VSE / AES

10e Congrès suisse de l'électricité, une manifestation de l'AES et d'Electrosuisse

Aarau (ots) - 2016 sera une année décisive en Suisse en matière de politique énergétique. Dans le cadre du Congrès suisse de l'électricité, organisé par l'Association des entreprises électriques suisses (AES) et Electrosuisse, quelque 400 éminents représentants de la politique, de l'économie et de la branche de l'électricité sont réunis jusqu'à demain pour parler de l'actualité et de l'avenir du paysage énergétique du pays. Les intervenants discuteront notamment de la Stratégie énergétique 2050 adoptée par la Confédération, de l'ouverture complète du marché en Suisse ou de la tendance à la convergence des réseaux dans le secteur de l'énergie.

Le Congrès suisse de l'électricité s'est imposé comme un rendez-vous incontournable de la branche. Il offre à des intervenants renommés une plateforme pour présenter les évolutions nationales et mondiales de l'économie énergétique. A l'occasion de la dixième édition, la Conseillère fédérale Doris Leuthard a attiré l'attention dans son exposé keynote sur les relations de causalité entre les politiques climatique, énergétique et économique. Jusqu'à présent, ces questions ont, selon elle, été majoritairement traitées par secteur, chaque pays ou presque établissant sa propre réglementation en la matière. C'est la raison pour laquelle aujourd'hui, les marchés ne parviennent plus à fonctionner, a-t-elle affirmé. Il existerait ainsi soit des marchés des certificats d'émission de CO2 régionaux, fragmentés et lacunaires, soit un déluge mondial de subventions. La Conseillère fédérale a indiqué que les agents énergétiques fossiles étaient encore aidés à hauteur de 490 milliards de dollars par an. Dans ce contexte international, la Suisse pourrait jeter les bases d'une politique climatique et énergétique solidement ancrée. Avec la Stratégie énergétique 2050, le Conseil fédéral entend renforcer les instruments actuels. «Nous n'enfantons pas de monstre de la régulation.» La politique énergétique devrait être la clé d'un avenir durable. «En tant que représentants des fournisseurs d'énergie, vous détenez ce précieux sésame. Ouvrez les portes d'un futur innovant et créatif. Nombre d'entre vous proposent déjà des prestations novatrices et s'adaptent au nouvel environnement - un engagement que je souhaite saluer du fond du coeur.»

Le dixième Congrès suisse de l'électricité a été inauguré au Kursaal de Berne par Gabriele Gabrielli, Président d'Electrosuisse, et par Kurt Rohrbach, Président de l'AES. Dans son discours, Kurt Rohrbach a souligné l'importance d'un accord sur l'électricité avec l'Europe: «Lors de la définition de nouvelles règles de marché, nous devons également articuler nos intérêts au niveau européen - si possible avec des alliés. En effet, notre réussite dépend de la capacité à maintenir la stature internationale de l'hydraulique, véritable épine dorsale de notre approvisionnement en électricité.» En d'autres termes, il s'agit de stabiliser le secteur de sorte qu'il puisse endosser un rôle de premier plan dans la Stratégie énergétique 2050. De manière générale, l'économie énergétique a toujours besoin d'une vision globale: «Rien ne sert de se concentrer aveuglément sur la mise en oeuvre d'un objectif - le développement des énergies renouvelables, par exemple -, si l'on fait abstraction des conditions-cadre légales, sociales et politiques et que les mesures ne sont pas finançables pour la sphère économique.»

Au cours de l'après-midi de la première journée, l'ambassadrice des Etats-Unis en Suisse et au Liechtenstein, Suzan G. LeVine, a présenté certaines pistes envisagées par le Président américain Barack Obama pour une «économie verte». Pascal Sciarini, professeur à l'Université de Genève, s'est quant à lui livré à une analyse des élections et de leurs répercussions sur la politique énergétique, tandis que Jean-François Conil-Lacoste, CEO d'EPEX SPOT (Bourse européenne de l'électricité), a commenté l'avenir de la collaboration européenne dans le négoce de l'électricité.

Deuxième journée: table ronde consacrée à l'infrastructure énergétique

Parmi les moments forts de mardi figure la table ronde des experts. Dédiée aux investissements dans l'infrastructure énergétique, elle réunira en proportions égales des représentants de la branche de l'énergie, de la classe politique et du secteur bancaire.

Côté intervenants sont attendus Karl Rose, Senior Director World Energy Council, qui s'exprimera sur la zone de tension entre économie et protection de l'environnement, mais aussi Michael Schmidt, Président du Comité directeur de BP Europe SE, qui traitera de l'avenir des agents énergétiques fossiles après la Conférence de Paris sur le climat.

Bruno Michel, Manager Advanced Micro Integration d'IBM Research, s'interrogera pour sa part sur l'association possible entre efficacité énergétique et big data. Andreas Ulbig, de l'ETH Zürich, abordera le rôle des accumulateurs centralisés et décentralisés pour le tournant énergétique. Enfin, le cycle de conférences se terminera par «Futurs disruptifs», l'exposé de Georges T. Roos, futurologue chez ROOS Trends+Futures.

Le Congrès suisse de l'électricité s'adresse aux cadres des entreprises d'électricité, de l'industrie et des services, ainsi qu'aux parlementaires et aux membres de l'exécutif fédéraux, cantonaux et communaux. Rendez-vous permettant l'échange de points de vue et le réseautage, il vise à faciliter les prises de décisions dans le monde de l'entreprise et dans la sphère politique.

Le programme détaillé du congrès est disponible à l'adresse 
www.stromkongress.ch/fr. 
Suivez-nous sur Twitter: @stromkongress et #stk2016 

Contact:

Renseignements

Céline Reymond, Porte-parole de l'AES (Suisse romande)
Tél. +41 21 310 30 23 ou+41 79 412 97 23,
celine.reymond@electricite.ch

Sandro Pfammatter, Porte-parole de l'AES (Suisse alémanique)
Tel. +41 62 825 25 24 ou +41 78 659 14 55, sandro.pfammatter@strom.ch

Plus de communiques: VSE / AES

Ces informations peuvent également vous intéresser: