University of Southampton

Des résultats confirment qu’un traitement incomplet de l’asthme a des répercussions négatives sur la qualité de vie

Des experts de renom appellent à davantage d’efforts pour aider les patients asthmatiques Londres, Royaume-Uni (ots) - Des experts de renom dans le domaine de l'asthme ont lancé un appel en faveur d'une meilleure prise en considération et d'activités accrues, parmi les professionnels de la santé et les patients, pour améliorer la situation du traitement de l'asthme à travers l'Europe. Ces experts, qui participaient à une réunion présidée par le Professeur Stephen Holgate de l'Université de Southampton (Royaume-Uni), ont identifié entre autres les secteurs d'amélioration cruciaux suivants: contrôle efficace de l'inflammation des voies aériennes grâce à l'utilisation de plus d'un médicament anti-inflammatoire, amélioration de l'éducation des patients sur l'inflammation des voies aériennes, et meilleure communication entre patients et médecins en ce qui concerne les symptômes de l'asthme, afin d'obtenir une meilleure gestion de l'asthme et une meilleure qualité de vie pour de nombreuses personnes affectées. Cette réunion de deux jours, intitulée "Le MétaForum: Amélioration du traitement de l'asthme par un meilleur contrôle de l'inflammation", a été rendue possible par un subside éducatif sans restrictions de Merck Sharp & Dohme et a rassemblé plus de 40 experts de renom dans le domaine de l'asthme et de son traitement. Les participants, au nombre desquels figuraient des médecins européens, des éducateurs et des défenseurs des droits des patients venus de 17 pays, se sont réunis pour discuter et traiter des raisons à l'origine de la morbidité, de la mortalité et de la mauvaise qualité de vie des patients asthmatiques, alors que l'on dispose de directives claires et d'options thérapeutiques dont il a été prouvé qu'elles sont efficaces. "Les occasions de recueillir l'avis et les recommandations tant de ceux qui sont responsables du traitement de l'asthme que de ceux qui en souffrent sont extrêmement rares", a dit le président du MétaForum Stephen Holgate, Professeur clinicien en immunopharmacologie au MRC, Division des processus d'infection, d'inflammation et de réparation à l'École universitaire de médecine de Southampton, Royaume-Uni. "La nature exceptionnelle de cette rencontre a été vitale pour nous permettre d'établir exactement où et quand des améliorations doivent être apportées pour permettre un traitement plus efficace des patients asthmatiques et les aider à atteindre une qualité de vie idéale". À l'heure actuelle, environ 100 à 150 millions de personnes souffrent d'asthme dans le monde entier, et ce nombre augmente.(1) De plus, les cas de décès dus à l'asthme ont atteint le nombre de 180'000 par an.(1) Les charges économiques et sociales associées à l'asthme sont essentiellement dues à un mauvais contrôle de la maladie, et il y a de fortes chances que ce chiffre grossisse encore à l'avenir, car la prévalence et la gravité de l'asthme augmentent(2). Par conséquent, une amélioration du contrôle de la maladie réduirait les frais de façon substantielle. "Les patients dont l'asthme n'est pas contrôlé de façon optimale par leur médication actuelle doivent se rendre compte qu'ils ne sont pas obligés de sacrifier leur qualité de vie", a déclaré Erkka Valovirta, Coordinatrice du Comité médical de la European Federation of Allergy and Airways Diseases Patients Association (EFA). "Cette réunion a mis en évidence le fait que les patients et les médecins doivent travailler ensemble pour identifier de nouvelles façons de s'assurer que le traitement appliqué soit le meilleur possible". À propos du MétaForum La réunion du MétaForum s'est tenue au Royal College of Physicians(3) les 20 et 21 avril 2004, en préparation de la Journée mondiale de l'asthme. Des présentations faites par un panel d'experts ont donné un aperçu des questions actuelles touchant au traitement de l'asthme, englobant notamment la situation actuelle du traitement de l'asthme, les perspectives des médecins et des patients en ce qui concerne le traitement, et les rôles que peuvent jouer les médecins, les patients, les parents et d'autres acteurs dans l'amélioration du traitement de l'asthme et de la qualité de vie du patient. Les arguments présentés ont inclus pour la première fois les résultats d'une nouvelle analyse structurée de 24 enquêtes sur les patients asthmatiques, portant sur plus de 60'000 patients, qui confirment l'existence actuelle d'une insatisfaction générale parmi les adultes et les enfants dans une série d'aspects incluant le contrôle de l'asthme, l'observance, la qualité de vie, les attentes générales face au traitement et le vécu concret du traitement. À la suite des présentations, l'audience, comportant des représentants de 17 pays d'Europe, a été invitée à participer à une discussion active avec les conférenciers, pour commencer à formuler un consensus. Conclusions du MétaForum La discussion du panel d'experts et de l'audience a fait ressortir que: "Des preuves scientifiques ainsi que notre propre expérience avec les patients nous montrent que l'asthme continue à avoir un impact important sur la qualité de vie des personnes qui en souffrent, que ce soient des enfants ou des adultes. Malgré l'existence de directives pour la gestion de l'asthme, les asthmatiques continuent à ressentir le poids de leur asthme et leurs symptômes continuent à avoir un impact réel sur leur vie et leur qualité de vie. En tant que professionnels dans le domaine de l'asthme et représentants des patients, nous reconnaissons que les patients asthmatiques ne bénéficient toujours pas de la meilleure évolution possible". "En général, lorsque les parents et les patients s'entretiennent avec les professionnels de la santé, il ne leur font pas percevoir clairement le fardeau que l'asthme impose à leur vie. De surcroît, il y a des lacunes dans la compréhension, tant du côté du patient que de celui du médecin, en ce qui concerne le rôle et l'impact de la composante inflammatoire sous-jacente des voies aériennes(4). Ces limitations dans la compréhension et la communication ne motivent pas de bons traitements et contribuent souvent à une mauvaise discipline thérapeutique et à un contrôle inadéquat des symptômes. Cette attitude provoque à son tour un manque de satisfaction chez les patients et peut entraîner un défaut de participation des patients dans le déroulement du processus de gestion de la maladie. En outre, bien que des traitements efficaces existent et soient généralement utilisés, il est possible que nombre de cliniciens ne comprennent pas tous les aspects de la prise en charge de l'asthme. "Il est clair que le contrôle optimal de l'inflammation des voies aériennes est un facteur critique et que ce contrôle bénéficiera de l'application de plus d'une approche pharmacologique. La nature même de la réponse inflammatoire et nos connaissances scientifiques actuelles sur les changements structuraux qui se manifestent montrent qu'il est peu probable que l'application d'une seule approche thérapeutique permette d'obtenir un contrôle complet de l'inflammation. À lui seul, le traitement standard aux corticostéroïdes à inhaler (CSI) n'influence pas tous les médiateurs de l'inflammation dans les voies aériennes des patients asthmatiques. De plus, les fortes doses de corticostéroïdes à inhaler ne sont plus recommandées par les directives thérapeutiques, car le rapport bénéfice/risque diminue aux plus fortes doses. Le recherche a démontré que l'addition de médicaments - par exemple l'administration d'antagonistes des récepteurs de leucotriènes (LTRA) en plus des corticostéroïdes à inhaler (CSI) - favorise un contrôle plus complet de l'inflammation dans les voies aériennes.(5,6,7) "Les actions qu'il nous faut maintenant envisager sur le plan professionnel sont claires. Nous devons trouver des moyens d'améliorer la communication et la compréhension entre médecins et patients et, par voie de conséquence, de traiter l'asthme plus efficacement". Aboutir à un consensus: Dans la session finale du MétaForum, le Professor Holgate a cherché à aboutir avec le panel d'experts et l'assistance à un consensus sur les domaines d'action actuels et les prochaines étapes. Ceci sera formalisé dans le texte complet de consensus, qui sera signé par le groupe au cours de semaines à venir. La réunion du MétaForum s'est tenue sous les auspices de l'Université de Southampton et a été tendue possible par un subside éducatif sans restrictions de Merck Sharp & Dohme. Toutefois, les points de vue exprimés au cours du meeting et le consensus final sont indépendants du sponsor. L'Université de Southampton L'Université de Southampton est une institution majeure d'enseignement et de recherche au Royaume-Uni, réputée dans le monde entier pour son excellent niveau de recherche et d'éducation. Son budget annuel se situe aux environs de 250 millions de livres. Le Professor Holgate dirige une équipe multidisciplinaire d'environ 50 personnes au Southampton General Hospital, qui se concentre sur les mécanismes sous-jacents de l'asthme et des désordres apparentés. Son équipe utilise une série d'approches incluant la génétique, l'épidémiologie, la biologie cellulaire, la biochimie et les interactions cliniques avec de nouveaux traitements, afin d'étudier en détail de nouveaux mécanismes de l'inflammation et du remodelage impliqués dans ces désordres. (1) Bronchial Asthma, WHO Fact Sheet N° 206 Revised January 2000 (2) Barnes PJ, Jonsson B, Klim JB, The costs of asthma. Eur Respir J. 1996 (4):636. Review. (3) Avec l'aimable permission du Trésorier (4) Analyse structurée, sous presse (5) Haitchi HM & Holgate ST. New strategies in the treatment and prevention of allergic diseases. Expert Opin. Invest. Drugs 2004(2):13. (6) Price DB, Herrandez D, Magyar P et al. Randomised controlled trial of montelukast plus inhaled budesonide versus double dose inhaled budesonide in adult patients with asthma. Throax 2003(58): 211. (7) Bjemer L, Bisgaard H. Bousquet et al. Montelukast and fluticasone compared with salmeterol and fluticasone in protecting against asthma exacerbations in adults: One year, double blind, randomised, comparative trial. BMJ 2003(322): 891. ots Originaltext: University of Southampton Internet: www.newsaktuell.ch/f Contact: Sarah Watts Press and Public Relations University of Southampton Tél. +44/23/8059'3807 E-Mail: S.A.Watts@soton.ac.uk Rina Amin, Hill and Knowlton Tél. +44/20/7413'3080 E-Mail: ramin@hillandknowlton.com

Ces informations peuvent également vous intéresser: