Discours Suisse

Discours Suisse - Enseignement des langues étrangères à l'école - Tessin: Seconde langue au détriment d'un enseignement de qualité - Encadré

Voir graphic: www.newsaktuell.ch/f/story.htx?nr=100478167

    Lugano (ats/ots) L'idée prônée par la Conférence cantonale des directeurs de l'instruction publique (CDIP) d'introduire une seconde langue étrangère à l'école primaire n'enthousiasme pas les enseignants tessinois. L'un d'eux exprime son scepticisme.°

    Maître d'école à Tesserete au-dessus de Lugano depuis environ 27 ans, Giorgio, 52 ans, a enseigné à tous les degrés primaires. Ces cinq dernières années, il a suivi la même classe de la première à la cinquième.

    "L'enseignement d'une seconde langue étrangère dès l'école primaire irait, à mon avis, au détriment de la qualité de l'enseignement dispensé. Le Tessin qui a une position particulière dans ce domaine devrait maintenir le status quo."

    Le risque d'une baisse de la qualité

    Le "Maestro Giorgio" comme l'appellent familièrement ses élèves s'interroge aussi sur les conséquences de la décision de la CDIP si elle devait être appliquée au Tessin: "dès la 3ème déjà, le français est donné à raison de quatre fois 20 minutes par semaine. En cas d'une seconde langue étrangère, il faudrait trouver d'autres périodes, au risque d'une baisse de qualité de l'enseignement des autres matières."

    Le maître d'école tessinois constate aussi, depuis quelques années, "un certain ralentissement dans l'apprentissage du français. Il s'agit d'une langue latine familière à nos oreilles d'italophone, c'est vrai, mais l'écriture et la lecture ne sont pas aisées pour nos élèves".

    Peu de cohésion nationale

    Giorgio ne voit pas l'avenir linguistique de la Suisse sous de sombres auspices: "il n'y a jamais vraiment eu de cohésion nationale dans ce domaine" lance-t-il. Lors de son séjour en Australie, il y a quelques années, il avait dû parler anglais avec un Suisse allemand qui ne savait ni le français ni l'italien.

    Mais l'italien aura encore sa place en Suisse, estime l'enseignant de Tesserete. "Peut-être pas ou plus à l'école primaire mais certainement à d'autres degrés ou comme branche à option. Bien sûr l'anglais gagne du terrain: "cette langue pourrait rester le seul lien entre les Suisses des différentes régions."

ots Originaltext: Discours Suisse
Im Internet recherchierbar: www.presseportal.ch/f

Contact:
Discours Suisse
c/o FORUM HELVETICUM
Postfach
5600 Lenzburg 1
Tél.      +41/62/888'01'25
Fax        +41/62/888'01'01
E-Mail: info@forum-helveticum.ch



Plus de communiques: Discours Suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: