gasmobil ag

gasmobil ag: Les acheteurs de voitures neuves découvrent l'alternative économique et écologique des véhicules à gaz naturel

    Zurich (ots) - Etude de l'Institut LINK sur l'achat de voitures neuves et sur le gaz naturel comme carburant alternatif

    En juin et juillet de cette année, l'Institut de recherche marketing et sociale LINK à Zurich a interrogé 865 personnes sur les critères déterminant l'achat d'une voiture. À cet effet, aussi bien les personnes privées prévoyant d'acheter une voiture neuve dans les trois prochaines années, que les sociétés disposant de véhicules d'entreprise, ont été interviewées par téléphone. Les répondants intéressés remplissaient ensuite un questionnaire dont ils pouvaient choisir la forme écrite ou électronique, pour évaluer des offres concrètes de voitures neuves. Le commanditaire de l'étude était gazmobile sa, chargé pour l'économie gazière suisse de la promotion de véhicules fonctionnant au gaz naturel. Le thème central de l'étude était les besoins et souhaits autour de la voiture et l'acceptation de carburants alternatifs. Près de la moitié des répondants indiquent être bien ou très bien informés sur les véhicules à gaz naturel. Il s'avère que les véhicules à gaz naturel sont perçus comme une alternative économique et écologique par rapport aux voitures traditionnelles.

    Les faibles frais courants compensent le prix d'acquisition plus élevé des véhicules à gaz

    Les prix en augmentation de l'essence et du diesel incitent les acheteurs de voitures neuves à s'intéresser à des carburants alternatifs plus économiques. Déjà lors de l'acquisition d'une voiture, les acheteurs ont un oeil sur les frais courants. Ceci vaut dans une mesure plus grande encore pour les entreprises que pour les ménages privés. Une majorité est disposée à payer un prix d'acquisition plus élevé, si l'on peut économiser de façon durable sur les frais d'essence. La plus grande partie des répondants est consciente que le gaz naturel est plus avantageux que les carburants traditionnels, en dépit de ce que l'avantage de prix réel d'environ 40% n'est généralement pas connu. Les véhicules à gaz naturel sont à juste titre considérés comme plus chers à l'achat. La majorité des répondants sait néanmoins que le prix d'achat plus élevé est contrebalancé par une incitation financière, ainsi que des taxes fiscales et des primes d'assurances plus basses.

    Le gaz naturel et le biogaz offrent des avantages écologiques par rapport aux carburants traditionnels

    Lors du choix d'une voiture, l'aspect écologique constitue certes un critère de choix déterminant, mais auquel la majorité accorde moins d'importance qu'à l'aspect coût. Cependant, il existe un petit groupe d'acheteurs de voitures neuves disposé à payer davantage pour l'acquisition et les frais de carburant, afin de bénéficier de ces avantages écologiques. En rapport avec le bilan écologique, le gaz naturel se positionne nettement mieux que les carburants traditionnels: d'une part, le gaz naturel est perçu comme moins polluant ("moins de suie et d'oxyde d'azote"), et d'autre part comme plus favorable au climat ("moins de CO2"), et de ce fait globalement jugé plus respectueux de l'environnement. La pratique actuelle des stations service, consistant à mélanger 10% de biogaz au gaz naturel, est considérée comme particulièrement positive. Le biogaz est produit à partir de déchets indigènes bio, et de ce fait 100% neutre du point de vue du climat. Les répondants sont moins convaincus de l'option consistant à acquérir - moyennant supplément - des certificats CO2 en faisant le plein de gaz naturel, censés compenser à 100% le bilan CO2 du gaz naturel, par exemple en soutenant des projets pour la réduction globale de CO2. D'une façon générale, le biogaz est moins connu que le bioéthanol, lequel s'est récemment  trouvé au centre de polémiques, du fait que sa production implique l'occupation de surfaces utiles à l'agriculture.

    La faible densité des stations service et le rayon d'action limité constituent des freins pour l'achat d'un véhicule à gaz naturel

    Une objection largement répandue contre l'acquisition d'un véhicule à gaz naturel consiste dans la faible densité des stations service pour le gaz. Il s'avère que les automobilistes interrogés ne sont disposés que dans une mesure limitée à parcourir un trajet supplémentaire pour aller faire le plein. Une distance jusqu'à cinq kilomètres paraît acceptable. Un chemin plus long n'est en général pas accepté. Une autre barrière à l'achat est constituée par le rayon d'action (présumé) restreint des véhicules à gaz naturel, que la combinaison avec la faible densité de stations service fait paraître problématique. Le seuil se situe ici à quelque 400 km. Rares sont les acheteurs de voitures neuves disposés à accepter un rayon d'action plus limité. Les acheteurs de voitures neuves préfèrent nettement les modes de propulsion alternatifs bivalents, c'est-à-dire des voitures pouvant fonctionner aussi bien au gaz qu'avec les carburants à essence traditionnels. Il est largement méconnu qu'en Suisse, pour ainsi dire toutes les voitures à gaz sont bivalentes et - contrairement aux purs véhicules à gaz naturel - peuvent être commutées à n'importe quel moment sur le carburant essence.

    Les véhicules à gaz naturel constituent une option pour la deuxième petite voiture, précisément au moment où les prix du pétrole augmentent

    Pour beaucoup d'acheteurs privés de voitures neuves, susceptibles de prendre en compte l'achat d'un véhicule à gaz naturel, le fait qu'un tel véhicule ne soit pas disponible dans la marque préférée constitue une raison de renoncement. Au contraire, si la marque joue, la majorité est tout à fait disposée à accepter un choix de modèles restreint à l'intérieur de la marque. Presque chaque deuxième ménage planifiant l'achat d'une voiture neuve dispose de plus d'une voiture. Pour beaucoup de ces ménages, le véhicule à gaz naturel constitue une option attractive au titre de deuxième voiture, d'autant plus que la moitié des achats planifiés de voitures neuves vise une "petite" voiture. C'est précisément dans le secteur des minis jusqu'à la classe moyenne inférieure que se situe la plus grande diversité de modèles de véhicules à gaz. Sur la base de l'étude, il faut s'attendre à ce que la sensibilité au prix concernant les carburants se renforce jusqu'à devenir un critère de décision dominant lors de l'achat d'une voiture. L'Institut LINK pronostique, pour un prix du gaz sans changements, et pour un niveau de prix d'essence de CHF 2.50, une augmentation de 25% de part au marché au profit des véhicules à gaz naturel.

    Extraits de cette étude: http://www.vehiculeagaz.ch/429.html

ots Originaltext: gasmobil ag
Internet: www.presseportal.ch/fr

Contact:
Jörg Schneider
Chef de projets senior Analytics
LINK Institut
Tel.:    +41/44/497'49'30
E-Mail: schneider.joerg@link.ch

Serge Savary
Chef Marketing
gazmobile sa
Tel.:    +41/61/706'33'01
E-Mail: serge.savary@gasmobil-ag.ch



Plus de communiques: gasmobil ag

Ces informations peuvent également vous intéresser: