Schweizerischer Bauernverband

Après le beau temps, la pluie ?

      Brugg (ots) - L’ensoleillement exceptionnel du mois d’avril n’était
pas pour déplaire aux paysans, mais si la pluie ne tombe pas d’ici à
début mai, la sécheresse risque d’entraîner des pertes de récolte
considérables.

    Avec l’arrivée des températures estivales, toute la Suisse passe de longues soirées en plein air et se réjouit du retour de la saison des grillades. En raison du grand danger d’incendie, il est interdit d’allumer des feux en forêt ou ailleurs dans la nature dans plusieurs régions du pays. Dans les jardins et sur les balcons, nombreux sont ceux qui continuent de s’adonner aux joies du barbecue. L’odeur de grillades et le beau fixe font aussi plaisir aux paysans. La consommation de viande a progressé, et cette embellie profite avant tout à la viande de porc, dont le prix s’est enfin retrouvé à la hausse. Le temps sec a créé des conditions favorables au travail des terres et au semis. En plusieurs endroits, les paysans ont déjà fait une première coupe sans que la météo vienne les inquiéter. La floraison des arbres fruitiers est bien avancée et prometteuse, et tant qu’il ne pleut pas, les champignons pathogènes se répandent aussi moins vite. Dans l’ensemble, la météo fait aussi la joie des paysans. Mais, il y a un mais : sans précipitations importantes sur l’ensemble du pays dans les sept prochains jours, le risque de pertes de récolte importantes va s’accentuer. A l’heure actuelle, il est déjà nécessaire de diluer le lisier et de l’épandre en fin de journée, pour que les éléments fertilisants ne s’évaporent pas sous la chaleur. En outre, la germination des semences souffre du manque d’humidité. Dans les champs, l’herbe fraîchement coupée devient jaune, les grandes cultures ne peuvent pas suivre leur croissance et vont finir par se dessécher sans l’apport hydrique tant attendu. L’arrosage demande beaucoup de temps, coûte cher, et il est difficile d’irriguer toutes les terres. Sans oublier que l’arrosage sera seulement possible aussi longtemps que le niveau des cours d’eau le permettra.

    Après le beau temps, la pluie? Les paysans suisses ont les yeux rivés vers le ciel et espèrent que le ciel se mettra enfin à pleurer.

Pour toute question: Sandra Helfenstein, porte-parole USP, tél. 056 462 52 21, portable 079 826 89 75 Hans Rüssli, Communication, tél. 056 462 52 02 www.sbv-usp.ch



Plus de communiques: Schweizerischer Bauernverband

Ces informations peuvent également vous intéresser: