FAIR Footwear Association

Aucun compromis, seulement une catastrophe!

    Bruxelles, Allemagne (ots/PRNewswire) - Les importateurs de chaussures européens considèrent que l'approche de l'Autriche dans le conflit entourant l'UE sur les droits de douane antidumping sur les importations de chaussures de Chine et du Vietnam est improductive et dangereuse.

    Hier, l'Autriche a suggéré, alors qu'on ne s'y attendait pas, qu'on prolonge d'un an les droits de douane provisoires instaurés en avril 2006 et qu'on les révise par la suite. "Cette suggestion ne fait aucun sens, ne change pratiquement pas la mesure en soi et aurait des répercussions négatives importantes sur l'industrie européenne de la chaussure ainsi que ses clients", a affirmé Paul Verrips, président de la Footwear Association of Importers and Retailchains (FAIR). Il est convaincu qu' "il s'agit encore de la même proposition qui a déjà été refusée par 14 États membres de l'UE, y compris l'Autriche. Seul le délai fixé est un nouvel élément."

    Le changement d'opinion du jour au lendemain de l'Autriche semble être lié étroitement à l'intervention personnelle du premier ministre italien M. Prodi. L'Italie et quelques autres pays du Sud de l'Europe espèrent redonner une partie de la fabrication de chaussures de l'Extrême-Orient à l'Europe par le biais des mesures antidumping. " C'est une illusion ", souligne Verrips. " Les droits provisoires sont en vigueur depuis une demi-année maintenant, et il n'y aucun résultat positif tangible. Cependant, une chose est sûre, les prix des importations ont augmenté au cours des quatre premiers mois de 2006, soit de 12 % sur les chaussures en provenance de Chine et même de 19 % sur celles en provenance du Vietnam. Les droits antidumping n'auront qu'un effet négatif sur le portefeuille des consommateurs européens. "

    En particulier, le délai supplémentaire des mesures fixé à une année, dont l'objectif était d'établir un compromis, a suscité une vive désapprobation au sein de l'association d'importateurs de chaussures européens. Le président de FAIR, Paul Verrips, explique: "Ce délai est aussi absurde et dangereux pour l'industrie de la chaussure que la proposition qui a déjà été refusée. De plus, il ne fait qu'accentuer l'incertitude générale. La prévisibilité est cruciale pour l'industrie de la chaussure. Si la décision définitive est retardée d'une autre année, nous ne saurons pas quels seront les coûts supplémentaires auxquels nous devrons faire face. D'un point de vue commercial, il s'agit d'une situation totalement inacceptable à laquelle fait face l'industrie depuis le début de l'enquête."

    Il s'agit déjà de la troisième proposition pour l'adoption de mesures antidumping à long terme à avoir été faite dans un très court délai. Aux yeux de Verrips, c'est un signe que la Commission de l'UE veut désespérément appliquer des mesures antidumping malgré la volonté des consommateurs et de l'industrie européenne de la chaussure.

    FAIR - Footwear Association of Importers and Retailchains:

    L'association représente les intérêts de plus de 100 détaillants et importateurs de chaussures. Les membres comptent des sociétés telles que Columbia (France, États-Unis), Clarks (Royaume-Uni), Deichmann (Allemagne), Wortmann (Allemagne), Leder & Schuh (Autriche), Skechers (États-Unis) ainsi que Vivarte (France), et le nombre d'employés totalise environ 90 000 personnes, ce qui représente environ 50 % du volume des importations dans l'UE.

ots Originaltext: FAIR Footwear Association of Importers and  
                            Retailchains
Internet: www.presseportal.ch/fr

Contact:
FAIR Footwear Association of Importers and Retailchains
www.fair-eu.org
Paul Verrips, président
Tél.  6-50245802

FAIR Footwear Association of Importers and Retailchains
Service de presse
Christa Malessa
Tél.      89-5527-488-8
Fax        89-5527-488-1
E-Mail: cmalessa@punkt-pr-muc.de



Plus de communiques: FAIR Footwear Association

Ces informations peuvent également vous intéresser: