ASIN - Action pour une Suisse indépenda

20e Assemblée générale ordinaire de l'ASIN: La Suisse doit rester maître de ses frontières

Notre capacité référendaire est prouvée. Recrutement de 1774 nouveaux membres Berne (ots) - Les près de 1000 membres présents de l'Action pour une Suisse indépendante et neutre ont donné le samedi à l'hôtel „National" à Berne le feu vert à la campagne principale contre l'adhésion à Schengen/ l'UE en vue de la votation populaire du 5 juin 2005. Dans une résolution, les inconvéniens majeurs d'une adhésion à Schengen ont été soulignés, à savoir: la criminalité sans frontières, une législation étrangère et la pose de jalons pour entrer dans l'UE. L'ASIN proteste vivement contre la propagande pro Schengen scandaleuse, pratiquée par le Palais fédéral et contre le fait que les policiers, garde-frontières et autres fonctionnaires critiques à l'égard de Schengen soient condamnés au silence. Museler les fontionnaires, c'est une véritable „déclaration de guerre à la démocratie" et, en agissant de la sorte, le Conseil fédéral devient lui-même le „fossoyeur de la démocratie" a constaté l'ASIN. En Suisse, on observe actuellement à cet égard des situations qui rappellent la DDR de l'époque. Le Professeur Dr. Gerd Habermann de Berlin, directeur de l' Unternehmerinstituts der Arbeitsgemeinschaft selbständiger Unternehmer, a été fortement applaudi pour ses déclarations „L'Europe a besoin d'une Suisse indépendante " et „La Suisse doit rester maître de ses frontières". Non à la criminalité sans frontières opposé de Schengen „Liberté à la frontière, contrôle (de citoyens sans reproche) à l'intérieur du pays" est carrément absurde. De plus, la perte de souveraineté consécutive à Schengen est lourde de conséquences „Aucune personne sensée ne signerait Dans son point de la situation, le président de l'ASIN, Dr. Pirmin Schwander, Conseiller national, a constaté dans la salle ornée de drapeaux que l'ASIN a réussi l'année passée à recruter à nouveau près de 1800 nouveaux membres et que son effectif de membres se monte maintenant à 46'000. Par son référendum réussi contre Schengen, l'ASIN a par ailleurs prouvé de manière impressionnante sa capacité référendaire. Schwander a mis les participants en garde contre la volonté d'alignement du Palais fédéral et des milieux partageant ses vues. Ils souhaitent intégrer la Suisse dans une grande organisations internationale et sacrier nos atouts et particularités à cette mégalomanie. Nos privilèges que sont la liberté, l'indépendance, la neutralité armée, la démocratie directe, la sécurité et la compétitivité seraient sacrifiés. Réfléchir et agri doivent enfin de nouveau être nos impératifs avant qu'il ne soit trop tard ! Schwander a également mis le public en garde contre la criminalité sans frontières en cas d'adhésion à Schengen. Le remplaement de notre principe éprouvé du „contrôle à la frontière et de la ilberté à l'intérieur du pays" par le principe de son plein gré un tel contrat que le partenaire peut modifier quand bon lui semble!" Rester maître de ses frontières Le Professeur Habermann a constaté que les citoyens suisses vont devoir prendre le 5 juin 2005 une décision lourde de conséquences et devront se prononcer s'ils veulent sacrifier le contrôle de leurs frontières ou s'ils préfèrent rester «maîtres de leurs frontières». Les frontières sont déterminantes pour l'exercice de la liberté. Il s'étonne que de nombreux liibéraux européens continuent à soutenir naïvement un projet qui représente „un regroupement de puissance auprès d'une bureaucratie centrale européenne que l'on n'a jamais vu depuis l'Empire romain." Le monopole d'initiative législatif unique de la Commission de l'UE et la vague clause de pleins pouvoirs des accords européens rendent les gouvernements et les parlements nationaux quasiment sans défense. Les particularités nationales et la concurrence politique des systèmes sont réprimés. „Tant que l'UE ne corrigera pas son idéal impérial, elle ne sera pas mûre pour l'adhésion de la Suisse ",a lancé Habermann dans la salle sous les applaudissements nourris. Il plaide en faveur d'une Europa de la non-centralisation et de la concurrence, de la liberté et de la variété. Quant à Schengen, qui représente «une partie du projet européen de nivellement vers le bas », il recommande pour le 5 juin 2005 aux citoyens suisses d'y opposer un non clair et net. La Suisse n'a pas besoin d'une recette Schengen-Dublin Pour le Conseiller national vert Geri Müller, Baden, Schengen/Dublin est „un médicament pour une maladie qui n'existe pas." En tant que pays le plus sûr de l'OCDE, la Suisse n'a pas besoin d'un système européen de surveillance des citoyens alimenté par les données les plus diverses. De plus, la Suisse ne doit pas s'isoler avec l'UE du restant du monde. David Glatz, président d'honneur de Fédération sportive suisse de tir, a souligné que les tireurs, chasseurs et collectionneurs d'armes devraient impérativement voter contre Schengen car cet accord entame massivement notre droit d'armes libéral et notre souveraineté. Avec Schengen, notre droit d'armes serait désormais dicté par Bruxelles. Le Conseiller national Oskar Freysinger (UDC/VS) a illustré la perte de sécurité que comporte le système absurde de Schengen pour la Suisse en évoquant des scènes de la vie de tous les jours en cas d'adoption de Schengen. „La Suisse doit rester à l'écart de Schengen, ce qui nous permettra de rester maîtres de notre destinée ". Sinon, un nombre croissant de décisions déterminantes pour notre vie seront prises à Bruxelles et tel n'est pas non plus le désir des Romands. Dans le cadre des affaires statutaires, ont été nouvellemetn élus dans le Comité de l'ASIN: le Conseiller national Yvan Perrin, UDC NE, La Côte-aux-Fées / le Conseiller national Oskar Freysinger, UDC VS, Savièse / Benjamin Stähli, Winterthur. C'est le texte oral qui fait foi. Cet exposé pourra être consulté sur Internet dès le 30.04.05, 12h00 aux adresses suivantes: www.asin.ch ots Originaltext: ASIN Internet: www.presseportal.ch Contact: ASIN Werner Gartenmann Mobile: +41/79/22/79/73

Ces informations peuvent également vous intéresser: