SEC Suisse

SEC Suisse: NON à l'abaissement de l'âge de protection des jeunes dans la loi sur le travail

Zurich (ots) - La Société suisse des employés de commerce s'oppose à l'abaissement à 18 ans de l'âge de protection des jeunes employé(e)s. Il exclurait de toute protection la majorité des personnes en formation. "Une telle mesure compromettrait la formation professionnelle ainsi que l'intégration sociale des jeunes" a déclaré Alexander Tschäppät, président de la SEC Suisse, lors d'une conférence de presse organisée conjointement vendredi à Berne avec les organisations de jeunesse et les syndicats. Les conséquences d'une dégradation de la protection des jeunes sont très concrètes: allongement des horaires de travail, davantage de travail de nuit, plus de travail le dimanche, diminution des temps de repos, heures supplémentaires. Un tel accroissement des charges constituerait une menace pour la qualité de la formation professionnelle. Les droits à la formation doivent se voir accorder la priorité. Les meilleurs résultats en termes de qualité sont obtenus dans les entreprises qui investissent dans la formation professionnelle. A l'heure actuelle, les jeunes qui commencent un apprentissage ont en moyenne dix-sept ans et demi. Si l'âge limite de la protection était abaissé, une majorité des jeunes en formation ne serait donc plus protégée. Les expériences montrent clairement que les conditions de travail ont des répercussions sur la qualité et l'attrait de l'apprentissage professionnel. Les expériences montrent clairement que les conditions de travail ont des répercussions sur la qualité et l'attrait d'un apprentissage professionnel. La protection des jeunes consiste à protéger leur santé physique et psychique ainsi que leurs besoins en matière de formation. Les jeunes sont confrontés à de plus grands risques en ce qui concerne les accidents professionnels, la toxicomanie, l'isolement social, etc. Une dégradation de la protection des jeunes est aussi en totale contradiction sur le plan de la santé et de l'aspect social avec les besoins effectifs de l'économie et des jeunes. C'est précisément aujourd'hui que tout doit être fait pour assurer un développement salubre dans la phase de transition qui précède l'entrée dans la vie d'adulte. La revendication exigeant un affaiblissement de la protection des jeunes est totalement contradictoire avec les problèmes existants dans le domaine de l'intégration des jeunes. L'application de la protection des jeunes en vigueur aujourd'hui est déjà totalement insuffisante. Dans certains cantons, le manque de place d'apprentissage a provoqué l'instauration accrue d'usages et de pratiques en matière d'autorisation qui ne sont guère compatibles avec la philosophie de la protection. Le Conseil fédéral a promis une amélioration de la protection des jeunes dans le cadre de la révision de la loi sur le travail. Aujourd'hui, M. Joseph Deiss propose en revanche une diminution significative de la protection à la suite des pressions exercées par les organisations patronales. Une limitation du champ d'application constitue l'affaiblissement le plus grave possible de la protection des jeunes et est donc totalement inacceptable! Au lieu d'une diminution de la protection des jeunes, la Société suisse des employés de commerce exige une entrée en vigueur rapide de l'ordonnance sur la protection des jeunes comportant le même âge limite qu'auparavant ainsi qu'une amélioration correspondante de son exécution. ots Originaltext: Société suisse des employés de commerce Internet: www.newsaktuell.ch/f Contact: Mario Antonelli responsable jeunesse Tél. +41/1/283'45'45 Mobile +41/79/690'99'69

Ces informations peuvent également vous intéresser: