scienceindustries

Assemblée générale 2004 de SGCI Chemie Pharma Schweiz - Pour une nouvelle politique de la formation: plus de concurrence et moins de fédéralisme

    Zurich (ots) - L'AG 2004 de SGCI Chemie Pharma Schweiz a centré sa partie non statutaire sur la politique suisse de la recherche et de la formation et sur ses implications pour la croissance en Suisse. Les intervenants remettent en question la structure fédéraliste actuelle des hautes écoles qu'ils considèrent une entrave à l'innovation.

    L'Assemblée générale a élu au comité (Conseil) de la SSIC les nouvelles personnalités que voici : Christoph Biedermann (Ciba SC), Stefan Borgas (Lonza), Magdalena Martullo-Blocher (Ems-Chemie), Michael Plüss (Novartis), Bruno Rosset (Serono), Feike Sijbesma (DSM NP) et Willi Zimmerli (Omya).

    L'AG 2004 s'est déroulée le 18 juin 2004 à Bâle dans les locaux de F. Hoffmann-La Roche SA. Dans son allocution de bienvenue, M. Rudolf Wehrli, président de SGCI Chemie Pharma Schweiz, s'est élevé contre le fédéralisme qui, historiquement, s'est développé en Suisse en matière de formation et qui risque de laisser notre pays à la traîne sur le plan scientifique. A l'avenir, la Suisse ne pourra conserver sa position de pointe dans la communauté scientifique mondiale que si elle sait surmonter ce fédéralisme dans le domaine des hautes écoles. Toutes ces écoles ont avant tout besoin d'un système de financement axé sur l'efficacité. Il faut ensuite, pour assurer la continuité des succès de la recherche fondamentale dans les sciences naturelles, fixer des priorités porteuses d'avenir. De manière cohérente, l'ensemble du système de la formation doit viser des prestations de très haut niveau dans tous les domaines.

    La politique concurrentielle d'aujourd'hui reste marquée par le modèle de la société industrielle d'autrefois. Son objectif premier demeure la compétitivité des prix pour des produits interchangeables. Or, face à la concurrence de l'innovation, la politique de l'Etat ne devrait plus se limiter à cela, comme l'a souligné l'orateur invité, le prof. Christian von Weizsäcker, ancien responsable des autorités allemandes de la concurrence. Les instruments actuels de la politique concurrentielle sont incapables de saisir correctement la concurrence de l'innovation et doivent donc être remplacés de toute urgence. Bref, la politique concurrentielle est à "réinventer".

    L'exposé du président peut être consulté (en allemand) sous www.sgci.ch.

ots Originaltext:
Internet: www.newsaktuell.ch/f

Contact:
SGCI Chemie Pharma Schweiz
Société Suisse des Industries Chimiques
Internet: http://www.sgci.ch
E-Mail: beat.moser@sgci.ch
Tél. +411/368'17'11



Plus de communiques: scienceindustries

Ces informations peuvent également vous intéresser: