hotelleriesuisse

L'hôtellerie suisse dans toute sa diversité - prête pour accueillir les touristes hivernaux

    Berne (ots) - La crise monétaire actuelle freine la reprise de l'hôtellerie suisse et mettra sous pression le tourisme suisse durant la prochaine saison d'hiver. Plus que jamais, la branche est appelée à faire preuve d'innovation et à séduire la clientèle suisse et étrangère par la qualité et la variété de son offre.

    L'hôtellerie suisse sort d'une saison d'été marquée par un franc fort et s'en tire par chance avec quelques bleus seulement. A la faveur d'une demande intérieure stable et du formidable essor des marchés chinois, indien et des pays du Golfe, il a en effet été possible d'amortir le recul de la demande en provenance de la zone euro. Entre janvier et août 2010, le nombre de nuitées a augmenté de 2,1 pour cent par rapport à la même période de l'année précédente. Les grandes villes et les catégories d'étoiles supérieures ont enregistré les hausses les plus marquantes et cette tendance va de pair avec la nette reprise du tourisme d'affaires. «L'évolution témoigne, avec un décalage dans le temps, des mesures de relance engagées par les gouvernements des principaux pays», a relevé Christoph Juen, CEO d'hotelleriesuisse, dans le cadre de la conférence de presse d'hiver tenue aujourd'hui par Suisse Tourisme à Zurich. La conjoncture suisse, plus résistante qu'on le pensait, n'est pas étrangère non plus à ce résultat intermédiaire réjouissant.

    Impact de la crise monétaire

    La robustesse du franc suisse vient compromettre le gain de compétitivité que le tourisme suisse avait réussi à réaliser ces dernières années. Compte tenu de l'effet retard des fluctuations des cours de change, il y a lieu de penser que l'hôtellerie suisse se ressentira plus fortement de la faiblesse de l'euro durant la saison d'hiver 2010/2011. Dans la perspective des clients de la zone euro, les prix ont augmenté environ de 15 pour cent à prestations égales depuis le début de l'année. Et avec la récente dégringolade du dollar américain, les séjours de sports d'hiver en Suisse renchérissent considérablement pour les hôtes de la zone dollar. «Il nous est difficile d'en évaluer l'impact sur la saison d'hiver» a mentionné Christoph Juen. «Le fait est qu'avec un franc fort, l'îlot de cherté suisse risque de freiner l'économie touristique dans un proche avenir.»

    Se distinguer par une qualité exceptionnelle

    En tout état de cause, l'hôtellerie suisse a les reins solides. A preuve, les prévisions du secteur du bâtiment établies par BAK Basel Economics qui annoncent pour l'année en cours un volume d'investissement de 1,3 milliard de francs, soit une progression de 18 pour cent par rapport à l'année précédente. Selon ces mêmes prévisions, le niveau des investissements devrait rester élevé à moyen terme. Voilà qui permettra à la Suisse de se différencier des autres pays alpins de vacances par la qualité exceptionnelle de ses prestations. L'hôtelier est invité à proposer des produits novateurs et à les positionner clairement sur le marché. Il s'agit aussi pour lui d'exploiter intelligemment les canaux de vente modernes et d'optimiser la composition de sa clientèle. Comme l'hôte est de plus en plus à la recherche d'un ensemble d'activités et de plaisirs, l'hôtelier a tout intérêt à collaborer plus étroitement avec les autres prestataires touristiques de la destination.

    Un cadre économique déterminant

    La lutte contre l'îlot de cherté suisse figure tout en haut de l'agenda politique d'hotelleriesuisse. L'association entend donc faire avancer les négociations pour conclure avec l'UE un accord de libre-échange dans le domaine agroalimentaire. Sachant que la clé du succès tient à des collaborateurs motivés et qualifiés, elle a aussi pour priorité d'encourager la formation et la formation continue. Par ailleurs, l'association vise à renforcer son partenaire stratégique Suisse Tourisme et à lui assurer le financement de la Confédération nécessaire à sa mission. Il importe aussi de stimuler encore l'élan novateur de la branche, c'est pourquoi hotelleriesuisse préconise le maintien d'Innotour en tant qu'instrument éprouvé de la politique touristique. Avec son rapport « Stratégie de croissance pour la place touristique suisse», le Conseil fédéral a posé en juin 2010 un jalon essentiel d'une économie touristique durablement prospère.

ots Originaltext: hotelleriesuisse
Internet: www.presseportal.ch/fr

Contact:
hotelleriesuisse
Susanne Daxelhoffer, responsable de projet, Communication
Tél.:    +41/31/370'42'86
Mobile: +41/79/557'49'73
E-Mail: kommunikation@hotelleriesuisse.ch



Plus de communiques: hotelleriesuisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: