Schweizerische Zahnärzte-Gesellschaft SSO

Société Suisse d'Odonto-stomatologie: Fumer nuit - la muqueuse buccale et les dents sont aussi concernés

    Berne (ots) - A l'occasion de la Journée sans tabac, la Société Suisse d'Odonto-stomatologie rend attentif aux risques que le tabac fait courir à la cavité buccale et aux dents. Fumer ne nuit pas qu'aux poumons et au système cardio-vasculaire, la muqueuse buccale, les gencives et les dents sont également concernées. Les lésions buccales résultant de la dépendance nicotinique sont variées et incluent tant des modifications bénignes que d'autres pouvant menacer la vie. La SSO recommande, dans l'intérêt de la santé bucco-dentaire, de renoncer à fumer.

    La fumée agresse la muqueuse buccale, l'os de la mâchoire et les dents. Les lésions qui en résultent vont d'une suceptibilité nettement augmentée aux inflammations gingivales à l'atrophie des gencives (parodontite) : c'est la raison pour laquelle, à long terme, les fumeurs perdent plus souvent des dents que les non-fumeurs.

    Les substances toxiques les plus importantes sont les hydrocarbures aromatiques et les N-nitrosamines (TSNA) : elles sont assimilées au niveau de la muqueuse buccale et exposent les fumeurs à un risque significativement augmenté de cancer de la cavité buccale, du pharynx ou du larynx. La fumée induit, au niveau des gencives, la formation de ce qu'on nomme des poches, fragilise la trame osseuse du maxillaire et favorise la plaque et les caries, tout particulièrement les caries radiculaires des collets dentaires mis à nu.

    La combinaison alcool et consommation exagérée de tabac joue un rôle important : l'abus chronique d'alcool modifie la perméabilité de la muqueuse, notamment pour les substances cancérigènes du tabac. En cas de consommation combinée de tabac et d'alcool, le risque de développer un cancer de la cavité buccale ou du pharynx est cinq à six fois plus grand que chez des non-fumeurs ou des non-buveurs. De leur côté, les hommes présentent un risque encore dix à quinze fois plus élevé que les femmes. En Suisse, on enregistre annuellement quelque 1000 nouveaux cas de cancer de la bouche ou du pharynx (carcinome oro-pharyngé). Parmi ceux-ci, environ 400 personnes meurent dans les cinq années qui suivent le diagnostic - avant tout parce que les tumeurs situées au niveau de la langue, du palais et de la mâchoire sont diagnostiquées trop tardivement. C'est la raison pour laquelle la SSO recommande à toutes les fumeuses et tous les fumeurs de se faire contrôler régulièrement par un médecin-dentiste.

    La cigarette augmente non seulement les dépenses pour les soins médico-dentaires, elle agit aussi défavorablement sur le cours du traitement. Ainsi, les plaies des fumeuses et fumeurs, après extraction dentaire par exemple, guérissent sensiblement plus lentement. Dans le cas de traitements d'implants oraux, les complications, en particulier au niveau de la mâchoire supérieure, sont nettement plus fréquentes : il peut s'agir par exemple d'inflammation des tissus adjacents (péri-implantite), voire même de la perte de l'implant . Le taux  d'échecs en implantologie est significativement plus élevé chez les fumeurs que chez les non-fumeurs. Toutefois, l'arrêt de la fumée permet d'envisager une évolution favorable.

    L'abus du tabac a, pour autre conséquence, une modification de la couleur des dents ou des altérations de l'odorat et du goût ; il peut aussi favoriser, au niveau de la cavité buccale, des infections opportunistes à champignons microscopiques.

    La Société Suisse d'Odonto-stomatologie encourage par conséquent les fumeuses et les fumeurs à renoncer aux cigarettes, cigares et pipes : ils éviteront ainsi des affections buccales, favoriseront la guérison des plaies dans la bouche et contribueront, dans un grand nombre de cas, à retrouver pleinement la santé.

    L'équipe du cabinet dentaire offre son aide aux consommateurs de tabac qui souhaitent arrêter : dans le cadre du cabinet dentaire il est possible de discuter du traitement médicamenteux (substitution nicotinique), des mesures destinées à modifier le comportement ou de décider de recourir à une consultation spécialisée pour arrêter de fumer. Les chances de succès sont bonnes : demandez conseil à votre médecin-dentiste.

    Modifications de la cavité buccale causées par la consommation de tabac

    1 Carcinome de la cavité buccale
    2 Leucoplasies orales (modifications tissulaires, stade de
        précancérose)
    3 Autres modifications muqueuses provoquées par le tabac
        - palais du fumeur
        - mélanose du fumeur (coloration foncée de la muqueuse buccale)
    4 Affection parodontales (inflammations des gencives, parodontite,
        abcès)
        - perte de substance osseuse au niveau maxillaire
        - perte dentaire prématurée
        - risque augmenté de perte d'implant
    5 Perturbations de la guérison des plaies
    6 Répercussions dues au tabac au niveau des dents et de la langue
        - modifications de la couleur des dents
        - modifications de la couleur de la langue
        - langue noire villeuse (langue " chevelue ")
    7 Autres perturbations dues au tabac
        - halitose (mauvaise haleine)
        - affections dues à des champignons microscopiques

ots Originaltext: Société Suisse d'Odonto-stomatologie
Internet: www.presseportal.ch/fr

Contact:
Felix Adank
Service de presse et d'information de la SSO
Tel.: +41/31/310'20'80



Plus de communiques: Schweizerische Zahnärzte-Gesellschaft SSO

Ces informations peuvent également vous intéresser: