pharmaSuisse - Schweizerischer Apotheker Verband / Société suisse des Pharmaciens

pharmaSuisse: Plus de sécurité pour les patients grâce à la lutte contre le commerce illégal et les contrefaçons de médicaments

    Berne (ots) - Renforcement des contrôles par Swissmedic et en douane ainsi qu'intensification des conseils et de l'information dans les pharmacies

    En Suisse, l'approvisionnement en médicaments dans les pharmacies est sûr. Pourtant, le commerce illégal de médicaments sur Internet et le trafic de contrefaçons de médicaments ne cessent de prendre de l'ampleur dans notre pays. Ainsi, fin août 2008, l'Administration fédérale des douanes (AFD) avait déjà signalé à Swissmedic, Institut suisse des produits thérapeutiques, quelque 450 envois suspectés de contenir des médicaments contrefaits ou illégaux. A titre de comparaison, en 2007, ce sont au total 366 envois frauduleux qui ont été découverts lors de contrôles par échantillonnage.

    “Malheureusement, ces chiffres ne représentent que la partie émergée de l'iceberg”, s'inquiète Karoline Mathys, cheffe du secteur Surveillance du marché de Swissmedic. Et d'ajouter: “Nous estimons en effet à au moins 50 000 le nombre d'envois illégaux de médicaments qui entrent chaque année en Suisse par la Poste”. Ce point de vue est partagé par l'Administration fédérale des douanes: “Si nous disposions de plus de personnel, nous pourrions effectuer davantage de contrôles et certainement intercepter un plus grand nombre d'envois suspects”, assure Daniel Wagner, de l'AFD. La très grande majorité des achats de médicaments sur Internet sont faits par des personnes qui ignorent totalement les risques pour la santé. Afin de sensibiliser la population et d'endiguer le flux de marchandises illégales ou contrefaites, Swissmedic, pharmaSuisse (Société Suisse des Pharmaciens) et Interpharma (Association des Sociétés Pharmaceutiques Suisses pratiquant la recherche) ont décidé d'unir leurs forces dans un projet commun de prévention et d'information.

    Environ un tiers des envois signalés comme suspects par les autorités douanières proviennent d'Inde ou de Thaïlande. C'est pourquoi Swissmedic et l'Administration fédérale des douanes ont mené ensemble, à la mi-juin, une action coup de poing de deux jours au bureau de douane de Zurich-Mülligen, pendant laquelle tous les envois de marchandises en provenance d'Inde ou de Thaïlande ont été contrôlés par des douaniers et des experts de Swissmedic. Les agents des douanes ouvraient les colis dans lesquels la présence de médicaments était suspectée. Ce sont ainsi 311 envois (sur 673 envois) qui ont été ouverts, et 145 d'entre eux contenaient bien des médicaments. Arrivent toujours en tête des produits illégaux ou contrefaits importés les stimulants de la fonction érectile, suivis par les anabolisants, les produits pour maigrir et ceux destinés à la dépigmentation de la peau, ces derniers étant utilisés par les personnes ayant une carnation foncée.

    Pour évaluer avec précision les risques pour la santé liés aux achats illégaux de médicaments, le laboratoire de Swissmedic (Official Medicines Control Laboratory, OMCL) a analysé cette année 25 stimulants de la fonction érectile différents. Résultat : une préparation contenait dans les 5 lots analysés du thiosildénafil, un principe actif dont on ignore totalement l'effet pharmacologique et toxicologique, et qui est donc particulièrement dangereux. Philippe Girard, chef de la division Laboratoires (OMCL), met en garde: “La structure chimique de cette nouvelle molécule est très proche de celle d'autres stimulants de la fonction érectile, ce qui laisse effectivement supposer une action stimulante sur l'érection, mais on en ignore l'effet précis, les effets indésirables et les possibles interactions avec d'autres médicaments. En d'autres termes, prendre ces produits, c'est jouer à la roulette russe avec sa santé.” La plupart des préparations analysées avaient pour principe actif le sildénafil, d'autres le tadalafil et une le vardénafil. Tous ces principes actifs sont autorisés en Suisse à différents dosages. Par ailleurs, dans trois cas, l'analyse de laboratoire a mis en évidence une association de plusieurs principes actifs, contrairement à ce qui était inscrit sur l'emballage. Enfin, parmi les préparations contenant du sildénafil, un lot était légèrement surdosé et un autre l'était massivement, ce qui peut entraîner de graves problèmes de santé.

    Les personnes concernées n'ont en règle générale pas conscience des risques qu'elles prennent en achetant des médicaments sur Internet. D'importants moyens sont mis en oeuvre dans les pharmacies et dans les canaux légaux de distribution et de fabrication en Suisse pour assurer l'approvisionnement du marché suisse en médicaments sûrs. C'est dans ce cadre que s'inscrit le projet Stop Piracy, qui permettra de donner informations et conseils dans 520 pharmacies en Suisse, du 20 au 25 octobre 2008.

ots Originaltext: pharmaSuisse
Internet: www.presseportal.ch/fr

Contact:
Swissmedic
Joachim Gross Leiter Medienstelle
Tél.:    +41/31/322'02'76
Mobile: +41/79/828'50'67
E-Mail: joachim.gross@swissmedic.ch

pharmaSuisse Schweizerischer Apothekerverband,
Marcel Wyler
Leiter Kommunikation & Marketing
Tél.:    +41/31/978'58'58
Mobile: +41/79/300'82'30
E-Mail: marcel.wyler@pharmaSuisse.org



Plus de communiques: pharmaSuisse - Schweizerischer Apotheker Verband / Société suisse des Pharmaciens

Ces informations peuvent également vous intéresser: