PwC

PwC Suisse : l'énergie et la qualité comme facteurs de croissance

Zürich (ots) - Au cours de l'exercice 2014/15, le chiffre d'affaires brut de la société d'audit et de conseil PwC Suisse a augmenté de 2 % pour atteindre 821 millions de CHF. PwC Suisse remercie ses collaborateurs, de 68 nationalités différentes, pour les bons résultats enregistrés dans un environnement toujours complexe, ainsi que pour l'énergie et le souci de la qualité qu'ils déploient afin d'offrir aux clients la valeur ajoutée attendue.

Le produit d'honoraires brut de PwC Suisse a augmenté de 2 % pendant l'exercice 2014/15 pour atteindre 821 millions de CHF (2013/14 : 802 millions de CHF). Sur ce montant, 381 millions de CHF proviennent de la division Audit (2013/14 : 387 millions de CHF), 276 millions de CHF de la division Conseil juridique et fiscal (2013/14 : 275 millions de CHF) et 164 millions de CHF de la division Conseil économique (2013/14 : 140 millions de CHF).

« Lors de l'exercice écoulé, nous avons renforcé encore notre position de leader sur le marché. Notre stratégie de croissance repose sur cinq priorités : renforcer notre présence sur le marché, étendre nos capacités stratégiques, développer activement notre culture d'entreprise, ajuster notre modèle d'affaires au marché et garantir la qualité la plus élevée », déclare Urs Honegger, CEO de PwC Suisse.

Audit : nouvelle organisation

La division Audit de PwC Suisse a maintenu son chiffre d'affaires brut au niveau élevé de 381 millions de CHF, positionnant clairement PwC Suisse comme le leader des auditeurs suisses. « Pour l'exercice en cours, nous voulons renforcer encore notre concentration sur le marché et réagir de façon flexible et optimale aux tendances qui s'y dessinent. La nouvelle organisation pose les bases nécessaires pour y parvenir », explique Urs Honegger.

Conseil juridique et fiscal : niches de conseil

La division Conseil juridique et fiscal conserve sa bonne position. Le produit d'honoraires brut réalisé dans ce domaine l'an dernier par PwC Suisse se monte à 276 millions de CHF. Les prestations de conseil en fusions-acquisitions et dans les domaines réglementaire, douanier et du Transfer Pricing en particulier ont affiché une progression. « Nous avons l'intention de concevoir et de consolider de nouvelles niches de conseil pour élargir encore la gamme des services de PwC Suisse dans le domaine juridique et fiscal. L'innovation est le moteur indispensable pour réussir», explique Markus R. Neuhaus, président du conseil d'administration de PwC Suisse.

Conseil économique : forte activité de transactions

Durant l'exercice 2014/15, le produit d'honoraires brut de la division Conseil économique a progressé de 17 %, pour atteindre 164 millions de CHF. Les activités de conseil et de transactions ont contribué largement à ce résultat. « Le marché a bien accueilli l'association avec Strategy& (anciennement Booz & Company). Elle nous permet d'offrir à nos clients un savoir accru, de la stratégie à la mise en oeuvre. Le chiffre d'affaires de Strategy& n'est pas intégré dans les résultats de l'exercice actuel. Ce sera le cas pour le prochain exercice, suite au changement de structure », précise Urs Honegger.

Tendances économiques : facteurs de croissance pour la place économique suisse.

Le boom des données numériques révolutionne le monde des affaires. Les données sont aujourd'hui une préoccupation majeure. « Les entreprises demandent des données fiables pour prendre leurs décisions commerciales. L'intuition ou l'expérience ne leur apportent pas la sécurité nécessaire. Les informations fondées sur une bonne analyse des données peuvent créer de la valeur ajoutée tout au long de la chaîne de valeur d'une entreprise », explique Urs Honegger.

La place fiscale suisse se trouve dans un environnement réglementaire et législatif dynamique. Après les adaptations réalisées par l'UE et l'OCDE et les conséquences qu'elles ont eues sur la place fiscale suisse, notre système doit maintenant appliquer la nouvelle norme internationale relative à l'échange automatique des informations pour empêcher l'évasion fiscale. Le Conseil fédéral a fait un pas en ce sens avec la troisième réforme de l'imposition des entreprises. Markus R. Neuhaus : « Le nouveau système d'imposition des entreprises doit renforcer la compétitivité de la Suisse et sa fiabilité en tant que partenaire de création de valeur pour les entreprises nationales et étrangères, mais aussi pour les PME suisses. »

Contact:

Claudia Sauter
Head of PR & Communications, PwC Suisse
ch.linkedin.com/in/claudiasauter
claudia.sauter@ch.pwc.com
www.pwc.ch/rapport-annuel



Plus de communiques: PwC

Ces informations peuvent également vous intéresser: