SGV / USAM

USAM: Loi fédérale sur les allocations familiales - Les organisations économiques lancent le référendum

Berne (ots) - Les plus importantes organisations économiques de notre pays déplorent que le Parlement se soit finalement prononcé pour l'intervention fédérale dans les allocations familiales. Elles lancent donc le référendum contre cette nouvelle loi aberrante et dommageable. Il convient de rappeler que la politique familiale est l'affaire des cantons au premier chef. Chacun d'entre eux a décidé démocratiquement de ses propres mesures en la matière et les a adaptées aux besoins régionaux. L'ingérence de la Confédération dans l'autonomie des cantons et la remise en cause des réglementations actuelles, qui fonctionnent parfaitement bien, est nuisible et mal venue. Elle l'est d'autant plus que l'aménagement cantonal des réglementations en matière d'allocations familiales a fait ses preuves. En Suisse, les montants des allocations pour enfants sont en effet largement supérieurs à la moyenne européenne et une réglementation impliquant une double compétence de la Confédération et des cantons compromettrait un système à la fois performant et bien ciblé. Par ailleurs, du fait des graves problèmes financiers que connaissent l'assurance-invalidité, l'assurance-chômage et l'assurance-maladie ainsi que des sombres perspectives financières de l'AVS, ce n'est en tout cas pas le moment de créer une nouvelle assurance sociale au niveau fédéral. Les coûts supplémentaires occasionnés par la nouvelle loi, soit quelque 700 millions de francs par an, sont trop élevés. On ne peut une fois de plus frapper l'économie et le contribuable. En outre, il est absurde d'étendre les prestations selon le principe de l'arrosoir, gaspillant ainsi des sommes importantes. Il est choquant aussi que la nouvelle loi entraîne de nouveaux transferts de prestations sociales à l'étranger, cela une fois encore aux dépens des entreprises et du contribuable. L'économie et les employeurs suisses sont décidés à combattre par la voie du référendum la loi fédérale sur les allocations familiales, coûteuse et préjudiciable, que le Parlement vient tout juste d'adopter à une courte majorité. L'Union suisse des arts et métiers, l'Union patronale suisse, le Centre Patronal et la Fédération des Entreprises Romandes ont donc constitué un comité référendaire intitulé "Non à l'intervention fédérale dans les allocations familiales". La récolte des signatures débutera sitôt le projet de loi publié dans la feuille fédérale (4 avril 2006). ots Originaltext: usam Internet: www.presseportal.ch Contact: Pierre Triponez, conseiller national, directeur de l'Union suisse des arts et métiers (atteignable au Parlement) Patrick Lucca, porte-parole du comité référendaire Tel.: +41/31/380'14'42 Mobile: +41/79/464'38'59

Ces informations peuvent également vous intéresser: