Nuklearforum Schweiz

Séminaire d'information du Forum nucléaire suisse - Un regard sur l'avenir: Tchernobyl et l'énergie nucléaire

    Berne (ots) - Le 26 avril 1986 se produisait à la centrale nucléaire soviétique de Tchernobyl l'accident majeur que l'on connaît. Malgré cette cassure, l'énergie nucléaire a actuellement le vent en poupe au niveau international, ce qui s'explique en premier lieu par le développement circonspect de cette technologie économique et respectueuse de l'environnement. Dans le cadre d'un séminaire d'information organisé par le Forum nu-cléaire suisse ce jeudi à Olten, des spécialistes suisses et étrangers ont présenté les faits sur les conséquences de Tchernobyl et sur les perspectives de l'énergie nucléaire 20 ans après l'accident.

    Les conséquences de l'accident de Tchernobyl ont fait pendant longtemps l'objet de spécula-tions et sont toujours sensibles dans la région. Même vingt ans après, cet accident exerce un effet durable sur la perception de l'énergie nucléaire par le public. A l'opposé, les déficits prévi-sibles d'électricité, la menace qui pèse sur la sécurité d'approvisionnement et la problématique du climat dans de nombreux pays sont à l'origine d'une nouvelle prise de conscience des avan-tages de l'énergie nucléaire. "En Suisse, nous avons appris à connaître l'énergie nucléaire en tant que source d'énergie fiable et nous savons comment il faut nous en servir", a déclaré Elvira Bader, conseillère nationale PDC de Soleure. A ses yeux, l'accident de Tchernobyl n'a jamais constitué un argument parlant en faveur d'un abandon du nucléaire, mais a fourni au contraire l'occasion d'améliorer encore le niveau des performances techniques des centrales nucléaires suisses, déjà très bonnes à l'époque. "Si nous continuons sur cette voie, ceci appor-tera à notre pays davantage de sécurité que les alternatives", a conclu la conseillère nationale à propos de la forme que devrait prendre le futur approvisionnement en électricité de la Suisse.

    Souci constant de la culture de sûreté

    "Beaucoup de choses ont changé au cours de ces vingt dernières années, depuis le système politique de l'ex-bloc de l'Est jusqu'à la renaissance internationale de l'énergie nucléaire à la-quelle l'on assiste actuellement": c'est en ces termes que Manfred Thumann, membre de la direction du groupe énergétique Axpo, a résumé les conséquences de Tchernobyl du point de vue d'un exploitant suisse de centrales nucléaires. Aucun accident, ne serait-ce qu'approchant, ne s'est produit dans une centrale nucléaire depuis 1986, au cours de plusieurs milliers d'années d'exploitation. Ceci n'est pas le fruit du hasard car des années avant Tchernobyl, la sûreté des centrales nucléaires avait déjà été fondamentalement examinée et améliorée en permanence. "L'exemple de la centrale nucléaire de Beznau montre comment des installations dites "anciennes" ont également fait l'objet d'une remise à niveau telle qu'elles répondent maintenant aux normes les plus récentes en matière de sûreté", a souligné M. Thumann. Et depuis Tchernobyl, les exploitants des centrales nucléaires veillent à intensifier l'échange d'information au niveau mondial dans le but d'appliquer dans chaque cas comme critère la meil-leure gestion d'exploitation possible.

    Les conséquences sanitaires et sociales

    Serge Prêtre, ancien directeur de la Division principale de la sécurité des installations nucléai-res (DSN), a rappelé que l'accident de Tchernobyl avait résulté d'un manque de culture de la sûreté et d'un réacteur construit de manière insuffisamment sûre. Selon les prévisions d'un rap-port publié récemment par l'ONU, la Biélorussie, la Russie et l'Ukraine dans le cadre du "Forum Tchernobyl", 4000 personnes pourraient décéder du fait des rejets radioactifs provoqués par l'accident. Une augmentation des malformations à la naissance n'a pas pu être constatée. En plus de l'impact sanitaire qu'elle a subi, la population a aussi été touchée par les conséquences des mesures prises par les autorités soviétiques de l'époque. "Les conséquences sociales des déplacements de population se sont révélées catastrophiques", a constaté Serge Prêtre.

    Soutien des pays d'Europe de l'Est et de l'ex-Union soviétique Depuis les années 90, les pays d'Europe de l'Est et de l'ancienne Union soviétique reçoivent une assistance dans le domaine nucléaire de la part de la Banque européenne pour la recons-truction et le développement (BERD). Selon Balthasar Lindauer, directeur adjoint du départe-ment Sûreté nucléaire de la BERD, la banque fournit une aide financière pour la mise en oeuvre d'améliorations de la sûreté des centrales nucléaires soviétiques du type de Tchernobyl encore en service et des anciens réacteurs de la première génération. La BERD gère par ailleurs trois fonds qui fournissent une assistance à la Lituanie, à la Bulgarie et à la Slovaquie pour mettre à l'arrêt définitif ces types de centrales nucléaires et pour mener à bien des projets de suivi dans le secteur énergétique. A Tchernobyl même, suite à l'arrêt en 2000 de la dernière des trois tranches nucléaires restantes, la BERD assure le financement des installations nécessaires pour le processus de mise à l'arrêt définitif. La banque gère enfin un fonds destin é à stabiliser le sarcophage actuel de la tranche 4 accidentée et à le compléter par une deuxième enveloppe de confinement d'ici 2010.

    Note aux rédactions

    Liens Internet sur Tchernobyl          Sources originales à l'attention des journalistes

    En 2003, à l'initiative de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a été fon-dé le "Forum Tchernobyl". Ce forum a pour mission de combler les lacunes qui subsis-tent dans les connaissances et d'acquérir des éléments fiables et scientifiquement fondés concernant les conséquences réelles de l'accident sur la santé, l'environnement et la société. Les résultats de ce travail exceptionnel de documentation ont été publiés récemment par le Forum Tchernobyl dans un deuxième rapport actualisé.

    Le Forum Tchernobyl regroupe huit organisations spécialisées de l'ONU et les trois pays les plus fortement touchés par l'accident:

- l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA)

- l'Organisation mondiale de la santé (OMS)

- l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et   l'agriculture (FAO)

- le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD)

- le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE)

- le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU   (OCHA)

- le Comité Scientifique des Nations Unies pour l'étude des effets   des rayonnements ionisants (UNSCEAR)

- la Banque mondiale

- le gouvernement de la Biélorussie

- le gouvernement de la Fédération de Russie

- le gouvernement d'Ukraine

    Dans un résumé d'une soixantaine de pages intitulé "L'héritage de Tchernobyl: impacts sa-nitaires, environnementaux et socioéconomiques" ("Chernobyl's Legacy: Health, Envi-ronmental and Socio-economic Impacts"), le Forum Tchernobyl a publié les résultats des connaissances les plus récentes sur le sujet. Les rapports de base regroupent les travaux d'une centaine de scientifiques de spécialisations très différentes (sciences naturelles et de l'environnement, médecine, sciences économiques et politiques). Le rapport est paru au nom des institutions et gouvernements mentionnés ci-dessus.

    Liens Internet relatifs au rapport de l'ONU sur les conséquences de l'accident de Tcher-nobyl:

    Site Internet de l'AIEA avec de nombreux liens sur les sources originales: http://www.iaea.org/NewsCenter/Focus/Chernobyl/index.shtml

    Communiqué de presse de l'AIEA en allemand: http://www.iaea.org/NewsCenter/Focus/Chernobyl/pdfs/pr_ger.pdf

    Communiqué de presse de l'AIEA en français: http://www.iaea.org/NewsCenter/Focus/Chernobyl/pdfs/pr_fr.pdf

    Rapport récapitulatif du Forum Tchernobyl: "Chernobyl's Legacy: Health, Environmental and Socio-economic Impacts", en anglais, 57 pages: http://www.iaea.org/Publications/Booklets/Chernobyl/chernobyl.pdf

ots Orginaltext: Forum nucléaire suisse Internet: www.presseportal.ch

Contact: Roland Bilang, secrétaire général du Forum nucléaire suisse Tél.: +41/31/560'36'50 E-mail: info@nuklearforum.ch

L'ensemble des textes et des transparents utilisés par les conférenciers se trouve sur Internet à l'adresse www.forumnucleaire.ch.



Plus de communiques: Nuklearforum Schweiz

Ces informations peuvent également vous intéresser: