Allianz Suisse

Allianz Suisse: boom du marché de l'art

Zurich (ots) - Des marchés financiers volatils et des taux d'intérêt au plus bas: rien de tel pour faire de l'art un placement de substitution de plus en plus recherché. Le marché international de l'art est en plein boom et, avec lui, celui de l'assurance objets d'art.

Le marché international de l'art traverse une période faste, comme en témoigne la vente aux enchères, il y a quelques semaines, du célèbre tableau «Le Cri» d'Edvard Munch: la toile a changé de mains pour la somme record de près de 120 millions de dollars. Les oeuvres d'autres artistes modernes ou contemporains, comme Andy Warhol ou Mark Rothko, voient aussi leur cote exploser. Les amateurs d'art ne sont en effet plus les seuls à se presser aux ventes aux enchères. Ils y côtoient un nombre croissant d'investisseurs privés, qui se tournent désormais vers l'art pour placer leurs fonds et obtenir de bons rendements. «Les oeuvres d'art se négocient actuellement au prix fort et représentent donc des placements intéressants, au point de faire partie intégrante de la stratégie globale de placement de nombreux investisseurs, au même titre que les actions ou l'immobilier. Les collections d'art connaissent donc une forte croissance», souligne Oliver Class, expert en art d'Allianz Suisse. Selon les estimations des experts, quelque 46 milliards de dollars ont été investis sur le marché international de l'art en 2011, soit une augmentation de plus de 60 % en deux ans. Les premiers rôles sont certes joués par de grands pays émergents, comme la Chine, l'Inde et la Russie, mais la Suisse n'est pas en reste: elle figure parmi les places de négoce d'oeuvres d'art les plus importantes au monde, avec un chiffre d'affaires de plusieurs milliards de dollars. «Le marché est appelé à rester très dynamique, car il est possible de disposer de capitaux à moindre coût, mais on ne peut exclure la formation d'une bulle spéculative à court terme. Sur le long terme, l'art demeurera cependant un investissement et une source de rendement très demandés», pronostique Oliver Class.

Assurance objets d'art: croissance à deux chiffres

L'envolée du marché de l'art a pour corollaire une forte croissance du volume des affaires dans la branche de l'assurance objets d'art. D'un côté, la demande est dopée par les acquisitions de nouvelles oeuvres venant étoffer les collections existantes. De l'autre, la valeur des oeuvres et, partant, les sommes d'assurance sont en forte augmentation. C'est ainsi qu'Allianz Suisse, qui figure parmi les principaux assureurs d'objets d'art en Suisse, enregistre depuis 2010 une croissance annuelle moyenne de quelque 25 % sur ce marché, avec une tendance persistante à la hausse. Dans le même temps, la valeur totale des oeuvres qu'elle assure s'est accrue de près de 70 %, passant d'environ 900 millions à quelque 1,5 milliard de francs. Étant donné que le marché est en pleine phase haussière, Allianz Suisse conseille à ses clients de faire réévaluer annuellement leurs collections par des experts, afin d'éviter tout risque de sous-couverture. Oliver Class estime que seuls 15 à 25 % des collectionneurs privés sont suffisamment assurés. Pourtant, ces lacunes de couverture peuvent facilement être comblées par une assurance objets d'art appropriée. Le cas échéant, les experts de l'assureur et le client déterminent ensemble la valeur de l'oeuvre ou de la collection, avant la conclusion du contrat. En cas de sinistre, la valeur convenue a force obligatoire pour les deux parties.

Attention aux faussaires

Le boom du marché de l'art n'attire pas que les investisseurs privés: les faussaires sont eux aussi bien décidés à en profiter, comme le montrent des récentes retentissantes affaires. Il est souvent impossible de distinguer un faux d'une oeuvre originale sur la base d'un simple examen visuel. Il y faut généralement une expertise complète et minutieuse. L'an dernier, les experts d'Allianz Suisse ont découvert pas moins d'une vingtaine de faux, considérés jusqu'alors comme des oeuvres de grande valeur, à la suite à de recherches sur leur provenance et d'analyses de style et de matériaux. «Nous disposons d'un vaste savoir-faire en matière d'identification de faux et ne cessons de nous perfectionner», souligne Oliver Class. «En tant qu'assureur, il est dans notre intérêt de reconnaître les faux et d'être à même de fournir à nos clients un conseil global et efficace, y compris en matière de mesures de sécurité.» Après tout, les oeuvres d'art ne sont pas qu'un investissement de choix. Ce sont d'abord des biens culturels qu'il convient de protéger.

Contact:

Hans-Peter Nehmer
Tél.: +41/58/358'88'01
E-Mail: hanspeter.nehmer@allianz-suisse.ch

Bernd de Wall
Tél.: +41/58/358'84'14
E-Mail: bernd.dewall@allianz-suisse.ch



Plus de communiques: Allianz Suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: