Lundbeck (Schweiz) AG

Un nouveau traitement pharmacologique permet de réduire la consommation d'alcool

Zurich/Genève (ots) - Selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), 250 000 à 300 000 personnes en Suisse souffrent d'une dépendance à l'alcool. Chaque année, près de 1 600 personnes décèdent des suites d'une consommation abusive d'alcool. Seuls 10 % environ des patients alcoolodépendants en Suisse sont suivi par des médecins. Les traitements pharmacologiques existants sont axés exclusivement sur un objectif d'abstinence totale, ce qui représente une mesure trop drastique pour beaucoup de patients alcoolodépendants en début de traitement. Le nouveau médicament Selincro, homologué en Suisse et disponible sur ordonnance, permet aux thérapeutes de proposer un autre traitement : la consommation d'alcool réduite.

L'alcoolodépendance est l'une des maladies de dépendance les plus fréquentes en Suisse. Selon une étude effectuée pour l'OFSP publiée en mars 2014 au sujet des coûts liés à l'alcool en Suisse, la consommation abusive d'alcool a coûté aux autorités suisses près de 4,2 milliards de francs en 2010. Les risques pour la santé augmentent de façon disproportionnée avec le degré de consommation. L'OMS a défini des niveaux de risques en fonction de la quantité d'alcool absorbée quotidiennement, mesurée en nombre de verres de boissons alcoolisées contenant 10 grammes d'alcool pur. Ces valeurs diffèrent pour les femmes et les hommes : une consommation quotidienne de 2 verres maximum pour les femmes et de 4 verres pour les hommes correspond à un risque faible ; 4 verres (femmes) et 6 verres (hommes) constitue un risque moyen ; 6 verres (femmes) et 10 verres (hommes) correspond à un risque élevé ; toute quantité au-delà représente un risque très élevé pour la santé, avec des répercussions néfastes pour le patient et son entourage, accompagnées des coûts correspondants.

L'alcoolodépendance se caractérise notamment par une perte progressive du contrôle de la consommation. Les tentatives personnelles de limitation de la consommation en termes de quantité et de fréquence sont de plus en plus difficiles et échouent de façon croissante. Un sentiment de honte s'empare du patient, qui est de moins en moins disposé à parler de son problème auprès d'un médecin ou d'un proche. Ces changements de comportement du patient sont liés à des changements de structure du cerveau, au niveau des zones qui régulent la motivation, les récompenses et le contrôle. Ce tabou, accompagné d'un traitement visant une abstinence totale, explique en partie le taux très faible (10 % en Suisse) de traitement des patients atteints d'alcoolodépendance.

Un nouveau concept thérapeutique permet de réduire le désir de consommation d'alcool

Le nouveau traitement basé sur le médicament Selincro intervient dans la régulation du système de motivation et de récompenses et permet de réduire le désir maladif de consommation d'alcool. Le cercle vicieux, qui enchaîne la perte de contrôle et l'augmentation de la consommation d'alcool, peut ainsi être brisé. Selincro est préconisé pour les patients alcoolodépendants à consommation élevée et ne doit être utilisé que dans le cadre d'une thérapie médicale de soutien psychosocial proposée par les médecins généralistes. La thérapie consiste à aborder et expliquer le problème de l'alcoolodépendance, à formuler ensemble des objectifs thérapeutiques et à accompagner le patient de façon active. Ancrée dans ce concept, la thérapie permet d'aider le patient responsable à réduire sa consommation d'alcool en prenant le médicament lorsqu'il en a besoin (les jours à grand risque de consommation d'alcool). D'importantes études d'homologation ont pu démontrer qu'une grande proportion de patients alcoolodépendants étaient capables de suivre ce traitement, de réduire nettement leur consommation d'alcool et de diminuer ainsi les risques sur la santé en passant à un niveau de risques plus faible, voire minime. Grâce à ce traitement, les spécialistes nourrissent l'espoir de traiter davantage de patients et de contribuer ainsi largement à limiter les risques de leur consommation d'alcool sur la santé.

A propos de Lundbeck (Suisse) SA

Lundbeck est une compagnie pharmaceutique d'envergure mondiale dont l'engagement profond est d'améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de maladies cérébrales. Fondée en 1915 au Danemark, l'entreprise emploie aujourd'hui plus de 5'800 personnes dans plus d'une cinquantaine de pays. Le siège social de la compagnie se trouve à Copenhague, au Danemark, et la filiale suisse est implantée à Glattbrugg.

Plusieurs informations: http://www.lundbeck.com/ch

Contact média:


Lundbeck (Schweiz) AG
Dr. Hendrik von Waldburg
Product Manager CNS
Marketing Department
Cherstrasse 4, 8152 Glattbrugg
Tel +41 44 87 43 41 6 (direct)
Mobile +41 79 77 42 33 8
HVW@lundbeck.com



Ces informations peuvent également vous intéresser: