsi du capitalisme de type occidental.

    Attention: Il est possible de télécharger gratuitement des photos du "Sommet de Hambourg: la Chine à la rencontre de l'Europe" sur le site

    www.hamburg-summit.com

ots Originaltext: Handelskammer Hamburg
Internet: www.presseportal.ch/fr

Contact:
Handelskammer Hamburg
Stabsbereich Öffentlichkeitsarbeit
Dr. Jörn Arfs
Tél.         +49/40-36138-301
Fax          +49/40-36138-460
E-mail:    joern.arfs@hk24.de
Internet: http://www.hk24.de
Internet: http://www.hamburg-summit.com



Plus de communiques: Chambre de Commerce de Hambourg (Handels

Ces informations peuvent également vous intéresser: