pharmaSuisse - Schweizerischer Apotheker Verband / Société suisse des Pharmaciens

pharmaSuisse - La main sur le coeur - Connaissez-vous votre risque d'infarctus du myocarde?

Liebefeld (ots) - A partir du 1er mai, 623 pharmacies membres de pharmaSuisse proposent un test pour évaluer le risque individuel d'infarctus du myocarde. Des spécialistes spécialement formés déterminent la probabilité de survenue d'un événement cardiovasculaire sur la base d'un questionnaire de risque et de la mesure du taux de lipides. Les recommandations personnelles vont ensuite de la modification des habitudes alimentaires à la nécessité de consulter un médecin en passant par la pratique d'une activité physique.

    L'offre des pharmacies spécialisées comporte une grande nouveauté. En effet, pour la première fois, des tests médicalement reconnus sont facilement accessibles à un large public et sont en même temps supervisés par des spécialistes bien formés.

    Les pharmaciens basent leur offre sur des questionnaires scientifiques de la Fondation suisse de cardiologie (FSC) et sur la détermination consécutive des taux de lipides. Ils mesurent le profil lipidique (cholestérol, HDL et triglycéride, ainsi que LDL) et la glycémie. Avec toutes les indications concernant le poids, le tabagisme et le niveau d'activité physique, ceci permet de recueillir suffisamment de données pour déterminer la probabilité d'être victime d'un infarctus dans les dix prochaines années. Le score de risque GSLA (www.agla.ch) du groupe de travail "Lipides et Athérosclérose+ fournit la base scientifique nécessaire. Les deux tests ont fait leur preuve dans la pratique et sont médicalement reconnus.

    Les problèmes cardiovasculaires représentent la principale cause de décès en Suisse. Les survivants sont contraints de restreindre drastiquement leurs activités quotidiennes. Lorsque le risque est reconnu suffisamment tôt, des modifications dans les habitudes alimentaires, la pratique d'une activité physique et l'arrêt du tabagisme permettent cependant de retarder, voire de prévenir tout déclenchement de la maladie. Dans ce domaine, la prévention s'avère par conséquent essentielle.

    En Suisse, le grand public est bien sensibilisé au sujet. De nos jours, tout le monde connaît les effets néfastes du tabagisme, d'une alimentation trop grasse et d'un manque d'activité physique. La prévention atteint cependant ses limites lorsqu'il s'agit de mettre les connaissances en pratique. La situation est particulièrement critique dans les groupes qui présentent un risque cardiovasculaire mais qui n'éprouvent encore aucune douleur. Quelques adaptations minimes du style de vie seraient déjà très bénéfiques. Il est cependant difficile de motiver les personnes à agir en l'absence de tout symptôme.

    C'est précisément là que les pharmaciens sont sollicités. En effet, le public-cible visé vient déjà dans les pharmacies pour acheter des produits en automédication, avant même de consulter un médecin. Les hommes à partir de 35 ans et les femmes à partir de 40 ans représentent le groupe-cible. L'excès de poids, le tabagisme, le stress et le manque d'activité physique constituent des risques particuliers. En présence d'indices de risque, le pharmacien demande au client s'il souhaite effectuer le test. L'engagement des pharmacies spécialisées de pharmaSuisse dans la prévention et la détection précoce de maladies se retrouve dans cette offre. Elle ne s'adresse pas particulièrement aux personnes qui suivent déjà un traitement médical pour leurs problèmes cardiovasculaires. Finalement, la décision de faire le test revient cependant au client.

    Le test s'effectue à deux niveaux. Au cours de l'entretien avec le client, le pharmacien commence par remplir un questionnaire qui fournit des indications sur la présence d'éventuels risques. Les résultats sont affichés sous forme de feux de signalisation. Le feu vert représente un risque faible ou inexistant. Le client peut donc maintenir son style de vie. Les feux orange ou rouge représentent un risque accru. Dans ces deux cas, il est recommandé d'effectuer une analyse de sang à partir d'une goutte de sang prélevée au bout du doigt. La mesure ne prend pas plus de cinq minutes. Les risques sont ensuite déterminés sur la base des données relevées. La partie la plus importante du test, à savoir l'entretien-conseil, vient juste après. Les personnes qui présentent des risques élevés sont incitées à consulter un médecin. Quant aux personnes qui présentent des risques moyens, elles sont encouragées à modifier leur style de vie, leurs habitudes alimentaires et à pratiquer un peu de sport. Les résultats et les objectifs fixés sont notés dans un passeport santé. Pour finir, le pharmacien et le client fixent une date pour un entretien consécutif.

    Pendant le mois de mai, le test en pharmacie coûte Fr. 29.- (mesures et conseils inclus). Par la suite, le prix pourra s'élever jusqu'à Fr. 50.- suivant la pharmacie.

    Pour de plus amples informations:     www.testetesrisques.ch (site Internet officiel de la campagne)     www.agla.ch (score de risque GSLA)     www.herzstiftung.ch (informations sur le coeur, les infarctus, etc.).

ots Originaltext: PharmSuisse
Internet: www.presseportal.ch

Contact:
Marcel Wyler, pharmaSuisse
Tél.:    +41/31/978'58'20
Mobile: +41/79/300'82'30
E-Mail: marcel.wyler@pharmasuisse.ch



Plus de communiques: pharmaSuisse - Schweizerischer Apotheker Verband / Société suisse des Pharmaciens

Ces informations peuvent également vous intéresser: