Schweizerischer Bauernverband

Plate-forme agricole – Gardons-nous de tirer des conclusions hâtives!

Brugg (ots) - La plate-forme agricole a rendu compte aujourd’hui de l’affectation des moyens alloués à l’agriculture par la Confédération en 2002. Quelques protagonistes de la plate-forme agricole ont cloué au pilori les moyens octroyés aux transformateurs de produits agricoles. Ces acteurs semblent ne pas avoir mesuré l’ampleur des retombées de cette manne dans le portemonnaie des paysans sous la forme de meilleurs prix payés à la production. La réduction du soutien accordé aux transformateurs conduit à un fléchissement des prix dans l’agriculture et, partant, à une diminution du revenu agricole. Une restriction des mesures de soutien des prix serait chèrement payée par les paysans. La plate-forme agricole a exposé les résultats de ses longues analyses sur la répartition des fonds de la Confédération dans le secteur agraire. Les chiffres avancés ne sont pas surprenants et n’apportent au fond rien de nouveau. La politique agricole et l’affectation des moyens ayant passablement changé depuis 2002, ces chiffres manquent de liens avec l’actualité. Ce qui, de plus, est dérangeant dans ce rapport, c’est l’interprétation anachronique des résultats présentés par les protagonistes de la plate-forme agricole. Ces derniers désapprouvent que, sur les dépenses de la Confédération pour le secteur agroalimentaire, plusieurs centaines de millions coulent dans les caisses des transformateurs au lieu de revenir aux paysans. En fait, les paiements octroyés à l’heure actuelle aux transformateurs aboutissent chez les agriculteurs sous forme de prix plus élevés à la production. Ils aident par exemple au soutien efficace des prix à la production pour le lait, les pommes de terre et autres produits. Une réduction de ces mesures de soutien au marché conduit toujours à une baisse des prix et, par conséquent, à une diminution du revenu des paysans, qui seront les premiers frappés par une coupe dans les moyens financiers. La réduction revendiquée par certains protagonistes paysans de la plate-forme agricole équivaudrait tout simplement à un autogoal pour les paysannes et paysans de ce pays. Les revendications mettraient du beurre dans les épinards de ceux qui visent à une intensification de la production agricole en Suisse et à une augmentation des importations de denrées alimentaires. La plate-forme agricole a en outre démontré que les paiements directs ne couvrent pas les prestations d’intérêt général fournies par l’agriculture. A l’évidence, cette constatation étaye la thèse de l’USP stipulant que les prix actuels pratiqués pour les produits agricoles et les paiements directs ne permettent pas à de nombreuses exploitations d’atteindre un revenu satisfaisant. Contacts: Josef Dissler, Vice-président de l’USP, portable 079 674 80 81 Jacques Bourgeois, Directeur USP, Mobile 079 219 32 33 Martin Rufer, Responsable adj. Economie et Politique, portable 078 803 45 54 Sandra Helfenstein, Porte-parole de l’USP, portable 079 826 89 75 www.sbv-usp.ch

Ces informations peuvent également vous intéresser: