Comité "des chercheurs suisses pour les accords bilatéraux"

Garantir l'égalité de traitement des chercheurs suisses

Conférence de presse du 5 septembre 2005 Einstein-Haus, Kramgasse 49, Berne

    Zurich (ots) - Le 25 septembre nous voterons sur la possibilité pour les scientifiques suisses d'accéder à la recherche européenne. En effet, comme l'ont souligné les orateurs du comité "les chercheurs suisses pour les accords bilatéraux" au cours d'une conférence de presse, les Accords bilatéraux sont essentiels pour la recherche en Suisse. Celle-ci a besoin de bonnes collaborations au plan international et doit pouvoir s'appuyer en particulier sur de très bonnes coopérations avec des partenaires européens. L'accord sur la libre circulation des personnes facilite considérablement ces collaborations: les scientifiques suisses peuvent effectuer de la recherche et enseigner sans difficultés dans toute l'Europe et ils y bénéficient des mêmes droits que leurs collègues européens. Par ailleurs, les entreprises et les hautes écoles suisses peuvent aisément embaucher les meilleurs scientifiques d'Europe, une condition indispensable pour que la recherche suisse reste au plus haut niveau.

    Egalité de traitement dans les programmes de recherche européens

"Il n'est plus temps de se replier dans sa tour d'ivoire. La recherche moderne s'appuie sur des réseaux", estime la conseillère aux Etats Christiane Langenberger. Elle préside Euresearch, une association qui encourage la participation des Suisses aux programmes de recherche européens. Grâce aux Accords bilatéraux, la Suisse participe pour la première fois à ces programmes et bénéficie des mêmes droits et obligations que les pays membres de l'UE. Wernher van de Venn de la haute école spécialisée (HES) de Soleure déclare: "L'égalité de traitement est déterminante pour la recherche."

    Une collaboration réussie

    Beat de Coi a fait de bonnes expériences en participant au programme-cadre de recherche de l'UE. Son entreprise, CEDES Holding SA a participé à un projet de recherche. Son travail lui a valu de recevoir le principal prix européen IST, le prix scientifique le plus important dans le domaine des technologies de l'information. " Sans les Accords bilatéraux, nous n'aurions pas pu atteindre les objectifs du projet de recherche et nous n'aurions pas été lauréats du prix IST. " Ce prix n'a pas été sans retombées économiques en Suisse puisque CEDES a depuis embauché quelque 70 nouveaux collaborateurs.

    Les accords bilatéraux sont très importants pour la recherche en Suisse. Ils permettent à nos chercheurs d'obtenir d'excellents résultats en tissant des collaborations intensives avec leurs partenaires européens. Le OUI permet de consolider nos relations avec l'UE dans le domaine de la recherche. A l'inverse, un vote négatif relèguerait la Suisse au niveau d'un pays en voie développement. Composé de 25 chercheurs de renom, le comité s'engage avec vigueur pour un OUI le 25 septembre.

    Découvrez également les propos tenus par des chercheurs de premier plan lors de la conférence du 31 août dernier à Neuchâtel sous http://www.chercheurs-oui.ch/conference.cfm

ots Originaltext: Comité "des chercheurs suisses pour les accords    
                            bilatéraux"
Internet: www.presseportal.ch/fr

Contact:
Christiane Langenberger
conseillère aux Etats
présidente d'Euresearch
Mobile +41/(0)78/666'77'83

Patrick Aebischer
président de l'EPFL
Tél. +41/(0)21/693'70'01

Thomas Hinderling
CEO du CSEM SA
Neuchâtel
Tél. +41/(0)32/720'55'10

Michel Declercq
Doyen et délégué aux affaires européennes, EPFL
Tél. +41/(0)21/693'39'74

Marc-André Berclaz
président de la HES de Suisse occidentale
Tél. +41/(0)32/424'49'30

Beat de Coi
CEO, Cedes Holding SA
Landquart
Tél. +41/(0)81/307'23'40

Wernher van de Venn
HES Soleure et Suisse du Nord-Ouest
Mobile +41/(0)76/341'53'77



Plus de communiques: Comité "des chercheurs suisses pour les accords bilatéraux"

Ces informations peuvent également vous intéresser: