Congrès de l'EAACI

Les progrès de l'immunothérapie spécifique sont porteurs d'espoir

Vienne (ots) - Pollens: la hantise des allergies appartient désormais au passé

      Dans la plupart des pays européens, la saison des pollens de
graminées atteint son apogée au mois de juin. Les personnes
allergiques souffrent de crises d'éternuements et de quintes de toux,
et la fatigue que cela entraîne est un symptôme invalidant qui altère
considérablement leur qualité de vie. Outre les traitements
symptomatiques tels que les antihistaminiques et les sprays nasaux à
base de cortisone, l'immunothérapie spécifique (ITS) constitue le
traitement de référence en matière d'allergies aux pollens. Les
derniers progrès réalisés dans le domaine de cette option
thérapeutique efficace à long terme constitueront l'un des principaux
thèmes du 25ème Congrès de l'Académie Européenne d'Allergologie et
d'Immunologie Clinique (EAACI, European Academy of Allergology and
Clinical Immunology) qui se tient à Vienne (Autriche) du 10 au 14
juin 2006. "Les dernières données issues de la recherche dans le
domaine de l'immunothérapie spécifique pourraient bien annoncer un
espoir de guérison pour les patients souffrant d'allergies", a
déclaré ce jour le Professeur Rudolf Valenta, Président du Congrès de
Vienne.

      La floraison des graminées s'accompagne d'une production en
grande quantité de pollens qui ont pour fonction de disséminer le
génotype mâle des plantes dans la nature afin d'assurer leur
reproduction. Les personnes allergiques aux pollens de graminées
souffrent de rhinites ou d'asthme d'origine allergique lorsqu'elles
respirent dans un environnement riche en particules de pollen, et
risquent chaque année, à l'arrivée du printemps et de l'été, de
devoir subir ces symptômes de longs mois durant. Le seigle, qui
possède un fort pouvoir allergisant, fleurit entre mai et juin; les
mois de mai à août voient pour leur part fleurir les graminées
fourragères telles que la phléole des prés, la flouve odorante et le
dactyle pelotonné. De nombreux patients sont allergiques à la fois
aux graminées et aux céréales alimentaires car les allergènes des
pollens de ces plantes sont similaires en raison de leur proche
parenté botanique.

      Les allergènes recombinants actuellement en cours d'études
cliniques

      L'immunothérapie spécifique (ITS) est à ce jour reconnue comme le
traitement de référence en matière d'allergies aux pollens. Les
patients traités par ITS reçoivent à intervalle régulier des doses
d'extraits contenant l'allergène à l'origine de leur allergie,
jusqu'à ce qu'ils soient capables de tolérer une dose allergique
correspondant aux niveaux d'exposition atteints au cours de la saison
des pollens. Les extraits d'allergènes utilisés aujourd'hui dans le
cadre de l'ITS sont produits à partir de matériaux biologiques et
contiennent un mélange d'allergènes potentiels. Ils sont normalisés
par le biais d'une méthode complexe afin de garantir que chaque lot
contient bien la même quantité des principaux allergènes souhaités.

      Les premiers allergènes ont été mis au point par une société
autrichienne de biotechnologie voici plusieurs années. Les allergènes
recombinants sont similaires à leurs homologues naturels mais ils
peuvent être produits à moindre coût afin d'obtenir des produits de
qualité constante et reproductible. "Les résultats issus des
premières études cliniques visant à évaluer les allergènes
recombinants des graminées ou du bouleau chez les sujets allergiques
au pollen sont désormais disponibles", a indiqué le Professeur Rudolf
Valenta, physiopathologiste à l'Université de Médecine de Vienne.
L'une de ces études démontre que l'un des principaux allergènes
recombinants du bouleau (Bet v 1) est tout aussi efficace que
l'allergène du bouleau naturel purifié. Les patients traités pendant
deux ans par cette méthode ont observé une réduction de leurs
symptômes de 50% et une diminution de leur dose thérapeutique de 60%.
"L'échec de l'immunothérapie chez certains patients peut tenir à la
présence d'impuretés ou à une erreur de dosage. Les allergènes
recombinants, qui se caractérisent par une composition immuable et un
niveau de qualité constant, pourraient permettre d'améliorer la
réponse au traitement", ajoute le professeur Valenta.

    Un comprimé de graminée obtient l'AMM en Suède

      La procédure habituelle en immunothérapie spécifique consiste à
injecter les allergènes au patient. Voici plus de cent ans que les
allergologues recourent avec succès à cette méthode d'immunothérapie
sous-cutanée, dont l'efficacité a été démontrée par de nombreuses
études cliniques en double aveugle contrôlées contre placebo. Une
version sublinguale de l'immunothérapie spécifique est disponible
depuis plus de dix ans désormais. Cette méthode implique
l'administration quotidienne sous la langue de gouttes de la solution
allergène.

      Cette année, un comprimé destiné aux traitements d'immunothérapie
spécifique vient de franchir avec succès la dernière étape d'un
rigoureux programme d'essais cliniques. Ce comprimé, qui a reçu son
autorisation de mise sur le marché en Suède en mars 2006, sera
disponible dans les premiers pays européens à la fin de l'année. Ce
nouveau traitement est administré sous la forme d'un comprimé
matriciel contenant des allergènes de graminées normalisés. Les
patients qui ont commencé un traitement par ces comprimés une dizaine
de semaines avant le début de la floraison des graminées ont présenté
des symptômes significativement moindres que les patients du groupe
de contrôle (groupe placebo). Le comprimé de graminées a permis
d'améliorer les symptômes allergiques de 37%, et de multiplier par
plus de deux le nombre de jours sans symptômes.

ots Originaltext: Allergie Kongress (Congrès sur les allergies)
Internet: www.presseportal.ch

Contact:
Bureau de Presse du Congrès 2006 de l'EAACI
c/o MasterMedia
Julia Loncar
Bodelschwinghstr. 17
D - 22337 Hambourg
Allemagne
Tél. : +49/40/507'113'35
Fax :  +49/40/504'783
E-Mail: loncar@mastermedia.de



Plus de communiques: Congrès de l'EAACI

Ces informations peuvent également vous intéresser: