hotelleriesuisse

Situation tendue dans l'hĂ´tellerie suisse

    Berne (ots) - Suite aux Ă©vĂ©nements du „11 septembre" et  au „naufrage de Swissair", l'hĂ´tellerie suisse a essuyĂ© des pertes considĂ©rables. Les plus touchĂ©s par le recul des rĂ©servations sont l'Oberland bernois (16.6 %), les Grisons (11.4%) et la ville de Zurich (11 %). Les rĂ©gions un peu moins touchĂ©es sont le Tessin (4.4%) et la ville de Genève (3.3%). Dans l'ensemble, les Ă©tablissements hĂ´teliers suisses ont enregistrĂ© durant le mois de septembre une baisse de 9,2 % par rapport Ă  l'annĂ©e prĂ©cĂ©dente que l'on pouvait qualifier de bonne.  Cette diminution signifie des pertes d'environ 61 millions de francs.

    Des diffĂ©rences selon le type d'hĂ´tel

    Force est de constater de grandes diffĂ©rences selon les Ă©tablissements hĂ´teliers: Ainsi les hĂ´tels qui accueillent avant tout des touristes ou des congressistes des Etats-Unis ou de l'Asie et qui appartiennent Ă  la classe de luxe ou Ă  un groupe d'hĂ´tels non classĂ©s, ont subi un flĂ©chissement de la demande allant jusqu'Ă  19 % et enregistrĂ© 25 % d'annulations. Par contre, les hĂ´tels une Ă  trois Ă©toiles qui se sont concentrĂ©s sur les marchĂ©s allemands et suisses (wellness ou affaires) ont beaucoup moins souffert des Ă©vĂ©nements, ils accusent en effet une baisse de 0 % Ă  7 %.

    Des pertes chiffrĂ©es Ă  440 millions de francs

    Les hĂ´teliers s'attendent pour l'hiver prochain Ă  un taux d'occupation infĂ©rieur de 11 pour cent, soit un taux de 59%, ce qui signifierait des pertes de 440 millions de francs par semestre. Les Ă©tablissements de Suisse centrale sont en particulier pessimistes (-21,3 % de  50,9 %) ainsi que la ville de Zurich (-19,5 % de 65.4 %) et la Suisse romande ( -17,6 % de 47.2%). Les hĂ´teliers grisons et valaisans sont modĂ©rĂ©ment optimistes malgrĂ© un fort flĂ©chissement de la demande et s'attendent Ă  des taux d'occupation entre 63 et 68 % (-5,3 Ă  +1,7 %).

    Mesures dans l'hĂ´tellerie : qualitĂ©, sĂ©curitĂ© et promotion

    N'Ă©tant pas directement impliquĂ©e dans la guerre contre le terrorisme, la Suisse jouit d'une rĂ©putation de pays sĂ»r. Aussi certains hĂ´teliers genevois ont-ils pu profiter de cet atout: Divers congrès de nos pays voisins ont Ă©tĂ© transfĂ©rĂ©s Ă  Genève et ces rĂ©servations inattendues ont permis de compenser les pertes dans le secteur des nuitĂ©es d'affaires.  A Zurich, de telles compensations n'ont pas Ă©tĂ© rĂ©alisables en raison de la suppression des vols Swissair. Ainsi que le montrent les chiffres susmentionnĂ©s, un marketing Ă©quilibrĂ© s'impose. Il faudra tabler sur les marchĂ©s de proximitĂ© (accès en voiture ou en train) qui revĂŞtent un rĂ´le de plus en plus important. De mĂŞme, une orientation plus ciblĂ©e de l'offre hĂ´telière, par exemple une spĂ©cialisation dans les affaires ou le wellness, peut constituer une stratĂ©gie prometteuse de succès. Par ailleurs, les programmes de qualitĂ© doivent ĂŞtre largement poursuivis.

    Appel aux politiciens

    * Le remplacement des transports aĂ©riens de Swissair qui pourraient ĂŞtre entièrement supprimĂ©s et la garantie d'aĂ©roports opĂ©rationnels, notamment celui de Zurich, sont d'une importance primordiale pour le tourisme suisse. L'aĂ©roport de Zurich doit dĂ©velopper un concept de destination avec des partenaires des milieux Ă©conomiques et touristiques et trouver des compagnies aĂ©riennes de qualitĂ© pour l'exploitation des lignes. L'hĂ´tellerie suisse attend du gouvernement du canton de Zurich une position claire concernant l'aĂ©roport et de la ConfĂ©dĂ©ration un octroi rapide des droits d'atterrissage aux compagnies aĂ©riennes intĂ©ressĂ©es.

    * Le rĂ©seau mondial de Suisse Tourisme revĂŞt une importance stratĂ©gique pour le marketing de la Suisse comme pays de vacances. Un rĂ©seau qui Ă©tait exploitĂ© en partie avec Swissair. Il importe qu'il continue Ă  ĂŞtre exploitĂ© Ă  l'avenir mĂŞme sans Swissair comme partenaire.

    * Il y a deux semaines, la procĂ©dure de consultation sur le nouveau rĂ©gime financier de la ConfĂ©dĂ©ration a Ă©tĂ© lancĂ©e. Le conseiller fĂ©dĂ©ral Villiger propose la suppression du taux spĂ©cial de TVA pour le secteur de l'hĂ©bergement. Une telle mesure a des consĂ©quences indĂ©sirables pour l'hĂ´tellerie d'autant que l'euro est en chute libre  (5 Ă  8 % en dessous de la paritĂ© du pouvoir d'achat) et les nouveaux salaires minimaux qui ont Ă©tĂ© fixĂ©s rĂ©cemment dans la branche de l'hĂ´tellerie vont entraĂ®ner une hausse supplĂ©mentaire des charges salariales de 5 Ă  10 %. Si le taux spĂ©cial de TVA Ă©tait supprimĂ©, la compĂ©titivitĂ© de l'hĂ´tellerie suisse se dĂ©tĂ©riorerait de 15 Ă   20 % et ce serait alors  Â„la goutte d'eau qui fait dĂ©border le vase".

ots Originaltext: Société suisse des hôteliers
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
Hans-Ruedi Huber
Chef de la communication
Société suisse des hôteliers
TĂ©l. +41 31 370 42 51
[ 009 ]



Plus de communiques: hotelleriesuisse

Ces informations peuvent également vous intéresser: