Swisstransplant

La pénurie persiste en dépit d'un nombre croissant de donneurs d'organes

L'insertion d'une entrée relative au don d'organes sur le permis de conduire constituerait une solution judicieuse Genève (ots) - A l'occasion de la journée du don d'organes du 25 septembre, les organismes de transplantation lanceront, dans tous les cantons, une campagne d'information sur le don d'organes et la transplantation sur fond de l'importante pénurie d'organes disponibles et du niveau d'information insuffisant de l'opinion publique sur ce sujet. Lors de sa session automnale, le Conseil national étudiera l'insertion, d'ores et déjà validée par le Conseil d'états, d'une mention relative au don d'organes sur le permis de conduire. La bonne nouvelle d'abord: en 2003, en Suisse, le nombre de personnes ayant accepté un don d'organe a progressé par rapport à l'an dernier. La proportion de donneurs d'organes s'est en effet élevée de 10 à 13 donneurs d'organes par million d'habitants. Ensuite la mauvaise nouvelle: ces chiffres sont encore bien insuffisants. La Suisse occupe en effet, au regard de la propension au don d'organes, l'une des dernières places au classement des pays de l'Union européenne. En moyenne, une personne meurt chaque semaine en raison de l'indisponibilité ponctuelle d'un organe de donneur. Pourquoi ce manque de donneurs? Dans les sondages, 8 suisses sur 10 se déclarent favorables au don d'organes, mais seul 1 suisse sur 10 porte sur lui une carte de donneur. C'est pourquoi il est essentiel d'aborder le thème du don d'organes dans les cercles relationnels familiaux et sociaux, car l'expérience le prouve: lorsque les parents se trouvent pour la première fois confronté à l'immense souffrance de la disparition, ils tendent, en cas de doute, à refuser la demande de prélèvement d'organes. Dans ce contexte, Swisstransplant salue la proposition du Conseil d'états visant à insérer une mention relative au don d'organes sur le permis de conduire, dans le cadre de la nouvelle loi sur le don d'organes. Chaque nouveau conducteur devra s'interroger lui-même et déterminer s'il souhaite devenir un donneur d'organes. Il faudra espérer que lors de sa session printanière, le Conseil national approuvera cette proposition, ou qu'il formulera tout au moins une proposition équivalente. Une proposition relative à une campagne nationale d'incitation mesurée au don d'organes sera également débattue ; compte tenu de la pénurie de donneurs, cette proposition doit également être soutenue. À l'occasion de la journée nationale du don d'organes du 25 septembre, des stands d'information et d'autres actions mobilisant des patientés transplantés et des spécialistes de la transplantation seront également proposés dans de nombreuses villes et communes. À Sitten, par exemple, l'Aéroclub Suisse proposera des vols aux enfants transplantés, tandis qu'une conférence sur le thème de la transplantation se déroulera à Lugano et qu'à Zürich, l'hôpital universitaire animera, du 23 septembre au 3 octobre, un stand d'informations sur le salon d'automne Züspa. D'autres informations sont disponibles aux adresses www.swisstransplant.org et www.sharelife.ch. Les demandes de cartes de donneur peuvent être effectuées auprès de Swisstransplant. ots Originaltext: Swisstransplant Internet: www.newsaktuell.ch/f Contact: Trix Heberlein Président de Swisstransplant Tél. : +41/1/918'16'39

Ces informations peuvent également vous intéresser: