Deutsche Bundesstiftung Umwelt

Le président allemand Horst Köhler affirme : "La priorité à l'emploi s'allie parfaitement à la protection de l'environnement."

    LÜBECK, Allemagne (ots) - La Fondation allemande pour l'environnement attribue son prix pour la protection de l'environnement pour la 13ème fois.

  Le prix pour l'environnement, d'un montant de 500'000 EUR qui en fait le prix le mieux doté d'Europe, a été attribué pour la 13ème fois. Le président allemand, Horst Köhler, a remis aujourd'hui le prix allemand pour l'environnement de la Fondation allemande pour l'environnement (DBU, à Osnabrück) au professeur Berndt Heydemann (âgé de 75 ans, de Nieklitz, Mecklenburg, en Poméranie ultérieure), économiste, écologiste et spécialiste de l'environnement, et au professeur Joachim Luther (64), physicien, chercheur et directeur de l'institut Fraunhofer pour les systèmes d'énergie solaire ISE à Fribourg. "La protection de l'environnement est et reste un thème gigantesque. Je suis tout à fait convaincu que la clé de l'avenir de notre pays passe par le développement durable", affirme le président allemand. Par ce prix, la DBU récompense les travaux scientifiques du professeur Heydemann, en matière de protection de la nature, et en tant que pionnier de la bionique. C'est grâce à l'engagement du professeur Luther que l'Allemagne fait partie aujourd'hui des premiers pays dans le monde en matière d'utilisation de l'énergie solaire. Le prix d'honneur a été attribué au professeur Heinz Sielmann (88 ans, de Duderstadt), qui est aussi cameraman, metteur en scène, producteur, auteur et réalisateur de films animaliers.

    Devant environ 1'500 invités à Lübeck, le président Kohler a affirmé, que, selon lui, la question de l'écologie s'est réduite après quarante ans de débats au niveau mondial, passant de problème humanitaire à celui de thème intéressant. Depuis quelque temps, la politique de l'environnement subit un ralentissement. Pourtant, affirme-t-il, les vrais défis de la politique de l'environnement sont encore à venir. Selon l'institut Worldwatch, les changements dans l'environnement, tels que l'évolution climatique, font partie des risques les plus importants en matière de sécurité dans le monde. Il y a recrudescence de situations climatiques extrêmes. Des milliers de personnes dans le monde en sont les victimes. Le président allemand a déclare que : "L'évolution climatique ne fait pas partie d'un avenir lointain, c'est déjà une réalité." Les pays industriels doivent "donc enfin tout entreprendre" pour remplir leurs obligations selon les accords de Kyoto. Ce n'est pas seulement un devoir dicté par la logique écologique mais par la raison économique. Alors que certains pays en voie de développement dépensent 80 % de leurs devises en importations d'énergie, "en fin de compte, il leur manque tout simplement les moyens nécessaires à la lutte contre la pauvreté, qui est une nécessité pressante."

    Il faut donc trouver le moyen de réduire la consommation de pétrole, d'utiliser les énergies de façon plus efficace et d'augmenter les sources d'énergie renouvelables. En plus de la dimension écologique, il y a une dimension économique. Pour la première fois en dix ans, l'Allemagne est repassée en tête en matière d'exportations mondiales de biens destinés à la protection de l'environnement. Près de 1,5 millions de personnes travaillent dans le domaine de la protection de l'environnement, ce qui représente un demi-million de plus qu'en 1994. Ce secteur compte plus d'emplois aujourd'hui que l'industrie automobile. Le président Köhler affirme: "La priorité à l'emploi s'allie parfaitement à la protection de l'environnement". Il en résulte un besoin d'efforts et d'innovations infatigables. Les fabricants allemands d'installations éoliennes, de doubles vitrages, de techniques solaires et de turbines à gaz font partie des meilleurs au monde. Les entreprises qui ont réussi ont recherché la concurrence et ont voulu être les meilleures au niveau mondial, y compris dans le domaine des technologies de protection de l'environnement. Le président Köhler ajoute: "Je suis convaincu que l'environnement, l'économie et l'emploi font partie d'un tout. La protection de l'environnement aide à réduire les coûts, elle procure de l'emploi, elle garantit la survie sur la planète. En un mot: la protection de l'environnement n'est pas une mode, c'est un thème du monde moderne."

    Le Dr Margot Scheithauer, membre du jury du prix allemand pour l'environnement, a souligné dans son allocution filmée que le professeur Heydemann est un économiste exceptionnel, qui a consacré toute sa vie à la protection de la nature et de l'environnement mais aussi à la bionique et à la technologie écologique. En dehors de ses qualités exceptionnelles en tant qu'économiste, il sait également convaincre et inspirer. Selon le Dr Scheithauer, "Il est animé d'une ardeur qui se nourrit de sa passion et de son amour pour la nature." Il ne fait pas de doute que le parc pour l'avenir de Nieklitz fait partie de ses plus belles réalisations. Il a reçu le prix de l'environnement pour son travail infatigable tout au long de sa vie pour la protection de l'environnement, pour la bionique, pour la technologie écologique et pour la connaissance de l'écologie. Le Dr Scheithauer a ajouté : "Il faut dire pour terminer, à propos des travaux qu'il a réalisés à ce jour, car le professeur Heydemann est âgé de 75 ans, ce que Goethe disait déjà : "L'augmentation du savoir engendre l'accroissement du désordre." Et il est donc logique que le professeur Heydemann réfléchisse déjà à la prochaine étape dans la construction de son Centre pour l'Avenir."

    En ce qui concerne le professeur Joachim Luther, elle a déclaré que l'énergie solaire pourra contribuer à résoudre le problème énergétique pour l'avenir. On sait déjà parfaitement que les énergies d'origine fossile ne seront disponibles que de façon limitée à l'avenir. Il est donc indispensable de transformer les systèmes énergétiques. Mais il faut s'y mettre. Un homme, le professeur Luther, se consacre déjà vigoureusement depuis 25 ans à trouver la solution de ce problème. "C'est grâce à ces efforts que l'Allemagne a une place éminente dans le domaine de l'utilisation de l'énergie solaire." Il possède non seulement des compétences spécialisées pointues mais aussi l'aptitude remarquable de convertir ses travaux de recherche en solutions riches en utilisations, comme en témoignent de façon éloquente les 15 à 16 brevets qui lui sont octroyés tous les ans. Le professeur Luther s'est vu remettre le prix pour l'environnement pour ses recherches de pointe dans le domaine des systèmes solaires, mais surtout pour leur passage sur le marché en collaboration avec le secteur industriel. Sa réputation est excellente et il travaille avec de nombreuses commissions nationales et internationales. Conseiller auprès du gouvernement fédéral, il a su faire usage de son influence en matière d'énergie solaire. Le professeur Scheithauer a ajouté : "Ceci sert d'appui pour la production d'énergie pour l'avenir."

    Le professeur Luther a souligné que son intérêt pour l'énergie solaire était le résultat du mouvement contre l'énergie nucléaire dans les universités. "Lycéens, nous nous étions naturellement demandé: que faire? Car il n'est pas possible d'être seulement opposé à quelque chose." Il a ainsi débuté dans la physique, pour pouvoir réfléchir de façon systématique aux questions de production énergétique et d'énergie solaire. Plus l'appétit pour l'énergie et le pétrole augmentait partout, plus les conflits qui y sont liés et que l'on observe aujourd'hui augmentaient également. L'énergie solaire, c'est quelque chose que nous avons tous. Si ces technologies se développent, "la sécurité dans le monde devrait augmenter aussi." Il envisage que "d'ici à l'an 2050, les pays à fort développement technologique comme l'Allemagne produiront plus de 50 % de leurs besoins énergétiques totaux à partir des énergies renouvelables." Il est fermement convaincu que l'énergie solaire jouera le rôle décisif, car elle peut s'installer sur les bâtiments, ce qui se fait déjà.

    Le professeur Heydemann a souligné qu'il se réjouissait d'avoir pu contribuer à la diffusion des connaissances. Les objets qui sont exposés au Centre pour l'Avenir de Nieklitz, sont tous transformables et améliorent des procédés ou des produits techniques. C'est dans le sens des choses qui sont trop peu nombreuses ou trop coûteuses que les spécialistes de la bionique doivent s'orienter. Il s'agit de déterminer si ce que l'on peut apprendre de la nature, transformé en innovations techniques, peut être moins cher que ce que l'on fabriquait jusqu'alors par des procédés classiques.

    Wolf von Lojewski et Johannes B.Kerner, journalistes de la télévision et Matthias Platzeck, président de la région brandebourgeoise, ont loué le professeur Heinz Sielmann, qui a reçu le prix d'honneur, pour son engagement. Ils ont décrit la passion et le respect du professeur Sielmann pour la nature, qui se traduisent par la reconnaissance du fait que l'homme n'est pas la seule ou la plus importante créature de la planète. M. Platzeck a tout particulièrement remercié le professeur Sielmann pour ses réalisations pour la région brandebourgeoise. C'est grâce à son engagement qu'il a été possible de préserver et de continuer à développer des sites naturels dont la richesse est unique en son genre, comme des sites de mines de charbon ou des champs de manoeuvres militaires dans les Landes de Döberitz.

    Le ministre fédéral pour l'environnement, Jürgen Trittin, a affirmé que les associations pour l'environnement ne doivent pas être saluées uniquement lors des grandes occasions. Elles doivent se voir reconnaître au quotidien, comme le fait déjà en partie la nouvelle loi fédérale sur la protection de la nature. Les encouragements aux organismes pour la protection de la nature et de l'environnement ne doivent pas se voir réduire à zéro. La protection de la nature ne consiste pas uniquement à l'emprisonner dans des réserves, et à la rendre aussi peu accessible à l'homme que possible. Mais M. Trittin a parlé également d'une utilisation responsable et élargie des énergies renouvelables, grâce aux progrès desquelles 70 millions de tonnes de gaz à effet de serre ont été éliminés sur ces dernières années. Les défis écologiques et économiques vont ensemble. Il est donc important de réussir, au cours des 15 prochaines années, à produire un quart des besoins en électricité, en chauffage, en chimie et en carburant à partir de sources renouvelables, pour ralentir les changements climatiques et pour conserver à l'Allemagne sa capacité concurrentielle dans le domaine industriel.

    Aujourd'hui déjà, on produit plus d'énergie à partir des sources renouvelables qu'à partir des sources classiques. L'énergie atomique représente aujourd'hui 5,7 % des besoins énergétiques et cette tendance est en chute, alors que les énergies renouvelables sont en augmentation avec 6,4 %. Le ministère de l'environnement s'est montré confiant, disant que : "Dans l'ensemble des partis, il n'y a plus de majorité qui soit contre un rôle écologique pour l'Allemagne." La politique de l'environnement fait partie de la politique industrielle moderne. Elle permet d'assurer la capacité concurrentielle et l'avenir et aide les technologies modernes à s'affirmer.

    On trouvera des photos à publier gratuitement au site www.dbu.de

ots Originaltext: Deutsche Bundesstiftung Umwelt (BDU)
Internet: www.presseportal.ch/fr

Contact:
Franz-Georg Elpers
Porte-parole auprès de la presse
Katja Cherouny
An der Bornau 2
49090 Osnabrück
Tél.      +49-(0)541-9633521
Fax        +49-(0)541-9633198
E-Mail: presse@dbu.de www.dbu.de



Ces informations peuvent également vous intéresser: