PwC

PwC étude «The World in 2050»
L'économie mondiale en 2017: l'E7 devancera le G7

Zurich (ots) - La crise financière mondiale accélère le transfert de la puissance économique vers les pays émergents. Les économies en plein essor de l'E7 devanceront les pays industrialisés du G7 en 2017 en ce qui concerne le PIB «PPA» et en 2032 en ce qui concerne le PIB «TCM». La Chine et l'Inde feront alors office de locomotive. D'ici 2050, ces deux pays formeront la plus grande puissance économique, reléguant les États-Unis au second rang. La Chine occupera alors la première place sur l'échiquier économique mondial. Tels sont quelques-uns des résultats de l'étude «The World in 2050» réalisée par PwC et portant sur le développement économique des pays du G20, plus le Nigéria et le Vietnam. D'ici 2032, le PIB des pays émergents de l'E7, qui regroupe la Chine, l'Inde, le Brésil, la Russie, le Mexique, l'Indonésie et la Turquie, dépassera celui des pays du G7 en termes de taux de change du marché (TCM). Mesuré à la parité des pouvoirs d'achat (PPA*), leur PIB dépassera même celui des pays du G7 avant 2020. Les États de l'E7 atteignent aujourd'hui déjà près de 36% du PIB «TCM» et 72% du PIB «PPA» du G7. Markus R. Neuhaus, CEO de PwC Suisse et membre du Global Network Executive Team, affirme: «D'une part, le nouvel ordre mondial et l'arrivée sur le marché d'entreprises multinationales de pays de l'E7 accroissent la concurrence, également dans les domaines tels que les activités bancaires. D'autre part, la forte croissance des entreprises de taille moyenne dans les pays émergents ouvre de nouveaux marchés pour les entreprises occidentales. Il s'agit donc d'une situation gagnant-gagnant. Dès lors, les entreprises actuellement actives dans l'UE et aux États-Unis se doivent d'investir dans les pays émergents car c'est leur seule manière de faire face à cette concurrence.» La Chine, première puissance mondiale La Chine devrait devenir la première puissance économique mondiale d'ici 2018 (PIB «TCM») et 2032 (PIB «PPA»), reléguant ainsi les États-Unis au second rang. La Chine investit à tour de bras car c'est le seul moyen pour elle de poursuivre sa croissance et d'amortir le ralentissement économique découlant de sa politique de l'enfant unique. L'Inde a le vent en poupe En 2009, la part de l'Inde au PIB mondial «TCM» s'élevait à 2%. Cette part devrait augmenter à 13% d'ici 2050. L'Inde serait ainsi l'économie à la croissance la plus rapide jusqu'en 2050. En termes de PIB «PPA», l'Inde devancera le Japon cette année déjà et les États-Unis d'ici 2050. La part de l'Inde au PIB mondial «TCM» progresse à un rythme plus lent car le niveau des prix intérieurs est actuellement encore nettement en-dessous de celui du G7. Cela dit, mesurée sur la base du PIB «TCM», l'Inde devrait dépasser l'Espagne cette année, le Brésil, l'Italie, le Royaume-Uni et la France d'ici 2020, l'Allemagne d'ici 2022 et le Japon d'ici 2028. Gagnants et perdants au sein du G20 En termes de PIB «TCM», le Nigéria et le Vietnam devraient se retrouver en 2050 aux rangs 13 et 14 de la liste des 20 principales puissances économiques (G20). Mesurée sur cette même base, l'Indonésie devrait quant à elle passer de la 16e place en 2009 à la 8e d'ici 2050, devançant ainsi l'Italie, la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne. Le Brésil occupera la 4e place, le Mexique la 7e et la Turquie la 12e, tant en termes de PIB «TCM» que de PIB «PPA», alors que l'Australie et l'Argentine se verront expulsées des rangs du G20 d'ici 2050. Les exportations de la Suisse suivent l'évolution du marché Les exportations de la Suisse à destination des pays émergents enregistrent une croissance supérieure à la moyenne depuis 1990. Ainsi, entre 1990 et 2009, les exportations vers le Brésil sont passées de CHF 535,6 millions à CHF 1996,6 millions (facteur 3,73), celles vers l'Inde de CHF 392,8 millions à CHF 2155,4 millions (facteur 5,48) et celles vers la Chine de CHF 415 millions à CHF 5501,1 millions (facteur 13,26). À titre de comparaison, le principal partenaire commercial de la Suisse est aujourd'hui l'Europe, avec un volume d'exportation de CHF 60 811,9 millions en 1990 à CHF 117 845,5 millions en 2009 (facteur 1,94). * Prise en compte du niveau inférieur des prix dans les économies émergentes et correction des différences de prix Cette publication de PwC est disponible au format PDF auprès de Claudia Sauter. ots Originaltext: PwC Internet: www.presseportal.ch/fr Contact: Dr. Markus R. Neuhaus CEO, Territory Senior Partner Suisse, membre du directoire du réseau mondial PwC, PricewaterhouseCoopers Suisse E-mail: markus.neuhaus@ch.pwc.com Claudia Sauter Communications Senior Manager E-mail: claudia.sauter@ch.pwc.com

Plus de communiques: PwC

Ces informations peuvent également vous intéresser: