SEC Suisse

SEC Suisse: Le Conseil des Etats néglige la qualité de la formation professionnelle

    Zurich et Neuchâtel (ots) - La décision du Conseil des Etats d'abaisser l'âge de protection des jeunes à 18 ans est inacceptable. La SEC Suisse exige une protection efficace des apprentis. En ramenant l'âge de protection des jeunes à 18 ans, l'apprentissage de bureau va encore perdre de son attrait; cela constitue une réelle menace sur la formation. Aujourd'hui, les jeunes commencent leur apprentissage en moyenne peu avant 18 ans. La majorité des apprentis est donc exclue de cette protection. Si les députés acceptent ce projet, la SEC Suisse envisage de soutenir un referendum sur cette question.

    La SEC Suisse ne peut pas suivre le Conseil des Etats dans sa volonté de ne pas accorder une protection aux apprentis. Le Conseil des Etats semble sourd aux besoins des entreprises formatrices. Celles-ci se plaignent depuis un certain temps de la diminution des élèves ayant de bons résultats scolaires. Les entreprises pâtissent du fait qu'un grand nombre de bons élèves préfèrent s'orienter vers les écoles de commerce et le gymnase. Pourtant, au lieu de viser à améliorer les conditions cadre et l'attrait de l'apprentissage, le Conseil des Etats et le Conseil fédéral mettent en péril la formation professionnelle. L'apprentissage perd ainsi de son intérêt et un nombre toujours accru de bons élèves s'éloignera de la voie de l'apprentissage. Cela confortera en outre les entreprises à abandonner la formation d'apprentis.

    Les faits sont clairs: en prenant cette décision, le Conseil des Etats et le Conseil fédéral contribue à réduire encore le nombre de postes d'apprentissage!

    Les conséquences d'une dégradation de la protection des jeunes sont très concrètes: allongement des horaires de travail, davantage de travail de nuit, plus de travail dominical, diminution des temps de repos, heures supplémentaires. Un tel accroissement des charges constituerait une menace pour la qualité de la formation professionnelle. Les droits à la formation doivent rester prioritaires. Les meilleurs résultats en termes de qualité sont obtenus dans les entreprises qui investissent dans la formation professionnelle. Si l'âge limite de la protection était abaissé, une majorité des jeunes en formation ne serait plus protégée. Les expériences faites jusqu'ici démontrent clairement que les conditions de travail ont des répercussions sur la qualité et l'attrait de l'apprentissage professionnel.

    Le Conseil fédéral a promis une amélioration de la protection des jeunes dans le cadre de la révision de la loi sur le travail. Aujourd'hui, le Conseil fédéral propose en revanche une diminution significative de la protection à la suite des pressions exercées par les organisations patronales. Une limitation du champ d'application constituerait un grave affaiblissement de la protection des jeunes, ce qui est totalement inacceptable!

    Plutôt que de diminuer la protection des jeunes, la SEC Suisse demande que l'ordonnance sur la protection des jeunes, qui prévoit que celui-ci soit fixée à 20 ans, soit rapidement introduite!

ots Originaltext: SEC Suisse
Internet: www.presseportal.ch/fr

Contact:
Mario Antonelli
secrétaire à la jeunesse
Tél. +41/(0)44/283'45'45
Mobile +41/(0)79/690'99'69

Susanne Erdös
secrétaire centrale
Tél. +41/(0)44/283'45'76
Mobile +41/(0)79/635'18'50

Luc Python
secrétaire central pour la Suisse romande
Mobile +41/(0)76/355'45'89



Plus de communiques: SEC Suisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: