Verband Schweizer Förster (VSF)

ASF: La forêt suisse amputée

Bientôt les bostryches nous feront payer la note. Faute d'argent, les foyers d'infestation resteront en place. Texte complémentaire par ots. L'utilisation de cette image est pour des buts redactionnels gratuite. Reproduction sous indication de source: "ops/ VSF".

Voir images: www.newsaktuell.ch/f/story.htx?nr=100474297

    Grenchen (ots) - L'Association suisse des forestiers tient à attirer l'attention de la population sur les conséquences du programme d'économies mis en oeuvre par la Confédération sur la forêt. Avec une réduction des subventions de la Confédération de 42 millions pour un budget de 150 millions, les fonds disponibles accusent ainsi une baisse de 28%. Cette décision aura des effets dévastateurs sur le secteur forestier.

    Suppression de postes de travail et perte de savoir-faire

    Ces réductions disproportionnées qui frappent la forêt auront également des conséquences fatales sur les emplois du secteur forestier. Des suppressions d'emplois auront lieu dans les zones périphériques, où des mesures doivent d'ores et déjà être prises pour lutter contre la pénurie d'emplois, ainsi que contre l'exode et le vieillissement de la population. L'OFEFP estime que le secteur forestier à lui seul perdra de 700 à 800 emplois. A cela s'ajoute un nombre incalculable de postes dans les secteurs annexes tels que les transports, la transformation du bois et le tourisme.

    Des forêts devenues inappropriées pour la détente

    La population recherche dans nos forêts un espace de détente, à la fois pour le corps et pour l'esprit. Bientôt, promeneurs, cavaliers, cyclistes, amateurs de courses d'orientation auront bien du mal à trouver dans la forêt un espace de loisir. La population a-t-elle consciente du fait que toutes les prestations assurées gratuitement dans les forêts sont appelées à disparaître ?

    Des forêts exploitées mais mal entretenues

    C'est parce que nos ancêtres assurent depuis des générations l'entretien de nos forêts, et l'accessibilité à celles-ci, que nos forêts sont telles que nous les apprécions aujourd'hui, et nous leur devons la bonne qualité de notre bois. Aujourd'hui, les moyens nécessaires à la garantie de ces valeurs nous sont retirés. La mise en oeuvre de ces mesures d'économie aboutirait à détruire ce capital précieux.

    Des forêts de protection de moins en moins fiables

    Que les forêts de Suisse assurent pour les ouvrages et infrastructures publics une protection dont la valeur représente quelque 15 milliards par an est un fait acquis. Des études ont démontré que l'efficacité de la forêt de protection ne cesse de baisser depuis plusieurs années.

    On est donc amené à se poser les questions suivantes:

    - peut-on accepter que les subventions à cet effet soient    
        supprimées à hauteur de 30 à 40%?
    - la population est-elle vraiment conscient du risque accru    
        d'avalanches, de chutes de pierres, de glissements de terrain et
        d'inondations?

    La directive sur la propreté de l'air désormais inapplicable

    La Suisse a signé avec d'autres pays le protocole de Kyoto sur la réduction des émissions de CO2. La mesure la plus efficace pour faire baisser ces émissions est l'augmentation de l'exploitation et de l'utilisation du bois. Bien que la population suisse aspire à un air plus pur et que la Confédération souhaite porter l'exploitation du bois de 5 millions de m3 à 8 millions de m3, c'est précisément sur ce point qu'elle réduit les investissements.

ots Originaltext: Association Suisse des Forestiers
Internet: www.newsaktuell.ch/f

Contact:
Hans-Peter Marti
Case postale 58
2540 Grenchen 2
Tél.      +41/32/652'10'50
Fax:      +41/32/652'10'50
E-Mail: secretariat@foresters.ch


Fichiers multimédias
3 fichiers

Plus de communiques: Verband Schweizer Förster (VSF)

Ces informations peuvent également vous intéresser: