economiesuisse Genève

Les risques d’un Non à la collaboration policière et judicaire de Schengen
Dublin

Genève (ots) - Les membres du « Forum des responsables Justice et Sécurité pour Schengen/Dublin » , 29 conseillers d’Etat de tous les cantons suisses, recommandent l’acceptation de cet accord bilatéral.

Si la Suisse reste à l’écart de l’Espace Schengen, elle ne pourra pas garantir le maintien du bon niveau de sécurité actuel. Au contraire, notre sécurité sera mise en péril.

Plus les pays d’Europe intensifient leur collaboration en matière de lutte contre la criminalité et de politique d’asile, plus le choix de la Suisse de faire cavalier seul comportera de risques pour notre propre sécurité.

La Suisse risque de devenir un refuge pour les criminels

Bientôt, la Suisse sera le seul pays, face à 27 pays européens, à ne pas être raccordée au système électronique de recherche de Schengen SIS.

Conséquence : les criminels se réfugieront en Suisse !

Le SIS apportera une aide précieuse aux gardes-frontières en facilitant, par exemple, l’identification de bandes de passeurs. Il constituera aussi un outil de travail de grande valeur pour la police:

- Pour les cantons non frontaliers, accéder aux données du SIS est le seul moyen d’accéder à un système de recherche électronique au niveau international.

- Pour les polices des villes, l’accès au SIS est le seul moyen de reconnaître, lors d’un banal contrôle d’identité, qu’elles ont affaire à un criminel recherché au niveau international.

- L’accès au SIS permettra enfin à nos polices de bénéficier d’un instrument moderne et performant pour mieux contrôler le trafic de transit européen qui passe par la Suisse.

Les opposants à Schengen font preuve de cynisme lorsqu’ils tentent de discréditer le SIS en comparant les chiffres des arrestations de petits criminels. En 2004, l’Allemagne a pu arrêter, grâce au SIS, près de 600 auteurs de crimes graves : des infanticides, des criminels sexuels, des trafiquants de drogue et des passeurs. Il n’existe pas de meilleur système de recherche : le taux de réussite a quadruplé en Allemagne. Les régions d’Europe dans lesquelles les criminels peuvent se réfugier deviennent moins nombreuses avec la participation de chaque nouveau pays.

La Suisse risque de connaître une concentration des requérants d’asile

La Suisse est le seul pays d’Europe occidentale qui ne possède pas d’accès à EURODAC, la banque de données des empreintes digitales visant à éviter les demandes d’asile multiples dans l’Espace Dublin.

Conséquence : les requérants d’asile déboutés déposent une seconde demande d’asile en Suisse !

La Suisse risque ainsi de voir affluer les requérants d’asile refoulés par 27 pays voisins. Quelques chiffres : 350’000 nouveaux requérants d’asile, dont la grande majorité a été refoulée, ont été enregistrés dans les pays membres de l’Espace Dublin en 2003 ; 21’000 demandes d’asile ont été déposées pour la seule Suisse.

La banque de données EURODAC a été mise en service en 2003 seulement. Au fur et à mesure que ce système se mettra en place, la Suisse deviendra le lieu de destination favori des bandes de passeurs internationales. En effet, à l’heure actuelle, la Suisse est le seul pays où les demandeurs d’asile peuvent déposer une deuxième demande d’asile sans être repérés.

Même si certains critiquent aujourd’hui les problèmes –naturels– liés à la mise en place d’EURODAC, la tendance à une meilleure maîtrise de l’asile est indéniable. Nous devons saisir cette chance, dans notre propre intérêt. L’accord de Dublin ne nous libère pas de nos obligations en matière d’asile, mais il soulage notre système d’asile des personnes qui ont déjà présenté une demande d’asile dans l’UE. Participer à ce système est clairement dans l’intérêt de la Suisse.

Décider en toute objectivité

Le ralliement sans précédent de 29 conseillers d’Etat de tous les partis, y compris de l’UDC, et le soutien de la totalité des cantons démontrent que l’Accord sur Schengen/Dublin n’est, en toute objectivité, ni plus ni moins qu’un dispositif de coopération moderne et efficace dans les domaines de la sécurité et de l’asile.

Forum des responsables Justice et Sécurité pour Schengen/Dublin Case postale 3085 1211 Genève 3 http://www.schengendublin.ch

Tél. 022 786 66 81 Fax  022 786 64 50



Plus de communiques: economiesuisse Genève

Ces informations peuvent également vous intéresser: