GBI/SIB

SIB: Pour une assurance LPP harmonisée

La crise des caisses de pension exige des mesures urgentes et efficaces

    Zurich (ots) - Un nombre croissant d'emplois et d'entreprises déjà mis à mal par la mauvaise conjoncture pâtissent de la crise qui ébranle les caisses de pension. Toujours plus de petites et moyennes entreprises - ainsi que leurs employés - se voient imposer des augmentations massives de leurs primes d'assurance risque obligatoire en cas de décès et d'invalidité (notamment les entreprises dont l'activité présente un risque élevé d'invalidité). Les primes de risque des fondations collectives des assureurs vie privés (tels que la "Winterthur" ou la "Rentenanstalt") ont littéralement explosé. Ni les entreprises, ni les employés ne peuvent supporter ces augmentations atteignant 30 % et plus.

    Les compagnies d'assurance justifient l'explosion des primes par une surcharge de sinistres sans expliquer toutefois que leur manque de transparence cache des frais administratifs outranciers et des mesures d'assainissements infondées. Entre-temps, les assurés provenant de branches à risque paient 50% de leurs primes LPP pour couvrir les frais administratifs et les prestations inhérentes à leur branche. Ces employés se voient ainsi doublement pénalisés: au risque élevé de tomber malades ou invalides s'ajoute l'augmentation des primes de risque exigées par leur caisse de pension. En plus d'être antisociale, cette hausse des primes est scandaleuse car elle met en péril des entreprises et des emplois particulièrement importants aujourd'hui. Voilà pourquoi il est urgent de prendre des mesures pour mettre fin à ces dysfonctionnements.

    Dans un premier temps, le SIB demande que les assureurs vie publient immédiatement leurs comptes des pertes et profits techniques du deuxième pilier ainsi que leurs systèmes d'échelonnement des primes et qu'ils présentent la prime de risque séparément des autres frais. Le SIB appelle également l'Office fédéral des assurances privées à ne plus approuver les échelonnements extrêmes des primes de risque imposés par les assureurs.

    Dans un deuxième temps, il s'agira d'assainir le système de l'assurance risque obligatoire dans sa totalité. Pour ce faire, il faudra mettre en place un fonds de compensation des risques ou séparer l'assurance risque obligatoire des institutions privées du deuxième pilier et créer une assurance risque LPP suisse harmonisée. Car séparer le domaine du risque des institutions LPP privées ou l'attribuer à une assurance LPP harmonisée entraînera une baisse considérable des frais administratifs et la compensation des risques entre les assurés, garantissant ainsi la solidarité sociale.

ots Originaltext: SIB
Internet: www.newsaktuell.ch

Contact:
Rita Schiavi
vice-présidente du SIB
Mobile +41/79/440'89'20



Ces informations peuvent également vous intéresser: