Schweizerischer Bauernverband

Le beurre ou l’argent du beurre? La Suisse doit choisir.

Brugg (ots) - L’Union Suisse des Paysans (USP) a présenté aujourd’hui son nouveau rapport sur la situation de l’agriculture lors d’une conférence qui s’est déroulée sur l’exploitation agricole de la communauté de générations Schwab à Walperswil (BE). Une attention toute particulière a été prêtée au taux élevé de working poor sur l’ensemble des familles paysannes et à la question de l’alimentation durable, mise au défi par une production mondialisée. Sans soutien politique et sans un large appui de la population, l’agriculture multifonctionnelle et ses exploitations familiales appartiendront bientôt au passé, craint l’USP. A l’heure actuelle, l’agriculture et la politique agricole tiennent le haut du pavé: débats parlementaires sur la PA 2011, discussions et examens autour d’éventuels accords de libre-échange, tandis que tout reste encore possible dans le cadre des négociations de l’OMC. De plus, une polémique s’est engagée dans l’opinion publique à propos de l’îlot de cherté suisse, du rythme à adopter pour faire évoluer les structures ou encore de l’utilité des paiements directs dans l’agriculture. Les calculs réalisés par l’Union Suisse des Paysans dans son Rapport de situation 2006 ne laissent pas planer un doute au sujet de la situation économique des familles paysannes : même sans pression supplémentaire dans le cadre de la PA 2011, même sans accord de libre-échange et sans OMC, il faudra s’attendre à une accélération des changements structurels. En s’appuyant sur les normes officielles, il se dégage qu’un quart des familles paysannes figure parmi les working poor. Malgré l’exercice d’une activité professionnelle, elles ne parviennent pas à financer leurs besoins de première nécessité. Un autre quart ne dispose pas des moyens suffisants afin de faire des investissements indispensables ou de se constituer une épargne vieillesse. Aujourd’hui déjà, la moitié des exploitations agricoles sont donc menacés de disparition. D’où l’importance de corriger la PA 2011 au Conseil national et de revoir l’enveloppe budgétaire à la hausse. La partie maîtresse du Rapport de situation de l’USP est consacrée à la question de l’alimentation durable. Le rapport s’intéresse à la corrélation entre l’agriculture et l’environnement, il aborde certains aspects éthiques et interroge le rôle des différents acteurs impliqués. Le commerce de biens devrait en principe profiter à toutes les parties à l’échange, que ce soit le pays exportateur ou le pays importateur. En réalité, le système alimentaire organisé à l’échelle mondiale porte une part importante de responsabilité des impacts sur notre environnement. Par leur comportement d’achat, les consommateurs peuvent exercer une influence directe sur la durabilité de la production agricole. Les produits alimentaires à base de matières premières indigènes ne sont pas seulement issus d’une production durable – quand on tient du compte du pouvoir d’achat du consommateur suisse, leur prix s’avère même tout à fait correct. Déterminées à s’engager sur la voie de la qualité et de la sécurité alimentaire, les familles paysannes de Suisse comptent s’adapter en permanence. L’exploitation hôte de cette conférence à Walperswil constitue un bel exemple de cette volonté de professionnalisation : la famille Schwab s’est spécialisée dans la culture de fraises et exploite le filon de la gastronomie fermière. L’agriculture indigène et ses multiples prestations ont atteint un tournant décisif. Qu’il s’agisse de la production de denrées alimentaires dans le respect de critères rigoureux, de l’entretien d’un paysage rural diversifié ou de la revitalisation des campagnes : réduire la paysannerie à quelques milliers d’industriels agricoles ne permettra pas de préserver la multifonctionnalité de l’agriculture. Par conséquent, en Suisse, le monde politique et l’opinion publique vont devoir faire leur choix. Préféreront-ils le beurre ou l’argent du beurre? Contact presse: Hansjörg Walter, Président USP, portable 079 404 33 92 Jacques Bourgeois, Directeur USP, portable 079 219 32 33 Urs Schneider, Directeur adjoint USP, portable 079 438 97 17 Sandra Helfenstein, Porte-parole USP, portable 079 826 http://www.sbv-usp.ch

Ces informations peuvent également vous intéresser: