Schweizerische Zahnärzte-Gesellschaft SSO

Implants dentaires: L'illusion parfaite

Depuis quelques années, les implants dentaires s'imposent de plus en
plus pour la reconstruction de dents perdues. Les bons résultats
fonctionnels et esthétiques autorisent le traitement de diverses
formes d'édentation. Le traitement devrait toutefois avoir lieu dans
les meilleures conditions possibles.

      Berne (ots) - Grâce à des racines dentaires artificielles
insérées dans la substance osseuse de la mâchoire pour la fixation
d'un substitut dentaire appelé implant, on peut remplacer des dents
isolées ou même ancrer en permanence des prothèses. L'idée consistant
à remplacer des dents perdues par des dents artificielles, fixées
dans la mâchoire, est presque aussi vieille que la médecine dentaire.

    Une denture saine est composée de 28 dents et de 4 dents de sagesse. Si une dent, à la suite d'un accident ou d'une maladie, est perdue, il est possible de nos jours de la remplacer par un implant. Pendant longtemps, le plus difficile consistait à trouver un matériau artificiel pour la racine de la dent que l'organisme humain accepterait du point de vue biologique. Ces matériaux de remplacement sont soumis à de hautes exigences. Les tissus propres de l'organisme doivent bien les tolérer, ils ne doivent provoquer aucune allergie et doivent, ainsi que les dents naturelles, résister à tous les efforts de mastication.

    Les implants ne sont pas des pièces de rechange

    Le médecin-dentiste ne peut décider qu'après avoir procédé à un examen médical approfondi si une implantation peut être envisagée ou s'il faut rechercher une autre solution, parce que, par exemple, le risque de perte est trop grand. Il n'y a pas de limite en fonction de l'âge. Les patients souffrant d'une affection des gencives, ainsi que les grands fumeurs, font partie des patients à risque. Une bonne hygiène bucco-dentaire ouvre également aux patients à risque la possibilité de la mise en place éventuelle d'un implant.

    Contre-indication

    Pour la reconstruction de pertes dentaires, il faut un os sain, bien vascularisé, ainsi que des gencives en bon état. La matière osseuse peut être présente en quantité insuffisante pour des raisons variées, qui vont d'un traumatisme à des inflammations localisées. Une chose est certaine, c'est que la fumée nuit à l'os. Des techniques chirurgicales nouvelles permettent, dans certaines circonstances, la mise en place d'un implant également chez des patients à risque, dans la mesure où ces derniers se soumettent à une hygiène bucco-dentaire irréprochable. On recommande aux fumeurs de cesser définitivement de fumer.

    De nouvelles dents sans douleur

    On eut procéder à l'intervention en ambulatoire, donc au cabinet dentaire. En anesthésie locale, on fixe un pivot hélicoïdal ou cylindrique dans l'os de la mâchoire. Les douleurs qui suivent l'intervention sont en règle générales minimes. Il faut un temps de convalescence qui, en fonction de la situation qui précédait, pourra être plus ou moins long. Ce n'est qu'à ce moment qu'il sera possible de procéder au traitement définitif avec le remplacement dentaire prothétique.

    Résultat du traitement

    Un implant guéri doit être traité comme une dent naturelle. Les contrôles réguliers chez le médecin-dentiste sont indispensables. Le résultat du traitement dépend essentiellement de la façon dont le patient suit les instructions de son médecin-dentiste. Il faut accorder une attention toute particulière à la zone de transition entre l'implant et la gencive. A cet endroit, une gencive saine est adaptée fermement à l'implant mais elle peut, au niveau supérieur du collet ne pas adhérer jusqu'à une profondeur d'environ 2 mm. Au niveau de ce liséré gingival lâchement adapté, autour de l'implant, des bactéries et des restes alimentaires peuvent s'accumuler. Il est indispensable de se servir d'un fil dentaire de plus grand diamètre (d'un fil cardé ou d'un fil ciré ou de brossettes interdentaires) pour le nettoyage. Informez-vous auprès de votre cabinet dentaire ou sous www.sgi-ssio.ch.

ots Originaltext: Presse- und Informationsdienst SSO
Internet: www.presseportal.ch

Kontakt Medienstelle:
Presse- und Informationsdienst SSO
Postgasse 19, Postfach, 3000 Bern 8
Tel.: +41/31/310'20'80  
Fax:  +41/31/310'20'82
E-Mail: info@sso.ch
Internet: www.sso.ch



Plus de communiques: Schweizerische Zahnärzte-Gesellschaft SSO

Ces informations peuvent également vous intéresser: