Forum Mobil

Moniteur de la téléphonie mobile en Suisse, édition 2008 - La téléphonie mobile est considérée pour son utilité avant tout

    Berne (ots) - En 2008 aussi, l'immense majorité des citoyens helvétiques fait prévaloir l'utilité de la téléphonie mobile devant les risques éventuels. C'est ce que révèle le"Moniteur 2008 de la téléphonie mobile", une étude mandatée par le Forum de la communication mobile et réalisée en février dernier par l'Institut de recherches gfs.berne en collaboration avec l'OFEV, l'OFSP et l'OFCOM.

      Les résultats montrent que le téléphone portable a retrouvé un
niveau d'acceptation qui n'avait plus été observé depuis la
médiatisation des débats sur les risques sanitaires dans les années
2004 à 2006. Ce sondage représentatif réalisé auprès de 1206 Suisses
âgés de 16 ans et plus fait ressortir une attitude moins passionnée
que les précédentes années dans la population. Le nombre des
pragmatiques qui, en dépit des critiques formulées, considèrent cette
technologie comme utile et, de ce fait, indispensable, représente
désormais la majorité des habitants.

    Les citoyens suisses plus sensibles aux avantages du téléphone portable

    Pour 80% des citoyens helvétiques de 16 ans et plus, les bénéfices de la téléphonie mobile l'emportent sur les dangers potentiels. Une part de 15% seulement déclare se sentir davantage concernée par les risques. Cette prédominance de l'utilité regagne un niveau que l'on n'avait plus constaté depuis 2003, avant la forte médiatisation des débats sur les risques sanitaires. Compte tenu de cette tendance plus accentuée que par le passé, les suisses sont plus nombreux à penser que la téléphonie mobile est devenue indispensable. Selon l'étude, cette nécessité l'emporte nettement en 2008 sur les craintes pour la santé, ce qui était encore l'inverse en 2006. Quoi qu'il en soit, le problème d'un risque sanitaire potentiel demeure le premier aspect critique de cette technologie.

    Volatilité croissante de la perception des citoyens suisses

    Cependant, la perception des bénéfices est moins marquée qu'elle ne l'était avant la médiatisation des débats sur les dangers éventuels. Par conséquent, des analyses critiques dans la presse peuvent très rapidement induire un revirement dans l'opinion. La vision aujourd'hui positive de la téléphonie mobile s'explique aussi par le fait que cette question n'est pas à la "une" des journaux en ce moment.

    Même si les avantages du téléphone portable prévalent dans le pays, la majorité des citoyens suisses de 16 ans et plus se montrent plus critiques vis-à-vis de la joignabilité permanente de leurs utilisateurs, qui est parfois ressentie comme dérangeante. Plus de 80% des personnes interrogées déclarent être agacées par les conversations à voix forte et par les sonneries intempestives dans les lieux publics.

    Utilisation du portable

    En ce qui concerne l'utilisation du portable, on observe une stagnation d'un côté et une évolution de l'autre. Le téléphone mobile sert toujours principalement à émettre et recevoir des appels et des SMS. Ce qui évolue, c'est son mode d'utilisation. Les consommateurs ont plus largement recours aux diverses applications techniques du mobile et l'utilisent aussi plus longtemps pour les appels téléphoniques et les SMS. Une stagnation dans la diffusion du portable peut être constatée. En effet, le nombre des possesseurs de téléphone mobile n'a pratiquement pas changé depuis la dernière enquête. Il représente toujours 87% des habitants de 16 ans et plus. L'étude ne révèle rien de plus dans le contexte du renoncement au téléphone mobile. Les "sans portable" mettent toujours en avant, dans leur grande majorité, l'absence d'utilité d'un tel appareil dans leur situation particulière, tandis qu'une minorité invoque un manque de compréhension de la technologie. Quant aux craintes pour la santé, elles ne sont pour ainsi dire jamais mentionnées pour justifier ce choix.

    Les enfants et le téléphone portable

    L'utilisation du téléphone portable par les enfants est toujours considérée par une majorité comme peu judicieuse et problématique. Tout comme en 2006, les personnes interrogées redoutent l'apparition de phénomènes de dépendance, d'endettement, de pornographie et de violence, ainsi qu'un appauvrissement de l'expression verbale. Les risques sanitaires sont, certes, mentionnés, sans être toutefois au coeur des préoccupations. La possibilité de joindre son enfant à tout moment, indépendamment du lieu où il se trouve, est toujours le principal argument avancé par les parents pour motiver leur choix. De toute évidence, ce sont les avantages qui priment, ici aussi, plutôt que les risques.

    Base de données

    Les résultats de l'étude "moniteur de la téléphonie mobile" reposent sur une enquête représentative, réalisée par l'Institut de recherches gfs.berne auprès de 1206 habitants âgés de 16 ans ou plus, originaires de toute la Suisse. Le sondage a été effectué entre le 28 janvier et le 24 février 2008. Les comparaisons avec 2003/2004 reposent sur un échantillon de 1000 personnes ayant le droit de vote, et ne sont donc pas tout à fait identiques. L'enquête de 2006 s'appuie sur la même population et le même nombre de cas que celle de 2008. Compte tenu de la taille de l'échantillon, l'erreur statistique est de l'ordre de +/- 2,9%.

ots Originaltext: Forum Mobil
Internet: www.presseportal.ch/fr

Contact:
Urs Bieri
Institut de recherches gfs.berne
Tél.: +41/31/311'62'07

Peter Hidber
Forum Mobil
Tél.: +41/31/312'09'18



Plus de communiques: Forum Mobil

Ces informations peuvent également vous intéresser: