VSE / AES

L'AES s'exprime sur la stratégie énergétique 2050

Aarau (ots) - Le Conseil fédéral a publié les bases de sa stratégie énergétique 2050. L'AES soutient le développement du programme Bâtiments en vue d'améliorer l'efficacité énergétique ainsi que l'extension rapide des énergies renouvelables. Elle approuve l'amélioration du modèle d'encouragement RPC pour plus d'efficience et d'efficacité. La décision selon laquelle la construction de centrales à gaz à cycle combiné et d'installations de couplage chaleur-force, tout comme les importations d'électricité, seront nécessaires pour garantir la sécurité d'approvisionnement, est compréhensible. Durant l'été, l'AES apportera une contribution essentielle au débat en publiant sa Prévision 2012.

De par sa décision, le Conseil fédéral a précisé les caractéristiques de la future politique énergétique. Par rapport à leur concrétisation, l'AES attend du Conseil fédéral qu'il tienne compte de plusieurs éléments clés.

Actuellement, la Suisse produit déjà environ 60% de son électricité à partir des énergies renouvelables. Pour pouvoir étendre rapidement la production des énergies renouvelables, souhaitée aussi par la branche, les longues procédures d'autorisation pour construire ces installations doivent être raccourcies et simplifiées. Le modèle d'encouragement proposé par la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) doit par contre être amélioré de façon à ce que les fonds de promotion soient investis dans les projets et les technologies qui rapportent le plus de kWh possible par franc accordé. Ces fonds doivent être investis dans les types de productions qui sont effectivement demandés par les clients. Les technologies éloignées du marché ne doivent pas progresser grâce à la RPC, mais grâce à la recherche. Le modèle RPC, actuellement assez inopérant, doit être modifié en un système simple, transparent et efficace. Les contributions doivent être continuellement adaptées en fonction de l'évolution technologique et en fonction du marché. En même temps, la partie administrative ne doit pas être trop complexe et la structure des tarifs doit être simplifiée.

La Suisse doit être davantage intégrée dans le marché énergétique européen. Une telle intégration comporte des chances pour la Suisse en tant que batterie de l'Europe. De leur côté, les clients suisses profitent des investissements des entreprises électriques suisses dans la production étrangère d'énergie renouvelable.

Il faut également introduire des procédures simplifiées et accélérées pour l'extension des réseaux. Le réseau électrique doit être évalué de manière appropriée et rapporter des dividendes adéquats. Ce n'est que de cette manière que la branche peut procéder aux investissements nécessaires à l'extension du réseau. Celle-ci devient encore plus urgente du fait du développement de l'énergie renouvelable produite de manière décentralisée. De plus, il va falloir définir des conditions-cadre pour le développement et la mise en oeuvre du smart metering et des smart grids. Ces projets pourront ainsi être pris à bras-le-corps sans tarder.

Considérer l'efficacité énergétique dans son ensemble

La branche soutient les propositions du Conseil fédéral en matière d'efficacité énergétique, comme l'extension du programme Bâtiments à tous les niveaux. L'accent doit continuer à être mis sur la création d'incitations plutôt que sur la bureaucratie et la régulation. Il faut également poursuivre les mesures volontaires qui ont fait leurs preuves. On pense notam-ment aux appels d'offres publics, aux cités de l'énergie, à l'Agence de l'énergie pour l'économie. L'amélioration de l'efficacité énergétique globale, par exemple le développement de l'électromobilité à la place des véhicules à essence ou des mesures relatives aux bâtiments, a un effet certes positif sur le climat, mais augmente la consommation d'électricité.

Neutralité technologique indispensable

Sur la base d'une considération réaliste, le Conseil fédéral est arrivé à la conclusion qu'en plus de l'extension des énergies renouvelables et des mesures d'efficacité, il faudra proba-blement construire des centrales à gaz à cycle combiné et des installations de couplage chaleur-force et recourir à des importations afin de remplacer la part de production nationale supprimée. Des études internes provisoires de l'AES parviennent aux mêmes conclusions. Pour ce faire, il est indispensable que la situation soit évaluée en respectant la neutralité technologique et en intégrant les objectifs climatiques.

Les autorités fédérales sont à présent tenues de d'élaborer les étapes clés du processus politique et démocratique avec des modèles solides. De son côté, l'AES présentera au début de l'été son rapport approfondi sur le nouvel avenir de l'électricité avec sa Prévision 2012. Elle souligne ainsi sa volonté de participer de manière constructive et responsable à la conception de la future politique énergétique.

Contact:

Dorothea Tiefenauer
Tél.: +41/62/825'25'24
E-Mail: dorothea.tiefenauer@strom.ch

Nicolas Geinoz
Tél.: +41/21/310'30'23
E-Mail: nicolas.geinoz@electricite.ch



Plus de communiques: VSE / AES

Ces informations peuvent également vous intéresser: