Verein PRS PET-Recycling Schweiz

Enquête GFK: Non à la consigne sur les emballages pour boissons

Zurich (ots) - Un système de consigne sur les bouteilles pour boissons et sur les canettes en aluminium, destiné à réduire les déchets sauvages, entraînerait la disparition d'une importante partie des points de collecte du PET, mais aussi des coûts supérieurs. Ces phénomènes accompagnateurs peu agréables en cas de changement de système, les Suissesses et les Suisses n'en veulent pas. Tel est le résultat d'une enquête représentative effectuée en février 2013 par l'Institut de sondages GFK à la demande de PET-Recycling Schweiz.

Cette enquête s'inscrit dans un contexte d'actualité. Le conseiller national PDC Alois Gmür a en effet lancé une initiative parlementaire demandant précisément l'introduction d'une consigne sur les emballages pour boissons. Entre-temps, la Commission du Conseil national pour les questions environnementales, la CEATE, a rejeté cette initiative par 16 voix contre 8. Au cours de l'actuelle session de printemps, le Conseil national sera probablement appelé à se prononcer sur cette introduction possible d'une consigne.

Sans avoir reçu des informations générales sur la situation, une majorité se prononçait encore en faveur de la consigne. Mais une fois que les personnes interrogées avaient été informées des conséquences de l'introduction d'une consigne, leur attitude a changé de fond en comble jusqu'au refus clair et net.

Tant en Suisse alémanique qu'en Suisse romande, près des deux tiers des personnes interrogées se prononcent contre un système de consigne. La proportion la plus élevée d'opposants se recrute parmi les personnes jeunes, chez les personnes ayant une formation supérieure, parmi les familles jeunes et dans les régions campagnardes. La raison en est simple: aussi en matière d'élimination des déchets, les consommatrices et les consommateurs suisses apprécient un niveau de confort élevé. L'introduction d'une consigne signifierait le remplacement du système de collecte actuel qui fonctionne excellemment et qui constitue la base du taux de valorisation remarquable de 92% pour les emballages pour boissons. Avec le système de consigne envisagé, le commerce serait seul responsable de la reprise des emballages pour boissons. Le nombre des points de collecte chuterait de ce fait de 65'000 aujourd'hui à quelque 6'000. C'est-à-dire qu'il resterait moins d'un dixième des points de collecte.

Le fait que le nouveau système de consigne entraînerait des frais sensiblement supérieurs pour les consommateurs a eu moins d'impact chez les personnes interrogées que la réduction notable au niveau du confort. Il est cependant aussi apparu dans ce contexte que compte tenu de ces conséquences, les personnes défavorables à une consigne étaient plus nombreuses qu'à l'origine.

Contact:

Jean-Claude Würmli, directeur adjoint
PET-Recycling Schweiz
E-Mail: wuermli@prs.ch
Tél.: +41/44/344'10'80



Plus de communiques: Verein PRS PET-Recycling Schweiz

Ces informations peuvent également vous intéresser: