GBI/SIB

Deuxième grève des peintres et plâtriers après le non de l’ASEPP à la CCT et retraite anticipée La grève de deux jours débute avec succès

      Zurich (ots) - Après le non des délégués de l’Association suisse
des entrepreneurs plâtriers-peintres (ASEPP) à la nouvelle
convention collective de travail avec retraite anticipée déjà
signée, il ne faisait aucun doute pour les peintres et plâtriers de
Suisse alémanique, du Tessin, du canton du Jura et pour le SIB qui
les représente que la lutte devait être reprise. Bien que de
nombreux employeurs aient fermé eux-mêmes leurs chantiers ou
massivement menacé leurs collaborateurs/trices, le SIB est satisfait
de la participation à la première de ces deux journées de grève
avant Pentecôte.

    Suite à la grève menée avec succès le 26 avril qui a abouti à un accord provisoire pour une nouvelle convention collective de travail avec retraite à 62 ans, le SIB poursuit le concept performant de grève ciblée dans cette grève de deux jours qui se déroule aujourd’hui et demain. Contrairement au 26 avril, le SIB a dirigé cette grève en particulier contre les opposants à la CCT dans le camp des employeurs qui représentent plutôt les petites entreprises.

    Tôt dans la journée, on a pu constater que de nombreux employeurs "participaient" plus ou moins activement à la grève en fermant leurs chantiers eux-mêmes et en donnant congé à leurs collaborateurs/trices. Le nombre de chantiers arrêtés dépasse les objectifs tandis que le nombre de grévistes sur les lieux de rassemblement est en conséquence légèrement au-dessous des attentes. Dans les régions stratégiques comme Zurich, la participation à la grève a pu être maintenue à un niveau équivalent à celui de la première grève du 26 avril.

    En fin de matinée, quelque 1200 grévistes ont participé aux assemblées régionales de grève. Ils ont confirmé leur revendication, à savoir que les employeurs renoncent à leur attitude égoïste et peu flexible et acceptent enfin, dans l’intérêt des collaborateurs/trices de toute la branche, la convention collective de travail avec retraite à 62 ans. Les patrons semblent aussi de plus en plus ressentir la pression des travailleurs/euses. En témoignent non seulement les chantiers désertés que les syndicalistes ont découverts, mais surtout les menaces parfois massives auxquelles de nombreux grévistes se sont trouvés confrontés. En témoignent également les cas d’agression en augmentation des employeurs envers les syndicalistes sur les différents chantiers.

    A Berne, les grévistes ont remis un cadeau aux responsables réunis de l’Union suisse des arts et métiers qui fêtait son 125ème anniversaire. Ce cadeau devait rappeler à ces derniers ainsi qu’à l’ASEPP que c’est notamment grâce au dur labeur des travailleurs que les gens de l’USAM peuvent se permettre leur niveau de vie. Les grévistes de Suisse orientale ont remis un manifeste au gouvernement St. gallois dans lequel ils expriment leurs préoccupations sur la mise en danger de la stabilité sociale dans le canton frontalier lorsque, le 1er juin, la libre circulation des personnes avec l’UE entrera en vigueur. De notre côté de la frontière, la convention collective de travail dans l’industrie de la peinture et de la plâtrerie n’offrira plus de protection contre le dumping salarial et social en raison de l’entêtement des employeurs.

    Demain vendredi, la grève se poursuivra dans toutes les régions de Suisse alémanique, au Tessin et dans le canton du Jura. Parallèlement à la grève de ce jour, les employeurs ont également été plus nombreux à se distancer de la décision incompréhensible de l’ASEPP, consistant à rejeter la nouvelle CCT, et à soutenir les objectifs du SIB, resp. des peintres et plâtriers dans l’intérêt de toute la branche.

Pour de plus amples informations Rolf Beyeler, dépt. communication SIB, 01 295 16 75



Plus de communiques: GBI/SIB

Ces informations peuvent également vous intéresser: