Schweizerische Zahnärzte-Gesellschaft SSO

La mauvaise haleine - un fléau très répandu

La mauvaise haleine - un fléau très répandu
Berne (ots) - Des enquêtes en médecine dentaire le mettent en évidence : la mauvaise haleine est beaucoup plus fréquente que communément admis - environ un tiers, voire jusqu'à la moitié de la population souffre parfois d'halitose, une personne sur vingt en est chroniquement affectée. La cause, dans 85 à 90% des cas, est la présence de bactéries dans la bouche et sur la surface de la langue. Ce que l'entourage éprouve comme une odeur désagréable, ce sont les composés sulfurés volatils (CSV) produits lors des processus de décomposition. Dans la plupart des cas, la mauvaise haleine peut être supprimée par une hygiène bucco-dentaire scrupuleuse, par le nettoyage mécanique de la surface de la langue et par des traitements dentaires. La mauvaise haleine préoccupait déjà les anciens Grecs et Romains. Dans d'autres cultures on recommandait différents moyens, tels que le persil (Italie), le clou de girofle (Iraq) ou les coquilles d'oeuf (Chine) pour se débarrasser de ce fléau. En Europe, jusqu'au début du XVIIème siècle, on procédait à des bains de bouche à base d'urine. La mauvaise haleine, désignée en médecine sous les termes d'halitose (du grec " souffle, vapeur ") ou foetor ex ore (en latin " puanteur, pourriture de la bouche), peut avoir plusieurs origines : une inflammation des gencives (gingivite), une maladie de l'appareil de soutien dentaire (parodontite), des poches au niveau des gencives, une langue recouverte d'un enduit ou des caries. Parmi les autres causes, on peut mentionner la sécheresse de la bouche due à l'âge ou provoquée par des médicaments, le jeûne, le stress ou une consommation exagérée d'alcool. Dans 85 à 90% des cas, le problème réside au niveau de la langue et de la cavité buccale : c'est là que se trouvent de nombreuses niches dans lesquelles les bactéries peuvent se déposer et se multiplier. Si ces bactéries ne sont pas éliminées par un nettoyage régulier des dents et de la langue, des composés sulfurés volatils (CSV), que nous percevons comme mauvaise haleine, vont se former par des processus bactériens de décomposition. Dans la majorité des cas, l'halitose peut être supprimée par une hygiène bucco-dentaire scrupuleuse : en font partie le nettoyage soigneux des dents et des espaces interdentaires par la brosse à dents, les brossettes interdentaires et la pâte dentifrice. On recommande beaucoup le nettoyage régulier de la surface de la langue avec une brosse à dent, une brosse spéciale ou un racloir : environ 60% des microorganismes de la bouche se trouvent sur la langue ! Une autre mesure efficace est le rinçage avec des solutions contenant de la chlorhexidine. Les inflammations des gencives et de l'appareil de soutien des dents exigent des soins par le médecin-dentiste et l'hygiéniste dentaire. Dans 5 à 8% des cas, l'halitose a une autre cause, par exemple des problèmes digestifs, une inflammation de la région pharyngée ou le diabète. Une mauvaise haleine qui trouve son origine dans une maladie exige des examens et des soins médicaux approfondis. Le traitement d'une affection aigu' permet en règle générale de supprimer en même temps la mauvaise haleine. ots Originaltext: Société Suisse d'Odonto-stomatologie (SSO) Internet: www.presseportal.ch/fr Contact: Felix Adank, service de presse et d'information de la SSO Tél.: +41/31/310'20'80

Plus de communiques: Schweizerische Zahnärzte-Gesellschaft SSO

Ces informations peuvent également vous intéresser: